Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Commerce: Rezig rencontre les producteurs et importateurs de fournitures scolaires    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Le parquet général ouvre une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa
Publié dans El Watan le 19 - 09 - 2019

Le cycle des manifestations populaires a pris un coup de fouet notable pendant la semaine en cours à Béjaïa, où les manifs se sont élargies à plusieurs localités. Hier, la ville de Seddouk a vibré sous l'effet d'une mobilisation populaire qui s'est matérialisée par une marche qui a regroupé des centaines de citoyens, tandis que la ville a été paralysée par une grève générale durant la matinée.
La veille, c'est la population de Tazmalt, dans la vallée de la Soummam, qui s'est mobilisée pour la libération des détenus. La manifestation est partie du siège de la daïra où, il y a plus d'un mois, Karim Tabbou discourait, dans un meeting populaire, devant des centaines de citoyens. A Chemini, une assemblée générale est prévue aujourd'hui afin de mettre en place un comité citoyen qui œuvrera à revendiquer la libération des détenus d'opinion. Pour la même journée de ce jeudi, au moins trois manifestations de rue sont prévues, dont une à Aokas. Un appel y est lancé pour un rassemblement sur la place Katia Bengana pour exiger la libération «immédiate» des détenus.
Les affiches confectionnées mettent en avant notamment les noms du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, de l'homme politique Karim Tabbou, de militants ou citoyens anonymes emprisonnés et auxquels s'est ajouté le nom du militant Samir Belarbi. A Aokas, l'appel est aussi fait «pour stopper net le fascisme et la tentative du coup de force électoral de la 3issaba». Tazmalt se remobilisera aujourd'hui aussi pour la deuxième marche populaire de la semaine. Un groupe de citoyens engagés d'El Kseur a appelé, de son côté, à marcher ce jeudi dans les rues de la ville. Au même moment, les avocats du barreau de Béjaïa battront le pavé au chef-lieu de wilaya.
Ils amorcent le retour de la mobilisation des robes noires, dont plusieurs se sont engagés bénévolement auprès des détenus. A toutes ces manifestations est adjoint le mot d'ordre du rejet de l'élection prochaine, un rejet signifié aussi par le traditionnel slogan kabyle «Ulac l'vot ulac». L'annonce de la date de la très contestée présidentielle arrache des positionnements tranchés. Le président de l'APC de Beni Maouche, Mokrane Labdouci, a déclaré son refus public d'encadrer ce scrutin dans sa commune. «J'irai peut-être en prison mais jamais je n'organiserai des élections contre la volonté de mes concitoyens», a-t-il écrit sur son compte Facebook. De nombreux autres maires sont dans la même logique et il n'est pas exclu que, dans le sillage de l'effervescence populaire, qu'ils s'afficheront publiquement, malgré les menaces de la loi électorale amendée.
Les initiatives, enflées par le dernier discours de Gaïd Salah, émanent des collectifs de jeunes citoyens qui se rebiffent, dont des animateurs associatifs et des militants politiques qui appellent à occuper la rue pour peser dans la suite des événements. A Seddouk, la marche a démarré du siège de l'APC pour finir par un rassemblement devant l'ancienne brigade de gendarmerie, une vieille bâtisse en ruine qui gît là depuis la révolte populaire de 2001. La symbolique n'a échappé à personne, d'autant que la foule criai pendant la marche : «Pouvoir assassin».
Des membres des familles des détenus de la région s'impliquent pleinement dans ces manifestations où la population leur exprime sa solidarité et sa détermination à continuer à exiger la libération de leurs enfants. «On ne vous abandonnera jamais, jamais. Notre objectif, c'est de libérer non seulement les détenus mais l'Algérie entière» a déclaré, au microphone, un militant associatif de Seddouk. Dans cette ville, des parents de détenus étaient en tête de la procession, derrière une banderole frappée des portraits de trois détenus de la région et sollicitant l'engagement des Algériens : «Libérons l'Algérie». Medjani Khiredine, Tigrine Wafi et Bibi Makhlouf sont trois citoyens de la commune de Seddouk qui sont actuellement en prison.
Les deux premiers ont été arrêtés à Alger, vendredi 13 septembre, et accusés de «regroupement illégal». «Tigrine a été arrêté alors qu'il descendait d'un taxi à la Grande-Poste et Medjani on l'a pris dans un café algérois», témoigne un des avocats des détenus. Bibi Makhlouf a été arrêté, quant à lui, pour port du drapeau amazigh et attend son procès. «La justice est instrumentalisée. Les procès sont politiques et nous devons réagir politiquement» a déclaré le même avocat. «Nos enfants ont le moral au beau fixe, ils n'ont rien changé de leur combat, même emprisonnés. Lorsque sa mère lui a rendu visite à El Harrach, elle l'a trouvé souriant et il lui a dit que le combat doit continuer», témoigne, sous les cris de «Ulac smah ulac» (pas de pardon), Rachid Medjani, le père du détenu.
La wilaya de Béjaïa compte bien d'autres détenus d'opinion, dont Mohand Ameziane Belhoul de Bouhamza et Ouidir Khaled de Tazmalt. «On leur a fabriqué des chefs d'inculpation. La justice est aux ordres, elle est soumise. Nous n'accepterons jamais leur agenda», s'est écrié, à partir de la tribune, le député RCD, Atmane Mazouz. Les manifestants, autant à Seddouk qu'à Tazmalt, ont réitéré l'exigence d'une période de transition. «Dirou el intikhabat fel imarat» (Faites les élections aux Emirats), a-t-on scandé à Seddouk.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.