Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Pour une présidentielle dans 6 moi    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2019

Les familles et les citoyens ont battu le pavé en cet après-midi du vendredi 19 avril à travers l'ensemble des principales localités de la wilaya de Tipasa. Les manifestants insistent sur, « rouhou gâa », le dégagisme total des symboles du système.
Des chants, des yous yous accompagnaient la procession. Une ambiance de fête régnait tout le long des parcours. Les slogans n'avaient pas changé. Même les petits enveloppés dans l'emblème national marchaient à petits pas. Ils avaient réussi à diminuer la cadence de la marche, sous le regard de leurs parents et les flashs des photographes.
Des enseignantes, des étudiantes, des lycéennes, des collégiennes, se sont regroupées pour former leur carré au milieu de la marée humaine. Des policiers en tenues se tenaient dans des angles, effacés du décor.
« Pour la première fois, je suis venue participer à la manifestation avec l'emblème national sur mon épaule nous dira cette femme venue de Fouka jusqu'à Cherchell, d'habitude je vis l'évènement à travers l'écran de ma télévision, franchement je trouve sympathique cette manifestation au milieu de cette foule très impréssionnante », nous explique-t-elle.
La foule des manifestants demeurait dense le long du parcours. « Klétou labled ya essarakine », « echâab houwa essayid », « silmiya, silmiya », « djazair hourra wa démocratia », il s'agit de quelques mots qui fusaient de la marée humaine.
Des pancarte et des banderoles sont hissées par les manifestants qui ne désespèrent pas de voire les « B » restants partir définitivement.
Bou-Ismail, Koléa, Hadjout, Tipasa, Gouraya pour ne citer que les citoyens de ces localités, n'avaient pas dérogé à la règle. Le RDV est pris pour le dixième vendredi jusqu'à l'éradication des symboles du système de la vie politique. Quant aux blouses noires, un sit-in est prévu à Tipasa au courant de la semaine. L'effervescence à Tipasa ne faiblit pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.