Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Numérisation en cours    «Nous jouerons le haut du tableau»    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Déjà en phase de modernisation    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il y a des textes de loi dangereux pour les libertés»
Me Abdelghani Badi, avocat et défenseur des droits de l'homme
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2019

Selon l'avocat et défenseur des droits de l'homme, Abdelghani Badi, les acquis d'Octobre 1988 sont vite anéantis par le régime qui revient, depuis quelques mois, à ces anciennes pratiques : interpellations, emprisonnement et retour de la police politique.
L'avocat et défenseur des droits de l'homme, Abdelghani Badi, alerte sur la dangerosité du dispositif législatif actuel contre les libertés. Il cite notamment des articles contenus dans le code de procédure pénale (de l'article 70 à l'article 90) qui sont utilisés contre les militants politiques ces derniers mois. «Il y a des textes de loi qui datent de l'époque du parti unique que le pouvoir législatif n'a pas révisé pendant tout ce temps.
Le Parlement n'a pas fait son travail et ce sont ces textes qui sont brandis, aujourd'hui, pour mater le hirak», déplore-t-il. Intervenant lors d'une conférence-débat sur le thème «Octobre 1988-octobre 2019 : quelles conséquences ?», animée conjointement avec Me Noureddine Ahmine au siège de l'association SOS disparus, il qualifie ces lois de dangereuses. «Ils (ces textes, ndlr) constituent un danger pour les libertés et pour l'exercice de la citoyenneté. Certains articles du code pénal prévoient la peine capitale pour une accusation vague, telle que l'atteinte à l'unité nationale», alerte-t-il.
Selon lui, les acquis d'Octobre 1988 sont vite anéantis par le régime qui revient, depuis quelques mois, à ces anciennes pratiques : interpellations, emprisonnement et retour de la police politique. «Le pouvoir accentue aussi les pratiques arbitraires, comme si nous étions dans un état d'urgence non déclaré.
On a vu des arrestations de manière spectaculaire des militants politiques. Il y a eu aussi des gardes à vue et des mandats de dépôt injustifiés», dénonce-t-il. L'avocat revient aussi sur les écarts dans l'application des procédures au niveau des tribunaux. «L'Etat national suppose l'application de la loi de la même manière partout sur le territoire national.
Mais nous avons vu le contraire dans l'affaire de l'emblème amazigh et dans le cas de Lakhdar Bouregaâ et d'autres détenus politiques. A Alger, les juges d'instruction ont décidé de garder les gens en détention sous prétexte de poursuivre l'instruction. Ce n'est pas le cas dans d'autres tribunaux.
C'est ainsi qu'on met en danger l'Etat national et non pas à travers des déclarations ou le port d'un emblème», lance-t-il. Les deux conférenciers sont revenus par la suite sur l'apport des événements d'Octobre 1988 et leur influence sur le mouvement populaire du 22 février dernier. «Le peuple algérien a tiré les leçons des événements précédents. Il a compris qu'il faut être pacifique et uni pour mettre en échec les plans du régime», souligne Me Noureddine Ahmine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.