Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Des travaux de revêtement d'un tronçon de plusieurs kilomètres qui traverse le centre-ville de la commune de Berrahal sont engagés depuis samedi dernier.
Premier désagrément : la circulation routière est fortement perturbée par un important bouchon, pénalisant les usagers de la route en pleine saison estivale. Et si cette opération ne représente pas une priorité pour les habitants de cette commune, il n'en demeure pas moins que les travaux sont opérés en pleine journée.
Ce qui incommode davantage les riverains, qui se plaignent des émanations toxiques que dégage la fumée du bitume chaud lors de leurs déplacements pédestres. «L'année dernière, nous avons assisté à la même opération de revêtement de ce tronçon. On s'interroge sur son utilité, encore plus sur la priorité de cette opération en pleine saison estivale.
Notre cité enregistre plusieurs insuffisances, telles que le ravalement des murs des immeubles, la réfection de l'éclairage public et la gestion de l'eau potable et des ordures ménagères. Les coupures intempestives de l'énergie électrique et celles de l'eau potable.
Ce sont là quelques carences dont souffre la population locale», relèvent les habitants. Cette incommodité ne dérange pas seulement ces derniers.
En effet, les estivants qui traversent par voie routière le chef-lieu de la commune pour rejoindre les plages de la commune de Chétaïbi, tout autant que celles de la wilaya de Skikda, sont également concernés par ces travaux. Admettant que ce projet est indispensable, d'aucuns s'interrogent sur l'utilité d'œuvrer le jour, alors qu'à la nuit, les travaux seraient plus accommodants.
D'un côté, les habitants sont épargnés des aléas que génère le chantier, et de l'autre, on assure la fluidité de la circulation routière, notamment des vacanciers. «Au moment où on appelle à la rationalisation des dépenses, notamment en ces temps de crise économique, le maître de l'ouvrage semble n'avoir cure, sachant que ce tronçon était praticable avant son nouveau goudronnage. Le doute sur une dilapidation des biens publics est permis.
Pis, les normes techniques aussi ne semblent pas être respectées, puisque le plus novice peut remarquer les différents niveaux du bitume par endroits, particulièrement au contact des trottoirs», constatent des commerçants, implantés tout au long de cette voie publique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.