Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



60 ans après le 1er essai nucléaire français au Sahara, dénommé «Gerboise bleue» : Ni reconnaissance ni réparation de la part de l'Etat français
Publié dans El Watan le 13 - 02 - 2020

Le jour suivant l'explosion de «Gerboise bleue», la première bombe atomique larguée dans le désert de Reggane, le nuage radioactif arrive en Libye, traverse une partie du Niger pour atteindre les alentours de N'Djamena, capitale du Tchad. A J+4, les retombées recouvrent des milliers de kilomètres carrés pour atteindre le Nigeria, le Ghana, la Côte d'Ivoire et le Mali.
Neuf jours après le largage, le nuage recouvre tout le Sud algérien et l'Afrique subsaharienne. De même, 12 jours après l'explosion, les retombées radioactives atteignent Alger en passant par le Sahara occidental et le Maroc.
Et le lendemain, le nuage traverse la mer Méditerranée et approche des côtes espagnoles et de la Sicile, selon un document révélé par l'Observatoire des armements/Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits (CDRPC) en 2009, le rapport de 1996 intitulé «La genèse de l'organisation et les expérimentations au Sahara (CSEM et CEMO)» et rendu public par la presse française.
Selon l'Observatoire des armements, le nombre global des documents classés «secret défense» relatifs aux essais nucléaires français au Sahara et en Polynésie (1960-1996) déclassifiés par le ministère français de la Défense est dérisoire : moins de 5%. Et cette déclassification résulte de la procédure judiciaire engagée en 2004 par des associations de victimes des essais nucléaires français en Algérie et en Polynésie, l'Aven et Moruroa e tatou auprès du Parquet de Paris.
Sur les 154 documents déclassifiés en mars 2013 relatifs à l'Algérie – récupérés par les associations françaises des victimes des essais nucléaires en novembre 2013, une trentaine ont de l'intérêt, selon feu Bruno Barrillot, co-fondateur avec Patrice Bouveret de l'Observatoire des armements/ Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits (CDRPC), qui les avait analysés.
En outre, souligne l'expert, la carte de «Gerboise bleue» qui faisait partie de ces documents déclassifiés «contredit la carte des retombées radioactives publiée par le ministère de la Défense français en 2007 dans un document sur les essais français au Sahara, présenté comme un gage de transparence au moment où le gouvernement algérien organisait à Alger une conférence internationale sur les conséquences environnementales et sanitaires des essais nucléaires». «La délimitation des retombées de »Gerboise bleue » du document de 2007 avait été sérieusement modifiée par rapport à ce qui s'est réellement produit en 1960 et n'indiquait plus qu'un minuscule »secteur angulaire » couvrant une zone non habitée à l'est du point zéro de Hamoudia».
Et d'indiquer que c'est cette carte de 2007 qui a servi à délimiter la zone géographique saharienne où devraient se trouver les personnels civils et militaires et les populations pour bénéficier de la loi d'indemnisation des victimes des essais nucléaires français du 5 janvier 2010, dite loi Morin, du nom du ministre de la Défense qui l'avait fait voter.
Tandis que le rapport de 1996 intitulé «La genèse de l'organisation et les expérimentations au Sahara (CSEM et CEMO)» ne faisait pas partie des documents déclassifiés de la série saharienne alors qu'il avait été largement diffusé et commenté dans la presse en 2010. Sa divulgation, en 2009, par Damoclès (revue de l'Observatoire n° 128-129) a mis en évidence que les essais nucléaires français au Sahara n'ont pas été «propres».
Ce rapport, classé «confidentiel-défense», est une synthèse rédigée à partir des documents militaires d'époque, classés «secret» ou «confidentiel défense»… «Même s'il apporte des informations jusque-là non connues, il s'agit bien d'une »relecture officielle » de la période des essais nucléaires français», note la revue Damoclès. «Les rédacteurs ont dû trier dans les documents sources, ce qui explique les incohérences et surtout les silences et les omissions.» «C'est manifestement le cas pour les ‘‘ratés'' des essais au Sahara, notamment »Gerboise verte » ou l'accident du tir Béryl».
Ainsi, on apprend que sur les treize tirs effectués entre 1961 et 1966, douze ont fait l'objet de fuites radioactives. Seul le tir «Turquoise» du 28 novembre 1964 n'aura pas provoqué de radioactivité à l'extérieur. «Les conséquences de ces radiations ne se sont pas arrêtées avec la fin des essais et la fermeture administrative des sites, mais perdurent aujourd'hui encore, à la fois compte tenu de la très longue durée de vie de certains éléments radioactifs et du fait que la France a laissé de nombreux déchets nucléaires enfouis dans le désert».
Soixante ans après le largage de la première bombe A à Reggane, le gouvernement français devrait enfin prendre en compte les demandes d'information et d'accès aux archives des essais nucléaires émanant des autorités et des associations de victimes algériennes. Parce qu'assurer la transparence sur les essais nucléaires en déclassifiant les dossiers et rapports significatifs – il en reste des milliers – contribuerait à faire avancer la vérité et rendre justice aux victimes directes et aux générations futures. Et aussi parce que la communication de la cartographie des sites d'enfouissement est primordiale pour les sécuriser et éventuellement regrouper les déchets selon des normes conformes à la réglementation internationale.
Ce qui avait fait dire à feu Bruno Barrillot (El Watan du 13 février 2014) que «des actions de coopération franco-algériennes, notamment sur la décontamination et la sécurisation des anciens sites d'essais du Sahara permettraient, en plus des réhabilitations nécessaires, de former des acteurs et des experts des deux pays dans ces domaines de haute technologie». «Des actions de ce type, par des équipes multinationales, existent pour l'élimination des mines antipersonnel un peu partout dans le monde, y compris, je crois, en Algérie, pourquoi ne pas faire de même pour gérer l'après essais nucléaires ?»

Paris
De notre bureau Nadjia Bouzeghrane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.