Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président Kaïs Saïed hausse le ton
Formation du nouveau gouvernement en Tunisie
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2020

Le président Kaïs Saïed a décidé, avant-hier, qu'il y a soit le gouvernement Fakhfakh, soit des élections anticipées. Les partis et les organisations nationales multiplient les tractations pour un compromis dans les délais constitutionnels, qui expirent aujourd'hui.
Il a fallu une décision souveraine du président Saied, menaçant d'élections anticipées, en cas d'échec de Fakhfakh, pour couper court aux spéculations d'Ennahdha sur une autre issue constitutionnelle.
Kaïs Saied l'avait annoncé au président de l'Assemblée, l'islamiste Rached Ghannouchi, en présence du chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Youssef Chahed. La Com de la présidence de la République a diffusé la vidéo qui a remis tous les partis sur le droit chemin.
Tout le monde était devenu expert constitutionnaliste en Tunisie, durant les dernières 48 heures, pour interpréter l'article 89 de la Constitution, si Elyes Fakhfakh n'obtient pas la confiance de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Les islamistes d'Ennahdha et Qalb Tounes ont prévu de voter une «motion de censure» contre Youssef Chahed et proposer un nouveau chef du gouvernement, dans la période précédent le 15 mars, date fatidique, avant que le président de la République ne dissolve l'ARP.
Tahya Tounes, le parti de Youssef Chahed, répond que «cela n'a aucun sens de retirer la confiance à une équipe chargée des affaires courantes, pour remettre la même équipe aux affaires courantes».
Le flou était total. Il a donc fallu une intervention énergique du président Saied pour dire qu'il n'y avait que l'option Fakhfakh ou des élections anticipées. Les constitutionnalistes ont conclu que c'est le droit du président de la République d'interpréter, puisqu'il est le «garant de la Constitution».
Interprétation officielle
Pour le Pr Slim Laghmani, universitaire constitutionnaliste, ces interprétations officielles émanent des décideurs en dernier ressort, soit la Cour constitutionnelle, si elle existe, le président de la République, dans le périmètre de sa compétence, ou l'ARP, dans le périmètre de sa compétence.
Dans ce cas, Kaïs Saied a fait une interprétation officielle de l'article 89 de la Constitution et elle est considérée comme une décision.
Et en évoquant l'alternative du retrait de confiance au gouvernement des affaires courantes, qui a créé des malentendus ces deux derniers jours, le Pr Laghmani a indiqué que cette option ne se pose même pas. «Le gouvernement des affaires courantes n'est évoqué que dans l'article 100 et si on retire la confiance au gouvernement, ce sera une violation de la Constitution», précise le professeur.
Des tractations incessantes ont lieu, depuis avant-hier, pour retoucher l'équipe Fakhfakh. Ennahdha et le Courant démocratique ne veulent pas de Mechichi, le proposé au ministère de l'Intérieur. Il est actuellement conseiller auprès de Kaïs Saied. Ennahdha ne veut pas que Lobna Jeribi soit ministre des TICs.
Elle est également de la sphère rapprochée du président Saied. Faute de l'attribuer à l'un des leurs, comme ce fut sous Maaref, les islamistes veulent que ce soit un indépendant. Les islamistes veulent aussi que Lotfi Zitoun, l'un des proches conseillers de Ghannouchi, ait un poste.
Concernant Qalb Tounes, Fakhfakh a continué à refuser de l'intégrer au gouvernement. Il n'y aurait donc pas de gouvernement d'unité nationale. Soit les islamistes acceptent la proposition légèrement modifiée de Fakhfakh, dans la limite du respect de l'indépendance des ministères de souveraineté, soit la Tunisie va vers des élections anticipées.
Les prochaines 12 heures décideront du proche avenir. Le conseil de la choura d'Ennahdha devrait entériner les dernières décisions, selon le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi. «La Tunisie aura son nouveau gouvernement dans les prochaines heures», a-t-il déclaré aux médias.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.