Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le directeur persona non grata
Remous à l'école régionale des beaux-arts de Constantine
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Les employés de l'école ont adressé une requête au wali, dans laquelle ils dénoncent des comportements grossiers, indignes d'un responsable d'une telle structure.
Les employés de l'Ecole régionale des beaux-arts de Constantine s'insurgent contre le directeur de l'établissement et réclament son départ le plus tôt possible. C'est lors d'un sit-in, organisé hier matin devant l'école, située sur la RN5, à Boussouf, et sous l'égide du Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap), que les travailleurs ont dénoncé «les graves dérapages» du responsable.
Ce dernier, selon leurs dires, a dépassé toutes les bornes en insultant, humiliant et agressant verbalement et physiquement les employés. Les protestataires ont scandé toute la matinée : «Dégage ! Dégage !». «C'est une première dans les annales de l'école. Durant toute ma carrière, et malgré tous les problèmes que nous avons connus, aucun des directeurs qui se sont succédé à la tête de l'école n'a agressé les employés. Je suis toujours sous le choc, suite au comportement indécent de ce directeur», a déclaré Azziz Benhelal, secrétaire de la section syndicale, qui se dit aussi victime d'une agression physique de la part du même responsable.
Il affirme que tout a commencé lorsque les employés ont dénoncé les dépassements signalés au sein de l'école. «Le directeur s'est acharné contre les travailleurs, en proférant des insultes et des grossièretés. Les femmes de ménage n'ont pas pu supporter toute cette injustice, et ont établi deux rapports, le premier au mois de juillet et le deuxième le 18 du mois en cours.
J'ai été sidéré lorsque le directeur m'a donné un coup de poing au visage, parce que j'ai voulu l'aborder au sujet de ce problème. Pis encore, j'ai été traité de tous les noms, à l'instar de ‘‘Issaba'' en présence de témoins», martèle M. Benhelal. C'est pourquoi, ajoute le secrétaire de la section syndicale, les travailleurs réclament le départ de ce directeur, avant que la situation ne dégénère.
En plus de ces dépassements soulevés dans un communiqué adressé au wali et dont El Watan détient une copie, notons également «la mutation abusive des employés avec lesquels il ne partage pas des affinités, alors que les absences des travailleurs proches de lui ne sont jamais signalées et aucune retenue sur salaire n'a été prise à leur encontre».
Les protestataires comptent poursuivre leur mouvement jusqu'au départ du directeur. Afin d'avoir sa version des faits, nous avons tenté à plusieurs reprises d'appeler la direction, mais nous n'avons pas trouvé d'interlocuteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.