Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Un projet de décret exécutif régissant les métiers d'artiste et de comédien en préparation    Covid-19 : l'équipe d'experts médicaux chinois achève sa mission en Algérie    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    S'inspirer des sacrifices de la génération du 1er Novembre pour le projet de l'Algérie Nouvelle    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Une nouvelle plainte déposée contre Karim Khima    Biskra, la Mitidja du Sud    Le foyer de l'épidémie se déplace à Bordj Ali    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Le harcèlement des activistes continue    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Asseoir un système d'investissement permettant aux investisseurs de travailler sans entraves    PLFC 2020 : le Bureau de l'APN examine les modifications proposées    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    Projet de loi de finances complémentaire: Les députés contre la hausse des prix des carburants    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les habitants de la cité Makhat protestent    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn El Hammam : Risques d'effondrement au chef-lieu
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2019

De nombreuses constructions faisant partie de la vieille ville de Aïn El Hammam sont en état de ruine, d'autres menacent de s'écrouler.
Construites durant l'époque coloniale, des maisons situées au premier étage de magasins qui jalonnent la «grande rue» risquent de s'effondrer. «La plupart de ces habitations ont perdu leur toiture depuis longtemps et mettent à nu leurs murs livrés aux intempéries et à la neige.
Les pierres ayant servi à leur construction avec de la chaux hydraulique, matériau utilisé au début de l'ère coloniale, tombent peu à peu sans que personne en mesure les risques et le danger sur la vie des passants», alerte un commerçant.
En effet, les piétons qui longent les lieux vaquent à leurs occupations sans se rendre compte que l'épée de Damoclès est suspendue au-dessus de leur tête. Même l'intérieur des magasins est affecté par l'usure. Les bâtisses, dont certaines dépassent un siècle d'âge, nous dit-on, semblent avoir fait leur temps. Las de rafistoler leurs boutiques, certains propriétaires ont dû, par sécurité, fermer pour aller s'installer ailleurs.
Par ailleurs, un mur fissuré depuis plusieurs années continue à menacer les personnes et les véhicules qui empruntent la rue Didouche Mourad, à quelques mètres de la mairie. «Un avertissement écrit à la peinture rouge ne suffit plus, puisque, faute de place, des chauffeurs continuent de garer leurs véhicules le long de ce mur de soutènement», note un résidant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.