Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    4 759 logements distribués à travers plusieurs wilayas    Vers un nouveau rendez vous électoral    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Les dossiers de 12 anciens responsables, dont Ouyahia et Sellal transmis à la Cour suprême    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Des adoptions dans un climat délétère    La liste s'allonge    Le président Trump effectue une visite au Japon    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'EI ne tient plus que des poches de territoires entre la Syrie et l'Irak
Publié dans El Watan le 10 - 11 - 2017

Après la perte de la ville de Deir Ezzor le 3 novembre et la reprise de Boukamal annoncée hier par l'armée syrienne, le groupe EI contrôle moins du tiers de la province éponyme, riche en pétrole. Les djihadistes sont confrontés dans la province à deux offensives distinctes, l'une par les forces du régime et l'autre par les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par la coalition emmenée par les Etats-Unis. Bien que Boukamal soit une ville moins grande que Deir Ezzor, cette défaite prive l'EI de la dernière zone urbaine syrienne de son «califat» autoproclamé en 2014, qui s'est effondré. Il ne contrôle plus que des villages et au moins un champ pétrolier, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Après le déclenchement de manifestations contre le régime de Bachar Al Assad en 2011, des groupes rebelles s'étaient emparés de pans de la province de Deir Ezzor et de sa capitale.
En 2014, lors d'une offensive fulgurante en Syrie et en Irak, l'EI avait conquis ces zones. Début septembre, après une série de succès face aux rebelles sur les autres fronts, Damas a pu se focaliser sur Deir Ezzor et briser le siège imposé par les djihadistes dans des secteurs de la ville. C'est ainsi que le régime Al Assad, soutenu par les alliés russe et iranien, a repris la totalité de la capitale, au terme d'une offensive de deux mois. Les djihadistes s'étaient alors retranchés à Boukamal, dernière localité avant la frontière. Ailleurs en Syrie, le groupe EI est présent dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans la banlieue sud de Damas. Il contrôle également de petits territoires dans la province de Homs (centre-ouest) et la région de Deraa (sud).
Reprise d'Al Qaïm
Le 3 novembre, les forces irakiennes ont repris Al Qaïm, gros bourg du désert occidental situé à une dizaine de kilomètres de la poreuse frontière syrienne. Le même jour, elles ont aussi repris le contrôle du poste-frontière reliant Al Qaïm à la Syrie. Après la perte d'Al Qaïm, dernière localité avant la province syrienne de Deir Ezzor, l'EI ne tient plus que la localité voisine de Rawa et ses environs désertiques, le long de la frontière. Après 9 mois d'une sanglante guérilla dans les rues de Mossoul, deuxième ville d'Irak reprise en juillet, les troupes irakiennes livrent dans cette région un combat d'un type différent. Pour mener à bien cette offensive, elles sont aidées par les unités dites de «mobilisation tribale» du Hachd Al Chaabi, coalition paramilitaire dominée par les milices chiites soutenues par l'Iran. Elles sont aussi appuyées par la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis. Selon la coalition internationale, environ 1500 djihadistes étaient présents dans la région d'Al Qaïm (150 000 habitants, issus d'une demi-douzaines d'importantes tribus sunnites) au début de la bataille. Mais la plupart auraient depuis fui en direction de la Syrie. Les revers territoriaux de l'EI ne signifient ni sa défaite définitive ni son éradication, préviennent les experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.