CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2019

Des preuves suffisantes existent pour ouvrir une enquête sur de hauts responsables saoudiens, y compris le prince héritier, dans l'affaire Jamal Khashoggi. C'est ce qu'a indiqué une experte des droits de l'homme des Nations unies, Agnès Callamard, dans son rapport final transmis hier aux médias.
Elle a appelé ainsi le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, à «ouvrir une enquête pénale de suivi sur l'assassinat de M. Khashoggi afin de constituer des dossiers solides sur chacun des auteurs présumés». Le secrétaire général de l'ONU «devrait lui-même être en mesure d'ouvrir une enquête pénale internationale de suivi sans qu'un Etat n'ait à intervenir», a-t-elle ajouté.
Après avoir elle-même enquêté pendant six mois sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires a relevé dans son rapport qu'elle a «déterminé» l'existence «des éléments de preuve crédibles justifiant une enquête supplémentaire sur la responsabilité individuelle de hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier» Mohammed Ben Salmane.
Elle a mis en garde contre «l'importance disproportionnée accordée à l'identification de l'auteur du crime», soutenant que la justice ne doit pas uniquement établir la responsabilité de l'auteur physique du crime. Une enquête judiciaire «vise également, sinon principalement, à identifier les personnes qui, dans le contexte de la perpétration d'une violation, ont abusé des responsabilités de leur poste d'autorité ou ne les ont pas remplies», a-t-elle observé.
Constat accablant
Mme Callamard, qui comme tous les autres experts indépendants de l'ONU ne parle pas au nom des Nations unies, tient l'Arabie Saoudite pour «responsable de l'exécution extrajudiciaire» du journaliste et critique du pouvoir saoudien, le 2 octobre 2018 à l'intérieur du consulat de son pays, à Istanbul. Dans un premier temps, le royaume a nié le meurtre et avancé plusieurs versions contradictoires. Mais il a fini par soutenir que Khashoggi a été tué lors d'une opération non autorisée par le royaume.
Le 16 novembre, le Washington Post rapportait que la CIA a conclu que le prince a commandité l'assassinat. Le 20 du même mois, le président américain Donald Trump a déclaré ne pas exclure que le prince ait été au courant, mais affirmé que Washington entend «rester un partenaire inébranlable» de Riyad. Mais le 4 décembre, des sénateurs républicains ont affirmé, après avoir été informés des conclusions de la CIA, n'avoir «aucun doute» sur le fait que le prince a «ordonné» le meurtre. Le 13 du même mois, le Sénat adoptait une résolution tenant Mohammed Ben Salmane pour «responsable».
Dans la procédure lancée devant la justice saoudienne, l'accusation a innocenté le prince héritier et inculpé 11 personnes, réclamant la peine de mort contre cinq d'entre elles. Dans son rapport, Mme Callamard a publié les noms et fonctions d'une «équipe de 15 Saoudiens», certains ayant ou ayant eu des liens avec le bureau du prince, dont la mission aurait été d'exécuter J. Khashoggi.
L'experte, qui a eu accès à un enregistrement audio des services secrets turcs, présente des détails sur ce qui se serait passé dans le consulat saoudien à Istanbul, avant l'arrivée du journaliste saoudien puis en sa présence. «Le corps est lourd. C'est la première fois que je découpe par terre», a-elle repris dans son rapport.
Quelques instants après la publication du rapport, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Cavusoglu, a déclaré sur Twitter que son pays appuie «avec force les recommandations» de la rapporteure de l'ONU pour «élucider le meurtre de Khashoggi et demander des comptes à ceux qui en sont responsables».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.