La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle
Noureddine Belhouari. Journaliste et activiste politique
Publié dans El Watan le 15 - 02 - 2019

Très au fait de la politique et de la configuration sociologique de Tlemcen, Noureddine Belhouari estime qu'il est «normal que dans une ville d'où proviennent les symboles du régime au pouvoir (présidence, gouvernement administrations militaires, structures économiques) et avec l'accumulation des années de règne et l'expansion du réseau d'influence au cours des vingt dernières années, soit générée une autorité locale parallèle.
Une autorité, qu'elle soit mandatée ou non, qui est le miroir reflétant l'autorité centrale. Et si cela se produit à Tlemcen, je dirais que c'est une situation normale au vu de la composition sociétale et tribale de la wilaya». Cependant, dit-il, «ce qui est anormal, c'est que cette autorité locale impose sa loi d'une manière scélérate et immorale et soit légitimée par le pouvoir de l'argent et celui des institutions».
Pour M. Belhouari, qui est également élu du MSP à l'APW «nous observons que le critère de l'allégeance aveugle est devenu celui qui garantit des postes administratifs et des positions électorales, pire, les détenteurs de fonds, qui tournoient autour du pouvoir de l'ombre, ont, maintenant, cette possibilité d'acheter leur siège dans les différentes institutions élues.
Une réalité qui porte grandement préjudice à la crédibilité de l'activité politique et à la neutralité des institutions étatiques». Pour combattre cette puissance locale illégitime, notre interlocuteur pense que «la seule solution pour combattre le pouvoir parallèle et l'intimidation politique, c'est une résistance politique pacifique et une large participation dans les échéances électorales.
Il faut une présence d'organes élus horizontalement et verticalement pour contrer ces parasites et ces opportunistes, en espérant bâtir un état de droit basé sur les compétences et non sur le tribalisme et le larbinisme. Enfin, une région, comme Tlemcen, qui a enfanté d'illustres savants, ne peut pas être fière d'une pègre ou d'une tribu dictant sa loi…»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.