Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boumerdes : remise de clés aux bénéficiaires de 4.450 logements    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2019

Des preuves suffisantes existent pour ouvrir une enquête sur de hauts responsables saoudiens, y compris le prince héritier, dans l'affaire Jamal Khashoggi. C'est ce qu'a indiqué une experte des droits de l'homme des Nations unies, Agnès Callamard, dans son rapport final transmis hier aux médias.
Elle a appelé ainsi le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, à «ouvrir une enquête pénale de suivi sur l'assassinat de M. Khashoggi afin de constituer des dossiers solides sur chacun des auteurs présumés». Le secrétaire général de l'ONU «devrait lui-même être en mesure d'ouvrir une enquête pénale internationale de suivi sans qu'un Etat n'ait à intervenir», a-t-elle ajouté.
Après avoir elle-même enquêté pendant six mois sur la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, la rapporteure spéciale de l'ONU sur les exécutions extrajudiciaires a relevé dans son rapport qu'elle a «déterminé» l'existence «des éléments de preuve crédibles justifiant une enquête supplémentaire sur la responsabilité individuelle de hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier» Mohammed Ben Salmane.
Elle a mis en garde contre «l'importance disproportionnée accordée à l'identification de l'auteur du crime», soutenant que la justice ne doit pas uniquement établir la responsabilité de l'auteur physique du crime. Une enquête judiciaire «vise également, sinon principalement, à identifier les personnes qui, dans le contexte de la perpétration d'une violation, ont abusé des responsabilités de leur poste d'autorité ou ne les ont pas remplies», a-t-elle observé.
Constat accablant
Mme Callamard, qui comme tous les autres experts indépendants de l'ONU ne parle pas au nom des Nations unies, tient l'Arabie Saoudite pour «responsable de l'exécution extrajudiciaire» du journaliste et critique du pouvoir saoudien, le 2 octobre 2018 à l'intérieur du consulat de son pays, à Istanbul. Dans un premier temps, le royaume a nié le meurtre et avancé plusieurs versions contradictoires. Mais il a fini par soutenir que Khashoggi a été tué lors d'une opération non autorisée par le royaume.
Le 16 novembre, le Washington Post rapportait que la CIA a conclu que le prince a commandité l'assassinat. Le 20 du même mois, le président américain Donald Trump a déclaré ne pas exclure que le prince ait été au courant, mais affirmé que Washington entend «rester un partenaire inébranlable» de Riyad. Mais le 4 décembre, des sénateurs républicains ont affirmé, après avoir été informés des conclusions de la CIA, n'avoir «aucun doute» sur le fait que le prince a «ordonné» le meurtre. Le 13 du même mois, le Sénat adoptait une résolution tenant Mohammed Ben Salmane pour «responsable».
Dans la procédure lancée devant la justice saoudienne, l'accusation a innocenté le prince héritier et inculpé 11 personnes, réclamant la peine de mort contre cinq d'entre elles. Dans son rapport, Mme Callamard a publié les noms et fonctions d'une «équipe de 15 Saoudiens», certains ayant ou ayant eu des liens avec le bureau du prince, dont la mission aurait été d'exécuter J. Khashoggi.
L'experte, qui a eu accès à un enregistrement audio des services secrets turcs, présente des détails sur ce qui se serait passé dans le consulat saoudien à Istanbul, avant l'arrivée du journaliste saoudien puis en sa présence. «Le corps est lourd. C'est la première fois que je découpe par terre», a-elle repris dans son rapport.
Quelques instants après la publication du rapport, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Cavusoglu, a déclaré sur Twitter que son pays appuie «avec force les recommandations» de la rapporteure de l'ONU pour «élucider le meurtre de Khashoggi et demander des comptes à ceux qui en sont responsables».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.