«Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Ali Laskri jette l'éponge    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Le procès de Belkacemi Zakaria reporté au 14 juillet    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Tiaret: Mesures renforcées pour stopper le Covid-19    Les 13 manifestants acquittés    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2019

Le secteur de la santé dans la wilaya a encore bénéficié d'un faramineux budget s'élevant à 180 milliards de centimes, dont 78 milliards pour l'équipement du nouvel hôpital de Aïn Merane et d'autres unités de soins, et 30 milliards pour la réhabilitation des structures sanitaires.
Ces fonds viennent s'ajouter au montant astronomique de 523 milliards de centimes accordés pour l'achèvement d'un seul et vieux projet, en l'occurrence le nouveau centre anticancer, à la traîne depuis 10 ans, et dont le taux de réalisation n'atteint que 45%.
Cette situation n'est pas un cas isolé, puisque d'autres infrastructures connaissent le même sort, à l'image de l'UMC de l'hôpital Mère-enfant de Chorfa, le nouvel hôpital de Aïn Merane, qui a toutefois fait l'objet d'une reprise des travaux, et d'autres établissements sanitaires à travers la wilaya.
La gestion des projets est donc pointée du doigt par les professionnels de la santé et les citoyens, qui dénoncent le retard considérable accusé dans la réalisation des différents programmes de développement du secteur. Ce qui, d'après eux, a engendré une série de dysfonctionnements graves aux conséquences néfastes pour les malades et la rentabilisation des unités de soins. En même temps, le recours aux réévaluations répétées de certains projets suscitent bien des interrogations et donnent lieu à divers commentaires ici et là.
Quoi qu'il en soit, malgré les sommes faramineuses dégagées par l'Etat au profit du secteur de la santé, celui-ci reste sinistré et nécessite, selon les habitants, un véritable plan de sauvetage et d'assainissement. D'ailleurs, avec son grand pôle universitaire qui accueille plus de 35 000 étudiants, la wilaya de Chlef ne dispose ni d'un CHU ni de structures capables d'assurer des soins de qualité.
La mise en service dernièrement du nouvel hôpital les Sœurs Bedj, à Chlef, n'a pas eu l'effet escompté sur la santé des malades, en raison d'une série de dysfonctionnements à tous les niveaux. Et dire que cet établissement en dur, le premier du genre au chef-lieu de wilaya, était destiné à devenir un hôpital de référence devant être érigé en CHU. Malheureusement, il ne fonctionne que très partiellement, n'offrant qu'un service limité et souvent décrié par les malades, comme l'atteste la situation peu enviable du service des urgences.
Le service de gynéco-obstétrique de l'hôpital de Chorfa subit le même sort et ne peut plus répondre à la demande sans cesse croissante des parturientes des quatre wilayas du centre-ouest du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.