Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Des conditions d'hébergement lamentables    Man City : Mahrez toujours remonté contre Leicester    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    APN : Loukal met en avant l'importance de l'amendement de la loi organique relative aux lois de Finances    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    Asphyxie au monoxyde de carbone à Constantine: hausse du nombre d'interventions des secours    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    CNAC de Sétif: financement depuis janvier dernier de 122 projets    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Trois Palestiniens tués et 470 blessés en octobre    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Les écoles primaires paralysées hier    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Une année de réclusion avec 6 mois de sursis à l'encontre de 21 détenus pour atteinte à l'unité nationale    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    Mascara: Deux frères tués dans un accident de la route    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    Contrôle des changes: La note de la Banque d'Algérie fait toujours jaser    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    26 wilayas au salon des arts plastiques    Les équilibres généraux et l'organisation de l'économie Des contraintes et des exigences pour la prochaine étape de développement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Six mois de prison requis contre "Spécifique"    Création d'un fichier national des hooligans    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Touiza et Babylone Constantina, des silences et des éclats de vie
Journées cinématographiques de Béjaïa
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2019

Deux films aux contextes différents, voire philosophiquement contradictoires, ont été projetés, avant-hier, durant la deuxième soirée de la 17e édition des Journées cinématographiques de Béjaïa.
Touiza, la fiction de 30 minutes de Karim Bengana, nous replonge dans la décennie noire avec ses questionnements, ses doutes et ses horreurs, alors que Babylone Constantina, le long documentaire de Sid Ahmed Semiane (SAS), nous emmène dans l'Algérie de la musique, en s'introduisant essentiellement dans les coulisses du Festival Dimajazz. Karim Bengana voit son film comme étant celui «des non-dits et des silences», suggérant que la décennie sanglante n'a pas dit tous ses secrets.
Yasmine, qui cultive des secrets et s'enveloppe de silence, est le personnage principal de cette fiction. Pourtant le film ne prend pas son titre de son prénom et c'est là toute la symbolique du film. Touiza est le nom d'un chien. L'humain passe au second degré pour dire sa déconsidération dans une logique de bêtise humaine. Le titre est métonymique parce que renvoyant à un personnage secondaire dans l'histoire qui est centrée sur Yasmine, ses angoisses et ses engagements insensés.
C'est Yasmine (Amira Hilda Douaouda) qui symbolise les dégâts incommensurables des dérives idéologiques. Le film met de prime abord son public dans le décor d'un Alger militarisé, où Yasmine tient le rôle d'une servante au service d'une bourgeoise (Farida Rahouadj) qui vit avec ses peurs dans sa maison. La patronne n'est pas nommée. C'est tout juste si sa domestique l'appelle «Madame».
Il émane d'elle la contradiction frappante de deux sentiments ambivalents : elle adore son chien qu'elle bichonne, et méprise sa bonne qu'elle veut pourtant garder, mais par peur de la solitude. L'amour d'un chien et la haine de l'humain forment la seconde image du mépris de l'homme amorcé par le titre. Le drame humain prendra son ampleur dans les projets cachés et mortels de Yasmine qui met sa main dans la pâte sanglante des intégristes.
Karim Bengana dit avoir «essayé de savoir qu'est-ce qui peut se passer dans la tête de quelqu'un qui vit le dernier jour de sa vie». Babylone Constantina a, quant à lui, donné sens à la vie, même s'il ne s'empêche pas de faire faible écho, en arrière plan, à une actualité d'attentats terroristes. Le documentaire aurait pu être une longue couverture, de sept quarts d'heure, du festival DimaJazz de Constantine s'il n'est pas allé butiner chez un vieux conservateur d'enregistrements d'émissions radiophoniques de Constantine et écouter de jeunes amateurs de freestyle qui rêvent et qui étouffent.
En filmant le festival dans ses moindres recoins tout en explorant des à-côtés non moins vivants, le réalisateur a dessiné un contraste et installé subtilement des parallèles entre le traditionnel et le moderne. Jazz, blues et Reggae résonnent dans une ville de Malouf et de Aïssaoua. Raymond Raoul Leyris et Fergani dialoguent avec les Fabriscio Cassol, Boney Fields, Karim Ziad, Aka Moon, Alpha Blondy et bien d'autres noms de la musique mondiale. Une musique sans frontières.
Le titre est bluffeur. Il n'y a surtout aucun lien à chercher avec l'antique ville Babylone. «Au Jamaïca on appelle Babylone le système policier répressif», explique SAS qui n'a pas caché son «malaise» à être présent aux RCB «au même moment que d'autres gens sont en prison parce qu'ils ont eu une parole politique ou pour un drapeau». «C'est inadmissible», dénonce-t-il, avant d'estimer que le cinéma doit continuer. N'est-ce pas que les luttes peuvent bien faire mal à partir des écrans !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.