Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    FC Barcelone : Une première offre en vue pour Renato Sanches    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Merad, disparition d'un SAVANT
Publié dans El Watan le 29 - 05 - 2017

Après la prière du mort à la Grande Mosquée, le défunt a été enterré au carré musulman. Les rares présents ont regretté l'absence de personnalités politiques ou universitaires et du consulat algérien. «Sur place, j'a été profondément déçu. A part la famille très proche du Pr Ali Merad, les personnes présentes se comptaient sur les doigts d'une seule main : Kamel Kabtane (recteur de la GML), Hafid Sekhri (Mosquée de la Duchère), Ikhlef Chikh (Villeurbanne), le père Christian Delorme (Diocèse de Lyon) et moi-même», signale dans un post sur sa page Facebook Azzedine Gaci, responsable religieux. Ahmed Madi, directeur des éditions El Hikma, se souvient d'un homme affable et discret.
Sa rencontre avec l'éminent spécialiste de l'islam s'est faite à Paris et a donné lieu à l'édition de son ouvrage de référence, Le Réformisme musulman en Algérie de 1925 à 1940. Essai d'histoire religieuse et sociale. «Dar El Hikma était la seule à avoir sa librairie au sein de l'université de Bouzaréah. J'avais des contacts avec les enseignants et les étudiants, qui m'ont réclamé le titre de Merad sur le Réformisme musulman algérien. Le livre édité une première fois en 1967 n'était pas disponible. Le Salon de Paris de 1999 était l'occasion de rencontrer l'auteur et de décider d'éditer son ouvrage.
Le suivi de l'édition de ce livre lourd par sa pagination et sa bibliographie était confié à Omar Lardjane, universitaire connu. Il sera traduit en arabe par le défunt Yahiatène», signale Ahmed Madi qui fait remarquer que l'édition, vendue à 2000 exemplaires, est épuisée depuis longtemps. L'homme était revenu rarement au pays au début des années 2000. «Merad suivait tout le processus de publication et de traduction du livre. Il est revenu la dernière fois en 2003 ou peut-être deux fois après. Ses amis n'ont plus eu de ses nouvelles. Il était souffrant», souligne Madi.
Spécialiste de l'islam réformiste, Merad a eu un parcours brillant. Né à Laghouat, le 21 octobre 1930, il a étudié à l'Institut des lettres de l'université d'Alger, où il obtint son diplôme de langue arabe en 1954. Il décroche l'agrégation à la faculté de la Sorbonne (Paris) en 1956 avant d'avoir son diplôme de doctorat d'Etat es lettres en 1968 avec une thèse sur le réformisme musulman en Algérie. Le défunt professeur, tout aussi prolifique qu'un autre Algérien, son ami Mohamed Arkoun, s'est intéressé à l'Association des oulémas et son leader à qui il consacre un livre : Ibn Badis commentateur du Coran.
Merad publie d'autres livres consacrés à l'histoire de l'islam et à son corpus : Lumière sur lumière, pages de l'islam : introduction à la pensée islamique, introduction à la pensée musulmane, L'Islam contemporain, Charles de Foucauld au regard de l'islam, Islam et christianisme en dialogue, Le Califat, une autorité pour l'islam ?, etc. Enseignant à l'université de Lyon3, Merad occupera une chaire à l'université Paris 3. Il a remplacé Mohamed Arkoun à la direction du Centre des études de l'Orient contemporain. Ni dépêche de l'agence très officielle, APS, ni message des autorités politiques ou universitaires ne sont venus rendre hommage à l'homme.
Le alim, comme son compère Arkoun, est mort en dehors de son pays et sera enterré loin des siens. Sa pensée universelle survivra. Le plus grand hommage que puissent lui rendre ses compatriotes algériens, c'est de le lire…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.