Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections
Il était conseiller à la présidence et ministre sous Bouteflika
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

L'Autorité nationale indépendante des élections est déjà installée. Deux jours après l'adoption par le Parlement de la loi organique portant sa création et avant même la promulgation de ce texte, signé hier par le chef de l'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, la composante de cette instance est annoncée.
Son président est aussi connu. Il s'agit de Mohamed Charfi, ancien ministre de la Justice dans les gouvernements du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, à deux reprises (2002-2003 et 2012-2013). Ce dernier a été plébiscité par les 49 autres membres de cette Autorité, choisis, on ne sait sur quel critère, par le coordinateur de dialogue et de médiation, Karim Younès.
La liste définitive des membres de cette Autorité a été rendue publique lors d'une cérémonie à l'issue de laquelle les «heureux désignés» ont approuvé l'unique candidature à la présidence de cette instance.
Mais dès l'annonce de la composante de l'Autorité nationale indépendante des élections, les commentaires des internautes et des observateurs de la scène nationale se sont multipliés ; ils soulignent plusieurs entorses à la loi qui institue cet organe d'organisation des élections. Le premier manquement au respect de ce texte concerne l'installation de cette autorité avant même la promulgation de la loi. Signée dans la matinée d'hier par Abdelkader Bensalah, cette loi ne devrait entrer en vigueur qu'une journée après sa promulgation.
Des militants de partis parmi les membres
L'autre remarque faite par les observateurs de la scène nationale concerne la présence dans cette liste de militants de partis politiques ou qui ont déjà milité dans un parti il y a moins de cinq ans. Pourtant, l'article 19 de la loi organique relative à l'Autorité nationale indépendante des élections stipule : «Le membre de l'autorité indépendante doit remplir les conditions suivantes : être inscrit sur une liste électorale ; reconnu pour ses compétence, probité, expérience et neutralité ; ne pas avoir adhéré à un parti politique pendant cinq ans au moins ; ne pas avoir occupé une haute fonction au sein de l'Etat ; ne pas être membre au sein d'assemblées populaires locales ou parlementaires ; ne pas avoir fait l'objet de condamnation définitive pour crime ou délit privatif de liberté et non réhabilité, à l'exception des délits involontaires. Le membre de l'autorité indépendante atteste par une déclaration sur l'honneur remplir les conditions sus-citées et s'engage à les respecter.»
Or, la liste confectionnée par Karim Younès compte certains membres qui sont des adhérents de partis politiques. C'est le cas de l'élue à l'APW d'Alger, Louz Soraya. Elue en 2017 sur la liste FFS, cette dernière a été exclue du parti avant de rejoindre le TAJ, la formation d'Amar Ghoul. Elle n'est pas la seule. Ali Draa, lui aussi, a conduit la liste du parti El Fadjr El Jadid aux législatives de 2017 à Alger. Même situation pour Milat Abdelhafid, militant du FLN (mouhafada de Constantine).
La personne de Mohamed Charfi n'a pas échappé aux critiques. Son parcours, notamment depuis 1999, a été vite exhumé. On lui rappelle qu'il a été conseiller à la présidence de 1999 à 2002, avant d'être nommé ministre de la Justice dans le gouvernement conduit par Ali Benflis (2002-2003). En 2012, il a été rappelé aux affaires pour assurer le même poste dans le gouvernement de Abdelmalek Sellal (2012-2013). Il a donc participé, de par sa fonction, à l'organisation de deux élections, en l'occurrence celle de 2002 et celle de 2012 qui ont été «raflées» par le FLN.
«Rendre la parole au peuple»
Le désormais président de l'Autorité des élections s'exprimera certainement sur ces reproches dans les jours à venir. Pour sa première déclaration, il s'est contenté de faire des promesses concernant l'organisation d'une élection transparente. «Cette instance œuvrera pour rendre la parole au peuple afin de décider de son avenir et parachever l'édification de l'Etat», a-t-il affirmé juste après son intronisation à la tête de cette Autorité. Selon lui, la priorité de l'instance sera de «concrétiser la revendication principale du peuple, celle de choisir librement celui qui le représentera au plus haut sommet de l'Etat».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.