APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faible taux de participation et indécision totale
Election présidentielle en Tunisie
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

Le scrutin présidentiel n'a pas attiré la grande foule, comme pour les élections de 2011 et 2014. Les difficultés socioéconomiques ne cessent d'éloigner les jeunes des urnes et du rêve d'un avenir meilleur. Les tendances indiquent un vote serré entre quatre candidats.
Les Tunisiens n'étaient pas très attirés par le scrutin présidentiel, avec un taux ne dépassant pas les 40%, très loin derrière les 62% de 2014. Cette faiblesse du taux de participation traduit donc, encore une fois, le désintérêt des électeurs, qui a été déjà constaté lors des municipales de 2018, dont le taux était inférieur à 20%. L'indécision était totale quant aux résultats à la clôture du scrutin. Le quatuor Nabil Karoui, Kaïs Saied, Youssef Chahed et Abdelfattah Mourou, voire peut-être aussi Abdelkrim Zebidi, seraient au coude à coude, pour les deux fauteuils du 2e tour.
Les premières heures matinales n'ont pas connu les bousculades d'un passé récent devant les 13 360 bureaux d'élections, ouverts pour la présidentielle. Les jeunes ont carrément boudé le scrutin. «Nous avons espéré un raz-de-marée de jeunes, lorsque le nombre d'inscrits est passé, l'été dernier, de 5,4 millions à 7 millions. Mais, c'est un feu de paille, semble-t-il», regrette l'universitaire Lassaad Jammoussi. «Les Tunisiens, notamment les jeunes, ne croient plus que leurs voix puissent changer le destin de leur pays», explique-t-il.
Le taux national de participation était de 7% à 10h, de 16% à 13h et de 27,84%, à 15h. Sur le terrain, il n'y avait donc que les cheveux blancs, accompagnés de leurs petits-enfants, venus découvrir l'ambiance d'un scrutin électoral. «J'ai peur pour la sécurité de mon pays, après les actes terroristes vécus notamment jusqu'en 2015. Je veux donc m'assurer que les rênes du pays soient entre les mains d'une personne croyant en l'autorité de l'Etat, qui a flanché après 2011», explique fièrement Khadija, 60 ans, gérante d'une boutique, venue pour voter, accompagnée de sa fille et sa petite-fille.
«Je veux préserver cet aspect moderniste à notre pays», ajoute-t-elle, provoquant la réplique d'une jeune voisine. «Non, la révolution a permis aux valeurs traditionnelles de s'affirmer de nouveau et j'ai voté pour la personne que je considère en mesure de continuer cette renaissance», intervient Mouna, une femme voilée. Khadija a voté pour le ministre de la Défense, Abdelkrim Zebidi, alors que Mouna a voté le Dr Lotfi Mrayhi, un candidat conservateur.
Incertitude
Les Tunisiens n'ont pas accouru aux urnes, lors de ces élections, en signe d'insatisfaction des résultats politiques enregistrés. La preuve, les deux candidats de l'alliance gouvernante, à savoir le chef du gouvernement, Youssef Chahed, du parti Tahya Tounes, et le vice-président de l'Assemblée des représentants du peuple, l'islamiste Abdelfattah Mourou, peinent à parvenir au 2e tour, malgré les machines électorales derrière eux. Il est fort probable, sauf surprise, que ces deux candidats ne passent pas au 2e tour.
Par contre, le magnat des médias, Nabil Karoui, pourtant en prison, semble se diriger tranquillement vers le 2e tour. Karoui bénéficie de la sanction des urnes contre l'équipe au pouvoir. Sa chaîne Nessma TV n'a cessé de mettre à nu tous les écarts du gouvernement, sur les plan santé, éducation, infrastructures, etc. En rappelant à Samia, une enseignante de 45 ans, sympathisante de Karoui que ce dernier est poursuivi pour blanchiment d'argent, elle réplique : «Je m'en fous s'il est corrompu ou pas; ils le sont tous à mon avis. Je veux de nouveaux visages au pouvoir.» Le magnat des médias et patron de Nessma TV, Nabil Karoui, est qualifié de populiste par les observateurs.
Un autre populiste, l'universitaire Kais Saied, semble obtenir de la sympathie chez les masses d'électeurs, «vu qu'il n'a pas été sali par les rouages du pouvoir», estime Samir, un boulanger apolitique de 35 ans. Samir accuse les gouvernants d'après-2011 d'être «opportunistes et de servir leurs proches, aussi bien les islamistes que les autres». Le camp populiste bénéficie donc de la sanction des urnes à l'encontre des partis politiques qui se sont succédé au pouvoir depuis 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.