COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Fin de fonction de responsables locaux: ces décisions ne représentent qu'un début    Accidents de la route: 9 personnes décédées et 181 autres blessées en 24 heures    Deux morts dans un accident de la circulation    Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    Tribunal : report du procès de l'ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Des tests pour tous    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'EI ne tient plus que des poches de territoires entre la Syrie et l'Irak
Publié dans El Watan le 10 - 11 - 2017

Après la perte de la ville de Deir Ezzor le 3 novembre et la reprise de Boukamal annoncée hier par l'armée syrienne, le groupe EI contrôle moins du tiers de la province éponyme, riche en pétrole. Les djihadistes sont confrontés dans la province à deux offensives distinctes, l'une par les forces du régime et l'autre par les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par la coalition emmenée par les Etats-Unis. Bien que Boukamal soit une ville moins grande que Deir Ezzor, cette défaite prive l'EI de la dernière zone urbaine syrienne de son «califat» autoproclamé en 2014, qui s'est effondré. Il ne contrôle plus que des villages et au moins un champ pétrolier, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Après le déclenchement de manifestations contre le régime de Bachar Al Assad en 2011, des groupes rebelles s'étaient emparés de pans de la province de Deir Ezzor et de sa capitale.
En 2014, lors d'une offensive fulgurante en Syrie et en Irak, l'EI avait conquis ces zones. Début septembre, après une série de succès face aux rebelles sur les autres fronts, Damas a pu se focaliser sur Deir Ezzor et briser le siège imposé par les djihadistes dans des secteurs de la ville. C'est ainsi que le régime Al Assad, soutenu par les alliés russe et iranien, a repris la totalité de la capitale, au terme d'une offensive de deux mois. Les djihadistes s'étaient alors retranchés à Boukamal, dernière localité avant la frontière. Ailleurs en Syrie, le groupe EI est présent dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans la banlieue sud de Damas. Il contrôle également de petits territoires dans la province de Homs (centre-ouest) et la région de Deraa (sud).
Reprise d'Al Qaïm
Le 3 novembre, les forces irakiennes ont repris Al Qaïm, gros bourg du désert occidental situé à une dizaine de kilomètres de la poreuse frontière syrienne. Le même jour, elles ont aussi repris le contrôle du poste-frontière reliant Al Qaïm à la Syrie. Après la perte d'Al Qaïm, dernière localité avant la province syrienne de Deir Ezzor, l'EI ne tient plus que la localité voisine de Rawa et ses environs désertiques, le long de la frontière. Après 9 mois d'une sanglante guérilla dans les rues de Mossoul, deuxième ville d'Irak reprise en juillet, les troupes irakiennes livrent dans cette région un combat d'un type différent. Pour mener à bien cette offensive, elles sont aidées par les unités dites de «mobilisation tribale» du Hachd Al Chaabi, coalition paramilitaire dominée par les milices chiites soutenues par l'Iran. Elles sont aussi appuyées par la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis. Selon la coalition internationale, environ 1500 djihadistes étaient présents dans la région d'Al Qaïm (150 000 habitants, issus d'une demi-douzaines d'importantes tribus sunnites) au début de la bataille. Mais la plupart auraient depuis fui en direction de la Syrie. Les revers territoriaux de l'EI ne signifient ni sa défaite définitive ni son éradication, préviennent les experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.