Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Ce qu'il faut retenir du sommet de Berlin
Publié dans El Watan le 21 - 01 - 2020

L'Algérie s'est dite prête à abriter le dialogue entre les Libyens. Intervenant au cours de la conférence de Berlin sur la Libye, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré son appel à «la communauté internationale d'assumer sa responsabilité en matière de respect de la paix et de la sécurité dans ce pays».
La communauté internationale s'accorde enfin pour relancer les efforts de paix en Libye. Bien qu'il s'agisse d'une entente à minima, celle-ci offre l'avantage néanmoins de servir de cadre à un règlement de la crise qui ravage ce pays depuis 2011. Les dirigeants de onze pays ont convenu en effet dimanche, lors d'une conférence sur la Libye, organisée à Berlin sous l'égide de l'ONU, qu'il n'existait pas de «solution militaire» au conflit.
Les résolutions de cette conférence – à laquelle ont pris part les Etats-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France, la Turquie, l'Italie, l'Algérie, l'Egypte, les Emirats arabes unis, l'Allemagne, l'ONU et l'UA – étaient très attendues en raison du fait que la situation a considérablement empiré dans le pays depuis l'offensive menée par Khalifa Haftar contre Tripoli, en avril dernier, dans le but de renverser le gouvernement d'union nationale (GNA). Plus de 280 civils et 2000 combattants ont déjà été tués et, selon l'ONU, plus de 170 000 habitants ont été déplacés en seulement 10 mois.
Dans l'espoir donc de favoriser l'instauration d'une dynamique de paix dans l'ex-Jamahiriya, les nombreux invités de la chancelière allemande, Angela Merkel, et du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, se sont engagés notamment à respecter l'embargo sur les armes décrété il y a près d'une dizaine d'années par les Nations unies, mais resté lettre morte, et à renoncer à toute «interférence» dans le conflit.
«Cet embargo sera plus strictement contrôlé qu'auparavant», a expliqué la chancelière lors d'une conférence de presse commune avec Antonio Guterres, et l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé. «Nous avons assisté à une escalade dans le conflit. Il a atteint ces derniers jours une dimension dangereuse», a en effet fait valoir Antonio Guterres, pointant le «risque d'une véritable escalade régionale».
Renforcer l'embargo
Le secrétaire général de l'ONU n'a pas tort. La crise libyenne a évolué en une guerre par procuration qui implique de nombreuses puissances, conflit qui menace aujourd'hui de déstabiliser toute la région. La Turquie, qui participait à la rencontre, soutient par exemple militairement le gouvernement d'union dirigé par Fayez Al Sarraj alors que les Emirats arabes unis, l'Egypte, l'Arabie Saoudite, la France et la Russie appuient l'homme fort de l'Est de la Libye, Khalifa Haftar, le maréchal à la retraite.
Les participants à cette conférence de paix ont aussi appelé à un cessez-le-feu permanent sur le terrain. Afin de s'assurer du respect effectif et durable de la fin des hostilités, l'on apprend que des rencontres interlibyennes entre représentants militaires des deux camps devraient être organisées prochainement. Une invitation sera lancée «dans les prochains jours», a assuré Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU.
Pour ce qui est de la consolidation du cessez-le-feu, l'émissaire de l'ONU a appelé les deux camps rivaux à former une «commission militaire» composée de dix officiers, cinq de chaque côté.
Cette commission, a-t-il expliqué, aura pour mission de définir sur le terrain les mécanismes de mise en œuvre du cessez-le-feu. Sur cette question, de nombreux observateurs auraient souhaité voir plutôt l'ONU proposer l'envoi d'une force d'interposition en Libye. Pour eux, cette commission risque de ne pas être suffisante pour faire taire les armes.
Rapprocher al Sarraj et Haftar
Un point sur lequel les participants ont en revanche fait du surplace est celui concernant le rapprochement des belligérants, Fayez Al Sarraj et Khalifa Haftar. Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, a d'ailleurs reconnu que les chefs des gouvernements rivaux de Tripoli et Tobrouk n'étaient pas parvenus «pour l'instant» à entamer un «dialogue sérieux» lors de la conférence de Berlin. «La conférence a été très utile (…) mais il est clair qu'on n'a pas réussi pour l'instant à lancer un dialogue sérieux et stable» entre Fayez Al Sarraj et Khalifa Haftar, a ajouté le chef de la diplomatie russe.
Comme à Moscou, les deux chefs rivaux ne se sont effectivement pas rencontrés dans la capitale allemande. Justement, le défi, aujourd'hui, pour la communauté internationale consiste à éviter à tout prix une reprise des combats et à convaincre Al Sarraj et Haftar de reprendre les négociations de paix. Le temps presse, car la trêve observée par les deux belligérants est fragile. Les tirs ne se sont d'ailleurs pas complètement arrêtés et la conférence de Berlin ne s'est pas donné véritablement les moyens de faire pression sur Tobrouk et Tripoli.
L'offre d'Alger
Les autorités algériennes – qui ont la réputation de bien connaître le terrain libyen, d'observer une stricte neutralité dans le conflit et de disposer de bons canaux de communication avec les deux belligérants – ont fait savoir, à ce propos, qu'elles étaient prêtes à œuvrer en faveur du rapprochement entre les deux hommes et à abriter le dialogue entre les Libyens.
L'Algérie a multiplié, ces dernières semaines, les consultations pour tenter de contribuer à une solution politique à la crise en Libye, pays avec lequel elle partage près de 1000 kilomètres de frontière. Le conflit libyen constitue un important défi pour la sécurité nationale algérienne. Alger considère «la sécurité en Libye comme le prolongement de sa propre sécurité».
Intervenant au cours de la conférence de Berlin sur la Libye, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré par ailleurs son appel à «la communauté internationale pour qu'elle assume sa responsabilité en matière de respect de la paix et de la sécurité dans ce pays», affirmant que «l'Algérie refuse toute atteinte à son intégrité nationale et à la souveraineté de ses institutions».
Abdelmadjid Tebboune a plaidé en outre en faveur d'«une feuille de route aux contours clairs, qui soit contraignante pour les parties, visant à stabiliser la trêve, à stopper l'approvisionnement des parties en armes afin d'éloigner le spectre de la guerre de toute la région». «Les luttes d'influence régionales et internationales et la multiplicité d'agendas contradictoires jouent en faveur du statu quo», a prévenu M. Tebboune qui a mis en garde contre les dangers de cet état de fait sur les efforts onusiens et régionaux pour parvenir à trouver une solution politique. Il revient maintenant aux Libyens aussi de tout mettre en œuvre pour sortir de la guerre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.