4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Alger surprise par la liste de l'UE    Carences ou actes de sabotage ?    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brèves de Boumerdès
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2019


– Boumerdès : Retards sur les chantiers LPA
Des citoyens demandeurs de logements ont observé lundi dernier des rassemblements devant le siège de la wilaya de Boumerdès. Il s'agit de souscripteurs aux projets LPA 250 logts de Boumerdès et 130 logts de Bordj Ménaïel. «Nous avons déposé nos dossiers chez les promoteurs en 2012 et payé 70 000 DA de la première tranche en 2014. Mais à ce jour, les projets n'en sont qu'aux fondations», disent les protestataires.
Les projets ont connu plusieurs arrêts des travaux pour, à chaque fois, de nouvelles raisons : problème de nature juridique du terrain, défaut de permis de construire, puis manque de financement. Mais selon des citoyens, «les promoteurs se précipitent sur les projets sans avoir les capacités financières ou techniques pour les mener à bien. On se demande de quelle manière ils ont été retenus». A ce jour, les démarches auprès des responsables n'ont abouti à rien.
«Il y a un vide juridique ou une insuffisance d'entreprises qualifiées, d'où le recours aux mêmes promoteurs défaillants, dont certains obtiennent des projets par complaisance et n'injectent que quelques ouvriers sur les chantiers. Cette méthode leur permet d'allonger la durée de réalisation en obtenant des rallonges financières sous des prétextes pas toujours fondés», dénonce-t-on.
D'autres projets sont dans la même situation que ceux signalés ci dessus. Aux Figuiers et à Boudouaou, des projets de l'ancienne formule LSP ne sont pas encore livrés, alors qu'il était question de leur finalisation au plus tard fin juin, selon les propos que nous a tenus le directeur de l'habitat. Au niveau des chantiers, on rencontre quelques travailleurs qui s'échinent sur plusieurs immeubles. A ce rythme, les citoyens souscripteurs doivent prendre leur mal en patience. Lakhdar Hachemane
– Afir : La pénurie d'eau persiste
Les citoyens de la commune d'Afir, dans la wilaya de Boumerdès, continuent de subir les affres des pénuries d'eau en cette période estivale. La semaine dernière, le P/APC avait choisi de ne pas recevoir le wali de Boumerdès qui avait programmé une sortie dans la daïra de Dellys, déclarant que cette visite n'apportait rien à la commune dont la population meurt de soif en raison des problèmes d'approvisionnement en eau potable.
Pour rappel, le wali de Boumerdès devait effectuer une visite qui comprenait les communes de Dellys, Benchoud et Afir. Les citoyens, eux, se demandent comment à présent leur problème d'eau potable va être réglé. «A l'ADE, on nous dit que 5000 m3 d'eau de dessalement est disponible pour la commune. Mais où va-t-elle donc, puisque nous n'en avons pas dans nos robinets?» s'interrogent-ils.
D'autres pointent un doigt accusateur en direction de certains fraudeurs qui se piquent illicitement sur le réseau d'AEP. Ils reprochent également à l'Assemblée locale de n'avoir pas consommé les opérations affectées précédemment. Nous avons tenté d'entrer en contact avec l'APC, en vain. En tous cas, une équipe de techniciens a été dépêchée sur les lieux pour dresser un diagnostic sur l'état du réseau. L. Hachemane
– Issers : Dénuement à Haï El Rif
Les habitants de haï El Rif, aux Issers, n'entrevoient pas encore le bout du tunnel vers des logements décents. Les citoyens y végètent depuis une soixantaine d'années. Le logis est étouffant en été, glacial en hiver. Un quotidien misérable. Une vieille raconte que depuis la Première Guerre mondiale, la France coloniale les a déportés vers ce camp.
Depuis, ils y vivent dans un deux-pièces en vertical : une cuisine au rez-de-chaussée et une chambre au premier. Haï El Machina, comme l'appellent les habitants par pudeur, pour ne pas rappeler un passé douloureux, a été monté en préfabriqué. Souvent, les femmes vaquent à leur ménage au seuil des habitations. Elles tentent d'élargir un espace trop étroit pour mener à bien leurs occupations.
Ces habitants ont beau alerter les autorités, en vain. M. Slimani, maire des Issers, dira : «C'est vrai que cette cité date des années 1930 et qu'elle ressemble plus à un bidonville qu'à un vrai lieu d'habitation, mais la priorité est accordée aux habitants des sites chalets de l'après-séisme.»
Un citoyen commente : «Les responsables font toujours de la politique. Ce qui les intéresse est de dire qu'ils ont éradiqué les chalets, même s'il existe des camps qui datent de l'indigénat.» Un autre enfonce le clou : «Il aurait été plus honorable pour eux d'effacer les séquelles du colonialisme, quitte ensuite à enlever ceux d'une catastrophe naturelle.» L. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.