Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension
Publié dans El Watan le 14 - 11 - 2019

La campagne électorale pour l'élection présidentielle du 12 décembre ne va sûrement pas se dérouler dans des conditions normales.
Ce qui s'est passé, hier, à Laghouat mais surtout à Annaba, et la veille à Tindouf, donne un aperçu sur le climat qui va caractériser cette campagne qui doit débuter ce 17 novembre.
A Annaba, des citoyens ont voulu marcher, au niveau du Cours de la Révolution, pour exprimer leur soutien au rendez-vous électoral et à l'institution militaire.
Ceux du hirak, qui contestent cette élection, se sont dirigés vers les lieux pour faire entendre leur voix. A un certain moment, la situation était même tendue. Des défenseurs des droits de l'homme ont annoncé une trentaine d'arrestations parmi les «anti-élection».
La même chose a eu également lieu à Laghouat où des «manifestants du vendredi» se sont déplacés vers une des placettes de la ville pour «haranguer» quelques dizaines de personnes qui avaient organisé un rassemblement pour soutenir l'élection.
La veille, à Tindouf, le candidat Abdelkader Bengrina, venu animer un meeting préélectoral, a été hué à sa sortie d'une salle. Il y a plusieurs jours, c'était Ali Benflis, un autre candidat, qui avait subi la même chose à Alger, à sa sortie d'un restaurant.
Même si le gouvernement se montre confiant quant au bon déroulement de la campagne électorale, il est clair aujourd'hui que les choses risquent de ne pas se passer «comme prévu». Au fur et à mesure que la date de l'élection approche, la tension monte, et des incidents ne sont pas à écarter.
L'organisation de marches «pro-élection» exacerbe aussi des citoyens qui, dans beaucoup de cas, repèrent des soutiens de l'ancien régime. Dans plusieurs de ces manifestations, il y a des banderoles d'organisations dites de la famille révolutionnaire par exemple, celles-là même qui étaient à la disposition du Président déchu.
Il est fort à parier que cette tendance des jeunes du hirak à vouloir se déplacer vers les lieux où se tiennent des actions des partisans de l'élection va s'installer dans le temps.
Par ailleurs, des citoyens tentent d'imaginer d'autres moyens de contestation. Ainsi, par exemple, l'appel pour le collage des photos des détenus du hirak sur les panneaux consacrés à la campagne électorale, a commencé à trouver un écho favorable au niveau de certaines localités, comme c'est le cas à Béjaïa.
Comment les cinq candidats comptent-ils donc mener leurs campagnes électorales respectives dans ce climat ? Certains d'entre eux envisagent dès à présent de réduire au maximum leur présence sur le terrain. L'un des responsables de la campagne du candidat Abdelmadjid Tebboune a indiqué que la priorité a été donnée aux réseaux sociaux, moyen de promotion préféré, d'après lui, aux panneaux d'affichage.
De même pour les meetings. Il est clair que leur nombre sera également réduit, se contentant de quelques-uns qui se dérouleront certainement sous surveillance policière.
D'autant plus que la contestation de cette élection n'est pas seulement localisée dans les grands centres urbains, puisque elle touche même les coins les plus reculés du pays.
Les prochains jours risquent donc d'être très électriques et les Algériens assisteront certainement à une campagne électorale extrêmement «animée»…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.