Manipulation de l'image par M6: l'ARAV exprime sa "totale réprobation"    Un terroriste se rend aux autorités militaires à Ouargla    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah Ndaw comme président de la transition    Le contrat de Tiboutine résilié    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le niveau de l'eau en baisse significative    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Opération d'enlèvement des déchets inertes    Faible taux de consommation des crédits alloués    Le directeur sous contrôle judiciaire    Investiture en catimini du président Loukachenko    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Foot Der    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    La démocratie et ses travestissements    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    L'action publique : quelques incohérences ?    Poker gagnant pour l'Histoire    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    La très lente décrue se poursuit    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le directeur persona non grata
Remous à l'école régionale des beaux-arts de Constantine
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Les employés de l'école ont adressé une requête au wali, dans laquelle ils dénoncent des comportements grossiers, indignes d'un responsable d'une telle structure.
Les employés de l'Ecole régionale des beaux-arts de Constantine s'insurgent contre le directeur de l'établissement et réclament son départ le plus tôt possible. C'est lors d'un sit-in, organisé hier matin devant l'école, située sur la RN5, à Boussouf, et sous l'égide du Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap), que les travailleurs ont dénoncé «les graves dérapages» du responsable.
Ce dernier, selon leurs dires, a dépassé toutes les bornes en insultant, humiliant et agressant verbalement et physiquement les employés. Les protestataires ont scandé toute la matinée : «Dégage ! Dégage !». «C'est une première dans les annales de l'école. Durant toute ma carrière, et malgré tous les problèmes que nous avons connus, aucun des directeurs qui se sont succédé à la tête de l'école n'a agressé les employés. Je suis toujours sous le choc, suite au comportement indécent de ce directeur», a déclaré Azziz Benhelal, secrétaire de la section syndicale, qui se dit aussi victime d'une agression physique de la part du même responsable.
Il affirme que tout a commencé lorsque les employés ont dénoncé les dépassements signalés au sein de l'école. «Le directeur s'est acharné contre les travailleurs, en proférant des insultes et des grossièretés. Les femmes de ménage n'ont pas pu supporter toute cette injustice, et ont établi deux rapports, le premier au mois de juillet et le deuxième le 18 du mois en cours.
J'ai été sidéré lorsque le directeur m'a donné un coup de poing au visage, parce que j'ai voulu l'aborder au sujet de ce problème. Pis encore, j'ai été traité de tous les noms, à l'instar de ‘‘Issaba'' en présence de témoins», martèle M. Benhelal. C'est pourquoi, ajoute le secrétaire de la section syndicale, les travailleurs réclament le départ de ce directeur, avant que la situation ne dégénère.
En plus de ces dépassements soulevés dans un communiqué adressé au wali et dont El Watan détient une copie, notons également «la mutation abusive des employés avec lesquels il ne partage pas des affinités, alors que les absences des travailleurs proches de lui ne sont jamais signalées et aucune retenue sur salaire n'a été prise à leur encontre».
Les protestataires comptent poursuivre leur mouvement jusqu'au départ du directeur. Afin d'avoir sa version des faits, nous avons tenté à plusieurs reprises d'appeler la direction, mais nous n'avons pas trouvé d'interlocuteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.