Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Un projet de réalisation d'un mémorial des martyrs a été lancé, il y a environ trois semaines, au village Aït Ferrach, dans la commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Tizi Ouzou.
Le monument trônera quasiment au centre du village, un emplacement situé à hauteur du CW251, une importante voie de communication qui donnera à l'édifice tout l'élan et la grandeur qui caractérisent les valeureux martyrs pour lesquels il est dédié. A cet effet, une commission de suivi a été installée pour superviser le projet, totalement à la charge des villageois.
L'architecture globale du mémorial des chouhada est constituée d'une plateforme bétonnée posée sur un terrain accidenté. Le talus est soutenu par un rempart. Une fois achevé, une cinquantaine de noms de martyrs, dont une dizaine de femmes, seront inscrits sur le monument, nous a confié Mabrouk Rachedi, un chercheur en histoire de la Révolution 1954/1962, qui détient de nombreuses données sur les victimes du village et celles de nombreuses autres contrées de Kabylie.
Deux autres plaques, sur lesquelles seront transcrits deux événements majeurs qui ont marqué la mémoire villageoise, seront fixées sur le mur d'enceinte, nous confiera Ali Boukella, membre de la commission des travaux. Il s'agit d'abord du pilonnage, le 30 août 1957, du village Aït Ferrach, rasant toutes les habitations, et le largage de 22 obus, qui ont pulvérisé les murs de nombreuses maisons du village Aït Semlal, le 2 septembre 1957.
Ces deux attaques constituaient une réponse des troupes coloniales pour punir les populations de ces deux villages accusées d'avoir soutenu et aidé ce qu'ils appelaient les combattants de l'ALN qui ont planifié et exécuté l'embuscade de Tanaimt, en ce jour du 27 août 1957, en attaquant un convoi de militaires qui se dirigeait vers le camp de Houra, au cours duquel plusieurs soldats français ont été tués et du matériel récupéré.
Le mémorial constituera l'aboutissement d'un vieux rêve des villageois, qui voulaient commémorer le sacrifice des valeureux combattants du village qui ont arrosé cette terre de leur sang.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.