50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Sider El Hadjar : 14 millions de dinars d'équipements de sécurité disparus    La fin d'une époque    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    LDC (Groupe B). CRB – Sundowns (14h) : Le Chabab vise la première place    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Débrayage des auxiliaires en anesthésie-réanimation de la santé publique : Le syndicat menace de passer à une grève illimitée    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Entrepreneuriat : Signature d'une convention entre la CCI Mezghenna et l'USTHB    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Ce que doit la rue à l'urne    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Qui veut canarder les ambulances ?    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les recommandations du professeur Belhocine    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    Les Etats-Unis accusent le prince hérirter Saoudien    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    155 nouveaux cas et 2 décès    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Alerte au variant britannique    Une obligation, pas un choix    Un vendredi sans heurts    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Les 12 commandements de la phase transitoire    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Neuf militaires tués au Mali    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 4000 morsures de chiens et de chats enregistrées
Publié dans El Watan le 26 - 09 - 2019

La sensibilisation de la population, l'abattage des animaux errants et la vaccination des animaux domestiques sont préconisés par les praticiens de la santé.
Au total, 4081 morsures par des animaux ont été enregistré au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou entre janvier et juillet de l'année en cours, avons-nous appris auprès du service prévention de la direction locale de la santé et de la population (DSP).
Ces cas, relevés chez des personnes de tous âges à travers les 67 communes de la wilaya ont reçu à temps le traitement médical nécessaire dans ce genre de situation, évitant ainsi l'exposition au risque rabique. «Ce sont généralement des morsures provoquées par des chats et des chiens.
Tous les patients évacués aux structures sanitaires ont été pris en charge et vaccinés. Fort heureusement, aucun cas de rage n'a été diagnostiqué cette année», nous a déclaré Idir Oulamara, biologiste au service prévention de la DSP. Selon ce praticien de la santé publique, la meilleure prévention contre cette maladie infectieuse d'origine virale pouvant provoquer la mort de la personne mordue une fois que les signes cliniques apparaissent demeure la vaccination des animaux domestiques.
Il plaide aussi pour la sensibilisation de la population et l'abattage de chiens errants. «Les gens qui adoptent un animal de compagnie doivent penser à le vacciner. Les collectivités locales, la direction de l'agriculture dont relèvent les services vétérinaires et celle de l'environnement doivent s'impliquer elles aussi pour lutter contre la prolifération des chats et chiens errants.
Le léchage d'une plaie, une morsure ou une simple griffure peuvent provoquer la rage chez la personne en contact avec l'animal», ajoute M. Oulamara, qui insiste sur la nécessité de sensibiliser la population sur la prévention contre le risque rabique. En cas de morsure, notre interlocuteur suggère l'acheminement de la tête de l'animal errant abattu aux laboratoires vétérinaires pour examen et voir s'il y a risque de contamination de la personne mordue.
«Le reste du corps de la bête mise hors d'état de nuire doit être incinéré ou enfoui sous terre convenablement entre deux lits de chaux», poursuit-il. Ce cadre de la santé estime que les 4081 cas de morsures relevées durant les sept de mois de l'année 2019 est ‘‘un chiffre effarant''».
Il a souligné que le meilleur remède est la vaccination, car elle permet de prévenir l'apparition de la rage, et par ricochet, éviter le décès de la victime, toutefois celle-ci doit être pratiquée juste après la morsure ou une griffure par un animal susceptible d'être enragé.
La vaccination contre la rage des chats, chiens et autres animaux domestiques assure une protection directe de l'homme, insiste Idir Oulamara. «Une personne mordue vaccinée contre la rage nous revient à 16 000 DA. Une cagnotte conséquente pour le Trésor public, qui peut être utilisée pour l'amélioration des prestations sanitaires dans nos hôpitaux.
L'éradication de la rage exige une coordination multisectorielle entre les collectivités locales, les ministères de la Santé, de l'Agriculture, de l'Environnement, de l'Education nationale, des Affaires religieuses ainsi que la société civile et les médias», relève ce biologiste.
Notons que le dernier cas de décès par la rage enregistré dans la wilaya de Tizi Ouzou remonte à octobre 2016. Il s'agit d'un enfant de trois ans hospitalisé au service des maladies infectieuses à un stade avancé de la maladie, un mois après avoir été mordu par un chien. En 2013, trois autres personnes sont mortes de cette maladie au chef-lieu de wilaya et à Azazga, suite à des morsures de chiens errants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.