Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP
Publié dans El Watan le 19 - 06 - 2019

Les sages-femmes de l'hôpital Berkani Boularas d'Aïn Larbi, située à 30 km au sud de Guelma, ont tenu, hier, un sit-in devant la direction de la santé (DSP).
«Après avoir épuisé tous les recours auprès de la direction de notre hôpital ainsi que de la DSP, nous sommes ici pour que les autorités locales sachent ce que nous endurons à l'hôpital d'Aïn Larbi», déclare une représentante des sages femmes présentes sur place.
«Nous sommes victimes de sanctions arbitraires de la part du directeur de notre établissement dont certaines ont atteint, sans préavis, 8 à 10 jours de retenue sur salaire sans justification. Nous avons été accusées de laisser-aller au niveau du service alors que ce dernier n'a jamais enregistré depuis plus de deux ans un cas de réclamation et encore moins un décès», explique-t-elle. «Notre travail qui a porté ses fruits est le résultat d'un programme établi et nos registres sont là pour l'attester.
Malgré les réunions tenues avec notre directeur en janvier et février derniers, nous avons demandé audience au DSP mais il ne nous a jamais reçues. Un PV de réunion a été établi avec notre directeur d'hôpital avec une entente du maintien de notre programme de travail.
Et la suite vous la connaissez», conclut-elle. Une autre sage-femme revient à la charge et confie à El Watan : «Cela fait trois mois que la situation des retenues sur salaires dure. Nous dénonçons aussi les pressions au travail, le manque de transport, l'absence d'un médecin spécialiste, l'inexistence d'un bloc et d'une banque de sang, mais aussi d'un lieu de repos, en plus nous subissons seules toutes les répercussions et les ingratitudes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.