Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec l'Emir de l'Etat du Qatar    JM-Oran-2022 : début de la cérémonie d'ouverture    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Farsia et Houza    JM-Oran-2022/ Boxe (tirage au sort) : les Algériens fixés sur leurs adversaires    Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Manchester City va frapper un joli coup avec Kalvin Phillips    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La responsabilité des autorités sécuritaires et administratives en question
Des hirakistes agressés à Oran
Publié dans Liberté le 29 - 12 - 2019

Grave ce qui vient de se passer en ce vendredi 45 du hirak à Oran avec la multiplication des agressions physiques et verbales des bandes de jeunes dont certains étaient sous l'emprise évidente de drogue. La déferlante haineuse qui a accompagné les manifestants, hommes, femmes et enfants, tout au long de leur itinéraire témoigne de la gravité des dérapages qui se sont produits.
"Ces scènes d'agressions et de provocations avec insultes et injures proférées contre les citoyens et les citoyennes d'Oran se sont produites tout au long de la marche de ce vendredi, sans que les forces de l'ordre interviennent, elles étaient d'ailleurs absentes, pour protéger les citoyens pacifistes", rapporte le communiqué du bureau d'Oran de la Laddh, rendu public le même jour.
Le ton était donné à l'heure de la marche avec des baltaguia qui se sont placés de part et d'autre de la rue d'Arzew pour houspiller les hirakistes avant de les prendre à revers en amont du cinéma Régent, chargeant dans le tas et tentant d'arracher emblèmes nationaux et pancartes brandis par les manifestants.
Des coups de poing et de pied fusent et des hirakistes se retrouvant isolés, sont agressés. "Ces bandes de baltaguia ont pu aisément, en plusieurs endroits du parcours des hirakistes pacifiques, les agresser, frappant et insultant tous ceux qui se trouvaient à leur portée. Un père de famille a été frappé à la tête ainsi que sa petite fille qu'il avait dans les bras", dénonce la même source.
Le calvaire ne faisait que commencer et des bandes d'adolescents surexcités, répondant visiblement à des directives d'adultes présents en tant qu'observateurs, reviennent à la charge à la place des Victoires, affluant des ruelles Saint-Pierre. Des jets de pierres et de pétards au milieu de la foule depuis l'échafaudage mis en place pour la restauration d'immeubles au niveau des Arcades ont contribué à ces moments de panique particulièrement chez les femmes.
Si les scènes de violence ont été le leitmotiv de cette journée, ce sont en revanche les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux qui font froid dans le dos tant ce sentiment d'impunité de ces agresseurs les pousse à se filmer à visage découvert. La vidéo d'un baltagui connu à Oran suscite, elle aussi, l'indignation puisqu'on le voit menacer d'égorger les manifestants au vu et au su de plusieurs policiers.
Face à ce qui s'est passé et qui s'apparente à une véritable opération orchestrée contre le hirak, des citoyennes et des citoyens d'Oran "adhérant aux marches citoyennes des mardis et des vendredis chaque semaine depuis le 22 février" ont lancé un appel aux "autorités sécuritaires et administratives de la ville pour mettre fin aux manipulations de certains milieux affairistes mal dissimulés derrière des partis politiques et d'associations proches du pouvoir illégal et illégitime".
Par ailleurs, l'appel met "la justice algérienne, les présidents de l'APC et de l'APW ainsi que messieurs le wali et le chef de sûreté de wilaya" devant leurs responsabilités en cas de dépassements irréversibles. Le bureau d'Oran de la Laddh rappelle également "que le devoir des forces de l'ordre est de protéger la population pacifique".

Saïd OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.