Chelsea : Giroud a pris une décision pour son avenir    Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    Milan AC: Bennacer encense son coach    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RSF dénonce la «main invisible du pouvoir»
Publié dans El Watan le 22 - 12 - 2016

Dans un rapport rendu public aujourd'hui à Paris lors d'une conférence de presse, Reporters sans frontières dénonce une «asphyxie progressive des médias algériens», particulièrement depuis le quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika. Intitulée «Algérie : la main invisible du pouvoir sur les médias», l'enquête en question est basée sur un travail de terrain mené par les journalistes de RSF «entre mai et octobre 2016 à Alger, Oran et Tunis» et présente un «panorama non exhaustif de l'évolution de la liberté de la presse en Algérie depuis 2014», tout en détaillant certaines pressions subies par le secteur.
Le rapport évoque le durcissement des outils de pression judiciaires, économiques et politiques «utilisés par les pouvoirs publics pour rétrécir le champ de la liberté d'informer». La mort en détention de Mohamed Tamalt, le 11 décembre, a alerté RSF sur le degré d'intolérance atteint par les autorités quand il s'agit de certains sujets considérés comme tabous, tels «la santé du président Bouteflika, les scandales de corruption ou les avoirs luxueux des dirigeants à l'étranger».
RSF retrace la chronologie d'un ensemble d'affaires qu'elle considère comme des «atteintes graves» à la liberté de la presse. Les cas de l'arrestation en juin 2016 des deux responsables de KBC/El Khabar, Mehdi Benaissa et Ryad Hartouf, et celle de notre confrère Hassan Bouras, le 28 novembre, sont cités en exemple.
Judiciariser le paysage médiatique
L'enquête de RSF mentionne l'existence d'une volonté politique de judiciariser à outrance le paysage médiatique algérien. «Le ministère public est à l'origine de la plupart des poursuites engagées contre les journalistes et journalistes-citoyens ces deux dernières années. Le recours au code pénal est systématique, notamment en raison du fait que les infractions liées au droit d'informer – à savoir la diffamation, l'outrage et l'injure – sont prévues dans le code pénal», lit-on dans le rapport. Pourtant, la révision constitutionnelle de février 2016 a dépénalisé le délit de presse !
Quant aux pressions économiques, elles retrouvent leur force dans le monopole de la publicité que détiennent l'Anep et le ministère de la Communication. Cela a causé le verrouillage du marché publicitaire étatique et privé sous prétexte du «cercle vertueux de l'éthique» cher à Hamid Grine, ministre de la Communication. Les organes médiatiques critiques vis-à-vis du pouvoir sont ainsi privés des recettes publicitaires, subissant par conséquent un étouffement financier.
Ce fardeau, d'après RSF, a été très «nuisible à la production d'une information indépendante». S'y ajoutent l'utilisation des imprimeries publiques et les dettes comme moyens de pression supplémentaire sur la presse écrite. Dans ce contexte de pressions économiques sur les médias indépendants, des «hommes d'affaires algériens s'intéressent de plus en plus aux médias et notamment aux télévisions, vecteur d'information le plus puissant».
RSF craint que cette tendance engendre «la naissance d'une oligarchie médiatique au service d'intérêts économiques ou politiques occultes, d'autant plus inquiétante qu'elle est difficilement quantifiable vu l'absence de transparence au sujet des propriétaires des médias».
En plus des pressions judiciaires et économiques, de nombreux médias sont visés par des pressions politiques incessantes. Il s'agit de «ceux qui se sont opposés à la réélection de M. Bouteflika pour un quatrième mandat. C'est notamment le cas pour El Watan et El Khabar. Les pressions se manifestent principalement par des menaces verbales de hauts dirigeants algériens».
Menaces
En 2015, RSF a recensé «une quinzaine de menaces verbales émanant principalement du ministre de la Communication mais également du Premier ministre ainsi que du président la République». Les pressions politiques se manifestent, par ailleurs, à travers l'intimidation de journalistes indépendants. RSF évoque, à ce sujet, des «campagnes de diffamation» menées essentiellement sur internet par ce qu'elle appelle des «mercenaires 2.0».
L'ONG – qui place notre pays au 129e rang sur 180 au Classement mondial 2016 de la liberté de la presse – appelle les autorités algériennes à se ressaisir et à reprendre le processus de réformes entamé en 2011 dans le secteur médiatique avec le nouveau code de l'information, la loi organique de 2012 et la loi sur l'audiovisuel de 2014.
Le rapport de RSF recommande essentiellement : l'accélération de la création d'une autorité de régulation pour la presse écrite ; la révision du mode de nomination des membres de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) afin de lui garantir plus d'indépendance ; l'abrogation du délit de presse dans le code pénal ; la libération du marché publicitaire, etc. RSF appelle enfin à ouvrir une «enquête indépendante sur les circonstances de la mort de Mohamed Tamalt afin que les responsables soient punis dans les plus brefs délais» et la libération immédiate de Hassan Bouras ainsi que de tous les détenus d'opinion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.