PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Le train sifflera en 2020 et les projets mort-nés au menu    Entre le souhaitable et le possible    Cherif El Ouezzani crie au complot    Bouloudinat (+91 kg) battu par l'Allemand Tiafack    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    PROCES DE SAID BOUTEFLIKA ET DES GENERAUX TOUFIK ET TARTAG : Le gouvernement se prononce sur la transmission en direct    EFFONDREMENT D'UN VIEIL IMMEUBLE A VALERO : Deux femmes coincées dans les décombres secourues    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Rassemblement aujourd'hui devant le siège du parti    Malgré les arrestations et le dispositif sécuritaire : Les étudiants en force    Marche et grève générale le 24 septembre    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    Les raisons d'un bouleversement politique    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Les campus toujours au rendez-vous    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    L'envoyé de l'ONU attire l'attention sur le risque d'une escalade militaire    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Les plus lus et les plus traduits au monde    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'EI ne tient plus que des poches de territoires entre la Syrie et l'Irak
Publié dans El Watan le 10 - 11 - 2017

Après la perte de la ville de Deir Ezzor le 3 novembre et la reprise de Boukamal annoncée hier par l'armée syrienne, le groupe EI contrôle moins du tiers de la province éponyme, riche en pétrole. Les djihadistes sont confrontés dans la province à deux offensives distinctes, l'une par les forces du régime et l'autre par les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par la coalition emmenée par les Etats-Unis. Bien que Boukamal soit une ville moins grande que Deir Ezzor, cette défaite prive l'EI de la dernière zone urbaine syrienne de son «califat» autoproclamé en 2014, qui s'est effondré. Il ne contrôle plus que des villages et au moins un champ pétrolier, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Après le déclenchement de manifestations contre le régime de Bachar Al Assad en 2011, des groupes rebelles s'étaient emparés de pans de la province de Deir Ezzor et de sa capitale.
En 2014, lors d'une offensive fulgurante en Syrie et en Irak, l'EI avait conquis ces zones. Début septembre, après une série de succès face aux rebelles sur les autres fronts, Damas a pu se focaliser sur Deir Ezzor et briser le siège imposé par les djihadistes dans des secteurs de la ville. C'est ainsi que le régime Al Assad, soutenu par les alliés russe et iranien, a repris la totalité de la capitale, au terme d'une offensive de deux mois. Les djihadistes s'étaient alors retranchés à Boukamal, dernière localité avant la frontière. Ailleurs en Syrie, le groupe EI est présent dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans la banlieue sud de Damas. Il contrôle également de petits territoires dans la province de Homs (centre-ouest) et la région de Deraa (sud).
Reprise d'Al Qaïm
Le 3 novembre, les forces irakiennes ont repris Al Qaïm, gros bourg du désert occidental situé à une dizaine de kilomètres de la poreuse frontière syrienne. Le même jour, elles ont aussi repris le contrôle du poste-frontière reliant Al Qaïm à la Syrie. Après la perte d'Al Qaïm, dernière localité avant la province syrienne de Deir Ezzor, l'EI ne tient plus que la localité voisine de Rawa et ses environs désertiques, le long de la frontière. Après 9 mois d'une sanglante guérilla dans les rues de Mossoul, deuxième ville d'Irak reprise en juillet, les troupes irakiennes livrent dans cette région un combat d'un type différent. Pour mener à bien cette offensive, elles sont aidées par les unités dites de «mobilisation tribale» du Hachd Al Chaabi, coalition paramilitaire dominée par les milices chiites soutenues par l'Iran. Elles sont aussi appuyées par la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis. Selon la coalition internationale, environ 1500 djihadistes étaient présents dans la région d'Al Qaïm (150 000 habitants, issus d'une demi-douzaines d'importantes tribus sunnites) au début de la bataille. Mais la plupart auraient depuis fui en direction de la Syrie. Les revers territoriaux de l'EI ne signifient ni sa défaite définitive ni son éradication, préviennent les experts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.