La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





30e sommet arabe à Tunis : Encore un conclave pour rien ?
Publié dans El Watan le 31 - 03 - 2019

Il suffit de citer le dossier yéménite et les dizaines de milliers de morts dans ce conflit interarabe pour comprendre la nature des enjeux du Sommet arabe de Tunis. Derrière les dossiers libyen et syrien, il y a également des rivalités arabes.
Le différend opposant l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis au Qatar est un autre point gris qui pèsera sur le Sommet sans être à l'ordre du jour. Le président Béji Caïd Essebsi aura du pain sur la planche, surtout si les Saoudiens tentent de condamner les «ingérences» iraniennes dans la résolution finale. Le président tunisien s'est voulu rassembleur et a tenu à ce qu'une majorité de leaders arabes soient à Tunis pour ce 30e Sommet.
Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, s'est rendu en Egypte, aux Emirats arabes unis, en Arabie Saoudite, à Bahreïn et au Koweït pour appuyer les invitations officielles. Toutefois, après des accords officiels, le roi Salman est le seul poids lourd qui est déjà en Tunisie pour une visite officielle.
Le président égyptien, Al Sissi, s'est désisté à la dernière minute, tout comme le prince héritier émirati, Mohamed Ben Rached. Ces deux derniers étaient ensemble au Caire il y a deux jours. Le roi Mohammed VI ne fera pas, non plus, le déplacement de Tunis. L'Algérie sera représentée par le président du Sénat et la Libye par le président du gouvernement d'union nationale, Fayez Al Sarraj.
La Libye a déjà fait l'objet d'une réunion quadripartite, tenue par la Ligue arabe, l'ONU, l'Union africaine et l'Union européenne, en présence du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, assisté par son envoyé spécial en Libye, Ghassan Salamé, d'Alpha Condé, président de l'UA, Federica Mogherini, haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, et Nabil Arabi, secrétaire général de la Ligue arabe.
Les quatre responsables ont exploité leur présence à Tunis pour le Sommet arabe pour assister à cette réunion sur la Libye et débattre des moyens de concrétiser la feuille de route de la transition en Libye et, notamment, le congrès de Ghadamès le mois prochain et la tenue des élections le plus tôt possible.
Enjeux
Le Sommet de Tunis sera confronté à un principal défi, celui de replacer la Palestine au-devant de la scène après avoir été délogée par le Printemps arabe et ses rebondissements multiples, dont les dissensions entre les différents membres. Un autre enjeu sera l'éventualité que la Tunisie puisse jouer un rôle de médiateur efficient entre le Qatar et ses grands frères «ennemis» du Golfe.
Le président Béji Caïd Essebsi est resté neutre dans ce conflit, malgré ce que pourrait laisser entendre l'accueil très chaleureux réservé au roi Salmane, lors de sa visite officielle en Tunisie, durant les deux jours précédant le Sommet.
Autre problème annexe, celui de la position à prendre par la Tunisie si les pays arabes hostiles à l'Iran, notamment l'Arabie Saoudite, pèsent de tout leur poids pour introduire, dans les recommandations finales du Sommet de Tunis, un paragraphe condamnant ce qu'ils considèrent comme un «interventionnisme» perse dans leurs affaires internes.
Concernant la réintégration de la Syrie dans la structure panarabe sept ans après son exclusion, le dossier n'est pas encore au point. Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Houssem Zaki, a annoncé aux médias qu'il n'y avait pas consensus sur cette question. Les coulisses disent pourtant que plusieurs pays arabes ont exprimé le vœu de voir réintégrer la Syrie à la Ligue. Mais, l'Arabie Saoudite, poids lourd régional opposé à Damas, semble encore réticente à une normalisation avec ce pays.
Toutefois, toujours selon Houssam Zaki, la Ligue arabe appuie la souveraineté de la Syrie sur le Golan occupé par Israël. «L'organisation panarabe ne fait pas d'amalgame entre ce dossier et celui de la crise syrienne», assure le secrétaire général adjoint de la Ligue. La guerre au Yémen et la crise humanitaire qui y sévit constituent un autre terrain de conflit entre l'Arabie Saoudite et les pays arabes. Le dossier yéménite fera partie de l'ordre du jour du Sommet. Ce pays arabe est plongé dans la famine et le choléra.
Ce Sommet intervient alors que la coalition arabe, menée par l'Arabie Saoudite, est régulièrement pointée du doigt par les ONG dans des frappes aériennes sur des hôpitaux et des écoles. Les enjeux ne manquent pas et les Arabes sont loin d'être unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.