Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension
Publié dans El Watan le 14 - 11 - 2019

La campagne électorale pour l'élection présidentielle du 12 décembre ne va sûrement pas se dérouler dans des conditions normales.
Ce qui s'est passé, hier, à Laghouat mais surtout à Annaba, et la veille à Tindouf, donne un aperçu sur le climat qui va caractériser cette campagne qui doit débuter ce 17 novembre.
A Annaba, des citoyens ont voulu marcher, au niveau du Cours de la Révolution, pour exprimer leur soutien au rendez-vous électoral et à l'institution militaire.
Ceux du hirak, qui contestent cette élection, se sont dirigés vers les lieux pour faire entendre leur voix. A un certain moment, la situation était même tendue. Des défenseurs des droits de l'homme ont annoncé une trentaine d'arrestations parmi les «anti-élection».
La même chose a eu également lieu à Laghouat où des «manifestants du vendredi» se sont déplacés vers une des placettes de la ville pour «haranguer» quelques dizaines de personnes qui avaient organisé un rassemblement pour soutenir l'élection.
La veille, à Tindouf, le candidat Abdelkader Bengrina, venu animer un meeting préélectoral, a été hué à sa sortie d'une salle. Il y a plusieurs jours, c'était Ali Benflis, un autre candidat, qui avait subi la même chose à Alger, à sa sortie d'un restaurant.
Même si le gouvernement se montre confiant quant au bon déroulement de la campagne électorale, il est clair aujourd'hui que les choses risquent de ne pas se passer «comme prévu». Au fur et à mesure que la date de l'élection approche, la tension monte, et des incidents ne sont pas à écarter.
L'organisation de marches «pro-élection» exacerbe aussi des citoyens qui, dans beaucoup de cas, repèrent des soutiens de l'ancien régime. Dans plusieurs de ces manifestations, il y a des banderoles d'organisations dites de la famille révolutionnaire par exemple, celles-là même qui étaient à la disposition du Président déchu.
Il est fort à parier que cette tendance des jeunes du hirak à vouloir se déplacer vers les lieux où se tiennent des actions des partisans de l'élection va s'installer dans le temps.
Par ailleurs, des citoyens tentent d'imaginer d'autres moyens de contestation. Ainsi, par exemple, l'appel pour le collage des photos des détenus du hirak sur les panneaux consacrés à la campagne électorale, a commencé à trouver un écho favorable au niveau de certaines localités, comme c'est le cas à Béjaïa.
Comment les cinq candidats comptent-ils donc mener leurs campagnes électorales respectives dans ce climat ? Certains d'entre eux envisagent dès à présent de réduire au maximum leur présence sur le terrain. L'un des responsables de la campagne du candidat Abdelmadjid Tebboune a indiqué que la priorité a été donnée aux réseaux sociaux, moyen de promotion préféré, d'après lui, aux panneaux d'affichage.
De même pour les meetings. Il est clair que leur nombre sera également réduit, se contentant de quelques-uns qui se dérouleront certainement sous surveillance policière.
D'autant plus que la contestation de cette élection n'est pas seulement localisée dans les grands centres urbains, puisque elle touche même les coins les plus reculés du pays.
Les prochains jours risquent donc d'être très électriques et les Algériens assisteront certainement à une campagne électorale extrêmement «animée»…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.