PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2019

Fermée pour travaux, depuis le mois d'octobre dernier, la poste du chef-lieu de Aïn El Hammam vient de rouvrir ses portes. Samedi dernier, les employés étaient ravis de rejoindre leurs postes et de se retrouver dans de meilleures conditions que celles qui prévalaient au niveau des locaux qu'ils avaient occupés provisoirement au bâtiment des impôts.
Ils ont dû subir le froid et d'autres inconvénients durant tout l'hiver. C'est dans cette sorte de cave sombre et sans le minimum de commodités qu'Algérie Poste recevait ses clients. Même s'ils retrouvent de meilleures conditions que celles qui prévalaient dans les locaux de fortune qu'on leur avait cédés provisoirement, les employés, tout comme les usagers, ne se satisfont cependant pas du «confort» qui leur est offert.
L'exiguïté, et surtout la vétusté, des lieux ayant conduit les responsables à entamer certains travaux ne peuvent pas durer éternellement dans un bureau de poste qui date de la période coloniale. Ils n'oublient pas que l'effondrement d'une partie de la toiture et du plafond était dû à la vétusté de la bâtisse. Il faut par ailleurs signaler que le bureau de poste de Aïn El Hammam reçoit la plupart des usagers de la daïra, et qu'à ce titre, une extension ou une nouvelle construction s'impose d'elle-même. La balle est dans le camp des responsables du secteur, qui doivent dès maintenant envisager sa délocalisation.
Les galas artistiques attirent le public
A la faveur du mois de Ramadhan, la ville de Aïn El Hammam, à cinquante kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, est très animée, depuis quelques jours, contrairement aux onze autres mois de l'année, où tout ferme dès dix-huit heures. A Aïn El Hammam ville, la vie nocturne n'a droit de cité que durant le mois de Ramadhan. Désertée dès l'approche de la rupture du jeûne, la ville renoue, subitement, avec une grande animation.
En voiture ou à pied, des centaines de villageois y affluent, comme attirés par un quelconque événement. Cette année, les rendez-vous ne se déroulent pas uniquement dans les cafés. Habitués à se détendre dans les cafés maures seulement, les veilleurs viennent de découvrir une autre forme d'animation qui les attire chaque soir vers le centre culturel Matoub Lounès, où de nombreuses activités sont programmées. Des chanteurs et du théâtre sont programmés alternativement tous les deux jours.
Mais ce sont surtout les galas artistiques qui attirent un nombreux public. Ce qui s'est effectivement produit mercredi dernier, lors de la montée sur scène d'Ali Idheflawen, un chanteur qui n'est plus à présenter et auquel les citoyens de Aïn El Hammam ont réservé un accueil chaleureux. Deux jours plus tard, le 16 mai, c'est Nassima Ben Ami, une fille de la région, et Nacéra Ben Youcef qui avaient fait salle comble.
Les nombreuses autres soirées promettent de faire vibrer le tout Michelet qui, sans nul doute, fera honneur à Lani Rabah et Loualia Boussad. Les derniers auront des difficultés à trouver des places, surtout que le balcon est réservé aux familles, une première dans la région. Notons que les soirées théâtrales, bien que suivies par un public moyen, attirent moins de monde que les galas artistiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.