El Tarf: la décision de confinement partiel dans les communes d'El Kala et El Chatt saluée par les citoyens    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Se sauver ou sombrer    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les opérations de relogement, un feuilleton sans fin
Publié dans El Watan le 06 - 02 - 2017

L'exemple des bidonvilles de la cité populaire des Frères Abbès, appelée communément Oued El Had, mais aussi celui des immeubles de la cité Boudraâ Salah, où une action de relogement de tous les habitants dans la nouvelle ville Ali Mendjeli s'est achevée il y a trois ans, sont des plus édifiants, vu que depuis, des dizaines d'habitations des bâtiments désaffectées de la cité Boudraâ Salah ont été réoccupées et une centaine de gourbis ont été de nouveau érigés à proximité des sites évacués de la cité des Frères Abbès, notamment à la cité Meskine.
Les habitants de cette cité ont engagé d'ailleurs une action de protestation la semaine passée en bloquant durant deux jours le boulevard de l'ALN à hauteur de la mosquée Omar Ibn Abdelaziz, un axe routier très fréquenté donnant accès aux cités Daksi, Emir Abdelkader et Sidi Mabrouk, pour exiger leur relogement. Mais cette liste est loin d'être exhaustive, puisqu'on signale qu'à la rue des Maquisards, où près de 1400 familles ont été évacuées lors de l'opération de relogement initiée par les autorités au mois d'août 2015 pour reloger près de 3000 familles à l'UV16 de Ali Mendjeli, un nouveau processus de réoccupation des logements évacués s'est enclenché.
Des dizaines d'habitations ont ainsi été louées, affirment des citoyens résidant dans ce quartier, à de nouveaux arrivants par les propriétaires des lieux, dont les vieilles habitations ont, pour des raisons qui demeurent énigmatiques, échappé à la démolition. L'on peut citer également le cas d'un site situé à proximité de la zone industrielle Palma, à proximité de l'évitement Massinissa, reliant Zouaghi à Boussouf, où des dizaines de gourbis ont été érigées récemment. Dans ces conditions, le programme d'éradication de l'habitat précaire (RHP) risque de ne pas connaître de fin et l'opération de recasement devient un puits sans fond.
D'autant que les autorités de la ville font preuve d'un laxisme difficile à expliquer en ne prenant pas la précaution de raser entièrement les sites évacués, en dépit du fait que leurs occupants aient été relogés. Des autorités, qui ont été pourtant déjà confrontés à ce genre de situation par le passé. Rappelons qu'en 2007, lors de l'évacuation du site de Bardo, les propriétaires ont fait l'objet d'une action d'expropriation qui a permis la démolition de toutes les habitations. Quoi qu'il en soit, le fait que des mesures similaires n'aient pas été prises, particulièrement dans le cas de la rue des Maquisards, que des baraques aient été épargnées à Oued El Had et que les immeubles désaffectés de la cité Boudraâ Salah n'aient pas été démolis, a suffi à amorcer un nouveau processus d'occupation de ces sites par une multitude de squatters, car au bout, ces gens-là l'ont bien compris, l'on s'achète un ticket pour un probable logement social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.