Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président Kaïs Saïed hausse le ton
Formation du nouveau gouvernement en Tunisie
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2020

Le président Kaïs Saïed a décidé, avant-hier, qu'il y a soit le gouvernement Fakhfakh, soit des élections anticipées. Les partis et les organisations nationales multiplient les tractations pour un compromis dans les délais constitutionnels, qui expirent aujourd'hui.
Il a fallu une décision souveraine du président Saied, menaçant d'élections anticipées, en cas d'échec de Fakhfakh, pour couper court aux spéculations d'Ennahdha sur une autre issue constitutionnelle.
Kaïs Saied l'avait annoncé au président de l'Assemblée, l'islamiste Rached Ghannouchi, en présence du chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Youssef Chahed. La Com de la présidence de la République a diffusé la vidéo qui a remis tous les partis sur le droit chemin.
Tout le monde était devenu expert constitutionnaliste en Tunisie, durant les dernières 48 heures, pour interpréter l'article 89 de la Constitution, si Elyes Fakhfakh n'obtient pas la confiance de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Les islamistes d'Ennahdha et Qalb Tounes ont prévu de voter une «motion de censure» contre Youssef Chahed et proposer un nouveau chef du gouvernement, dans la période précédent le 15 mars, date fatidique, avant que le président de la République ne dissolve l'ARP.
Tahya Tounes, le parti de Youssef Chahed, répond que «cela n'a aucun sens de retirer la confiance à une équipe chargée des affaires courantes, pour remettre la même équipe aux affaires courantes».
Le flou était total. Il a donc fallu une intervention énergique du président Saied pour dire qu'il n'y avait que l'option Fakhfakh ou des élections anticipées. Les constitutionnalistes ont conclu que c'est le droit du président de la République d'interpréter, puisqu'il est le «garant de la Constitution».
Interprétation officielle
Pour le Pr Slim Laghmani, universitaire constitutionnaliste, ces interprétations officielles émanent des décideurs en dernier ressort, soit la Cour constitutionnelle, si elle existe, le président de la République, dans le périmètre de sa compétence, ou l'ARP, dans le périmètre de sa compétence.
Dans ce cas, Kaïs Saied a fait une interprétation officielle de l'article 89 de la Constitution et elle est considérée comme une décision.
Et en évoquant l'alternative du retrait de confiance au gouvernement des affaires courantes, qui a créé des malentendus ces deux derniers jours, le Pr Laghmani a indiqué que cette option ne se pose même pas. «Le gouvernement des affaires courantes n'est évoqué que dans l'article 100 et si on retire la confiance au gouvernement, ce sera une violation de la Constitution», précise le professeur.
Des tractations incessantes ont lieu, depuis avant-hier, pour retoucher l'équipe Fakhfakh. Ennahdha et le Courant démocratique ne veulent pas de Mechichi, le proposé au ministère de l'Intérieur. Il est actuellement conseiller auprès de Kaïs Saied. Ennahdha ne veut pas que Lobna Jeribi soit ministre des TICs.
Elle est également de la sphère rapprochée du président Saied. Faute de l'attribuer à l'un des leurs, comme ce fut sous Maaref, les islamistes veulent que ce soit un indépendant. Les islamistes veulent aussi que Lotfi Zitoun, l'un des proches conseillers de Ghannouchi, ait un poste.
Concernant Qalb Tounes, Fakhfakh a continué à refuser de l'intégrer au gouvernement. Il n'y aurait donc pas de gouvernement d'unité nationale. Soit les islamistes acceptent la proposition légèrement modifiée de Fakhfakh, dans la limite du respect de l'indépendance des ministères de souveraineté, soit la Tunisie va vers des élections anticipées.
Les prochaines 12 heures décideront du proche avenir. Le conseil de la choura d'Ennahdha devrait entériner les dernières décisions, selon le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi. «La Tunisie aura son nouveau gouvernement dans les prochaines heures», a-t-il déclaré aux médias.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.