La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Cette dérive à laquelle se prête le pouvoir est extrêmement dangereuse»
Collectif National des Universitaires du Hirak
Publié dans El Watan le 31 - 12 - 2019

Rien ne fera plier notre hirak». Ainsi les enseignants universitaires impliqués dans le hirak et organisés dans le cadre du collectif national ont choisi de titrer leur déclaration, en réaction aux violences enregistrées lors du 45e vendredi et le recours aux baltaguia pour terroriser les manifestants pacifiques.
«Nous, universitaires – engagés individuellement ou collectivement – signataires de cette déclaration, nous nous joignons à l'ensemble de la population algérienne qui s'est insurgée contre les violences enregistrées lors de la 45e marche hebdomadaire du hirak à Oran, Annaba, Bordj Bou Arréridj, Constantine», écrivent-ils dans ce document daté du 29 décembre.
En effet, et comme rapporté dans nos précédentes éditions, le 45e vendredi du hirak a été particulièrement marqué dans plusieurs villes par des agressions d'un nouveau type faites par des groupes de jeunes missionnés pour violenter les manifestants et empêcher les marches.
Les signataires disent halte à la répression des aspirations légitimes du peuple et considèrent que «la violence et l'agressivité exprimées par des Algériens envers leurs concitoyens s'inscrivent dans la continuité des politiques menées par nos dirigeants depuis des décennies. En effet, des efforts constants sont mis en œuvre pour l'exacerbation du régionalisme et du racisme qui incitent les Algériens à s'entre-déchirer et à se déclarer la guerre».
Le collectif, composé de plusieurs coordinations universitaires, désigne aussi les forces de l'ordre comme partie prenante dans les scénarios répressifs ayant ciblé les marcheurs de ce dernier vendredi, qualifiant de «dérive dangereuse» ce dont a fait preuve le pouvoir. «Les forces de l'ordre, sous prétexte d'encadrer les marches et maintenir l'ordre, s'en sont prises aux manifestants pacifiques en les violentant.
Cette dérive ne fera que creuser le fossé – déjà abyssal – entre la société et le pouvoir, d'une part. D'autre part, cette dérive à laquelle se prête le pouvoir est extrêmement dangereuse : opposer le peuple à lui-même ne saurait offrir une réponse judicieuse aux revendications du hirak.»
Le Collectif national des universitaires du hirak a salué aussi «l'intelligence et la sagesse des manifestants pacifiques qui ont réussi à déjouer cette énième manœuvre qui vise à casser la mobilisation citoyenne, en semant la confusion et en attisant la haine au sein de ce formidable mouvement, avec la complicité de voyous érigés en »patriotes »», peut-on lire dans la même déclaration. Et de dénoncer «l'attitude de certains, qui ont légitimé le recours à la violence contre les hirakistes par les baltaguia, qualifiant leur voyouterie de « regain de conscience »».
Militant pour une Algérie libre et démocratique, les signataires estiment en conclusion que «nulle victoire n'est à attendre pour personne, aucune issue positive ne peut être envisagée par de telles pratiques !» Les universitaires ont, par la même occasion, réitéré leur adhésion totale au hirak tout en appelant à un renforcement de la mobilisation pacifique et les citoyens à beaucoup de vigilance, et préserver la Silmiya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.