Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tribunal militaire de Blida : Saïd Bouteflika, les généraux Mediène et Tartag et Louisa Hanoune restent en prison
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2019

En quelques heures, la chambre d'accusation près la cour militaire de Blida a statué sur le pourvoi contre la mise sous mandat de dépôt de Saïd Boutefika, frère-conseiller du Président déchu, des deux généraux à la retraite, Mohamed Mediène, ancien patron de l'ex-DRS (Département de renseignement et de sécurité), et Bachir Tartag, ex-conseiller à la sécurité auprès de la Présidence et coordinateur des services secrets algériens, et de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), tous poursuivis pour «complot contre l'autorité de l'Etat et de l'aArmée».
C'est vers 12h30 que les trois avocats sont sortis du tribunal militaire de Blida pour rejoindre une foule rassemblée en face de la juridiction depuis 9h, en solidarité avec la secrétaire générale du PT. Ils annoncent la «mauvaise nouvelle», disent-ils.
Louisa Hanoune ne retrouvera pas la liberté. La chambre d'accusation a rejeté le pourvoi contre le mandat de dépôt. C'est la déception de ces quelques dizaines de personnes qui se sont rassemblées avec les cadres du PT en face du tribunal militaire de Blida, en signe de solidarité et de soutien à cette militante engagée. Parmi eux, une délégation du Front des forces socialistes (FFS), à sa tête Ali Laskri, des représentants du RAJ, des journalistes et de simples citoyens.
Pour Youcef Ramdane Taâzibt, cadre dirigeant du PT, il n'était pas question d'appeler à un rassemblement. «Ce sont uniquement les cadres du parti qui devaient être présents afin de marquer cette journée. Nous sommes heureux qu'il y ait eu autant de personnes qui nous ont rejoint», dit-il.
Taâzibt refuse de s'exprimer sur le volet judiciaire, mais explique que «Louisa Hanoune est en prison pour son activité politique, sa position aux côtés de la révolution et contre les manœuvres qui tentent à la faire avorter. Son affaire est purement politique».
Selon lui, «la secrétaire générale du PT a consacré une grande partie de sa vie à l'action militante pour la démocratie et l'Etat de droit, comment peut-elle aujourd'hui se retrouver en prison ? Que ceux qui l'ont mise en détention la fassent sortir parce que chaque jour qu'elle y passe est insupportable, aussi bien pour elle que pour tous ceux qui croient en elle. Sa place est parmi ses militants et non pas en prison».
Taâzibt note par ailleurs qu'une «large campagne» de solidarité avec Louisa Hanoune se poursuit, aussi bien au niveau national qu'international, alors que la pétition pour sa libération est déjà signée par des milliers de personnalités algériennes et étrangères, ainsi que des citoyens. «Tous les jours, nous recevons des dizaines et des dizaines de signatures, alors que la liste des membres du comité national populaire pour la libération de Louisa Hanoune ne cesse de s'allonger.
Demain (aujourd'hui), nous tiendrons la réunion du bureau politique pour informer nos cadres de la situation et pour décider d'autres actions à mener dans les jours à venir. Il n'est pas question pour nous de nous arrêter.
S'ils pensent qu'avec la mise en détention de la secrétaire générale du PT ils peuvent nous faire reculer de nos positions, ils se trompent. Nous sommes plus déterminés qu'avant et nous poursuivrons notre démarche et nos actions.»
Il est à rappeler que Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène et Bachir Tartag ont été arrêtés le 4 mai par les officiers de la direction de la sécurité intérieure, sous tutelle du ministère de la Défense, puis déférés le lendemain devant le tribunal militaire de Blida et placés sous mandat de dépôt.
Louisa Hanoune avait été convoquée par la même juridiction comme témoin, le 9 mai, la veille d'un week-end. Après une audition de plus de cinq heures, elle a été inculpée et incarcérée.
Tout au long de cette journée, tout préludait une telle décision. D'abord les images de son entrée au tribunal prises de l'intérieur, par une caméra cachée, et diffusées par la chaîne de Télévision publique et reprises en boucle par les autres chaînes privées. Puis, l'annonce de sa mise sous mandat de dépôt, par une chaîne privée, alors que son audition n'était même pas encore terminée.
Selon un de ses avocats, le tribunal lui reproche de «s'être réunie» avec Saïd Bouteflika et le général Mohamed Mediène «pour discuter de la situation politique du pays», alors qu'en tant que chef de parti, «elle est dans son rôle et se doit de rencontrer toute personnalité et toute personne pour s'informer ou pour participer à la résolution de la crise politique que traverse le pays».
En tout cas, la mise en détention de Louisa Hanoune en tant que chef de parti a suscité de nombreuses réactions, mais aussi une large campagne de solidarité avec cette militante et engagée, qui lutte depuis plus de 40 années pour une Algérie libre et démocratique. L'incarcération d'un chef de parti a soulevé de lourdes interrogations et n'augure rien de bon pour le pays.
Privée de liberté, Louisa Hanoune devra, malheureusement, rester en prison aussi longtemps que le juge du tribunal militaire de Blida le voudra.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.