Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?
Publié dans El Watan le 19 - 06 - 2019

Le bureau des droits de l'homme de l'ONU a réclamé, hier, une enquête «minutieuse et indépendante» après la mort, lundi après-midi, en plein tribunal, du président égyptien déchu, issu de la confrérie des Frères musulmans, Mohamed Morsi.
«Toute mort soudaine en prison doit être suivie d'une enquête rapide, impartiale, minutieuse et transparente, menée par un organe indépendant afin de faire la lumière sur la cause du décès», a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut-commissariat aux droits de l'homme.
Selon Jonathan Schanzer, du cercle de réflexion Foundation for Defence of Democracies (FDD), «étant donné les circonstances, Mohamed Morsi sera considéré comme un martyr. Et les théories du complot autour de sa mort vont certainement prospérer». Mohamed Morsi a été enterré hier au Caire, dans le quartier Medinat Nasr, en présence de sa famille.
La demande de l'ONU intervient une journée après que les Frères musulmans égyptiens aient accusé le régime de Abdelfattah Al Sissi d'avoir «tué à petit feu» Mohamed Morsi, emprisonné depuis 2013. Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), bras politique de la confrérie, a dénoncé dans un communiqué les mauvaises conditions de détention de Morsi.
Le PLJ parle même d'assassinat.
En mars 2018, rappellent des médias occidentaux, une commission britannique indépendante avait condamné son maintien à l'isolement 23 heures par jour, dans des conditions de détention pouvant «relever de la torture ou du traitement cruel, inhumain ou dégradant», surtout qu'il était diabétique. «Le refus d'un traitement médical de base auquel il a droit pourrait entraîner sa mort prématurée», avait déclaré devant le Parlement britannique le député Crispin Blunt, président de cette commission.
La télévision d'Etat égyptienne a diffusé, quant à elle, en boucle des images de violences et d'attentats, accusant les Frères musulmans de «terrorisme» et de «mensonge».
Le silence de l'Occident
La mort de Mohamed Morsi a suscité des réactions de condamnation dans le monde. Les premiers à avoir réagi sont les dirigeants proches de la confrérie des Frères musulmans, comme le chef de l'Etat turc, Recep Tayyip Erdogan. Le Leader de l'AKP lui a d'ailleurs rendu hommage en qualifiant l'ex-président égyptien de «martyr». L'émir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, lui aussi sponsor de la confrérie, a exprimé «sa profonde tristesse».
L'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) a également réagi. Sa directrice pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Sarah Leah Whitson, a dénoncé sur Twitter «l'échec du gouvernement à lui accorder des soins médicaux adéquats (…)».
A l'inverse, les capitales occidentales ont observé un profond mutisme, confirmant ainsi leur soutien au chef de l'Etat égyptien, Abdelfattah Al Sissi, en dépit de son non-respect des droits de l'homme.
Le leader islamiste était emprisonné depuis sa destitution par l'armée, qui lui avait, entre autres, reproché officiellement son rapprochement avec l'Iran. Il avait d'ailleurs été jugé par la suite dans plusieurs affaires, dont un «dossier d'espionnage au profit de l'Iran, du Qatar et de groupes comme le Hamas à Ghaza». Il avait été condamné à un total de 45 ans de prison dans deux affaires, «incitation à la violence contre des manifestants fin 2012» et «espionnage au profit du Qatar». L'ancien président égyptien avait également été accusé de fomenter des actes de terrorisme.
De son côté, Mohamed Morsi, premier président élu de l'histoire de l'Egypte, avait prêté le flanc lorsqu'il était au pouvoir. Il avait accumulé les erreurs politiques. Il s'était considérablement fragilisé en tournant le dos à l'opposition démocratique laïque. Une opposition qui avait fini par se retourner contre lui et appuyer le coup d'Etat de l'armée, qui ne voulait réellement pas de lui au pouvoir.
Al Sissi l'attendait au tournant. Depuis son arrivée au pouvoir, Abdelfattah Al Sissi a mené une répression sans merci contre les Frères musulmans. Des milliers de membres de la confrérie ont été emprisonnés. Plusieurs d'entre eux sont décédés en détention. Après la destitution de Morsi, policiers et soldats ont tué plus de 1400 manifestants pro-Morsi en quelques mois.
Des centaines ont été condamnés à mort dans des procès de masse expéditifs, qualifiés par l'ONU de «sans précédent dans l'histoire récente». Le pouvoir égyptien s'en est également pris à l'opposition laïque, dont plusieurs membres ont été embastillés. La presse privée égyptienne est, quant à elle, bâillonnée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.