OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS : Arrivage à Alger de la première commande de 8,5 millions de masques    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Alger: les Autorisations exceptionnelles prorogées suite au rallongement des horaires de confinement    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Opérations coup de poing, une cinquantaine d'arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Objectif : La relance du cinéma algérien
1re rencontre de l'Association des Producteurs algériens de Cinéma à la Cinémathèque d'Alger
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2020

En marge d'une conférence presse organisé hier à la Cinémathèque d'Alger, l'Association des producteurs algériens de cinéma (APAC) se sont rassemblés afin de débattre de la relance du cinéma algérien.
En effet, l'APAC a proposé un plan d'action axé sur différents mécanismes, mesures et propositions de réglementations en faveur de l'amélioration des conditions des différents métiers du cinéma, mais aussi pour développer de manière générale le secteur du cinéma en Algérie.
«Notre existence en tant que professionnels est en péril, nous demandons à tous les composants de la production cinématographique, y compris les comédiens, de s'organiser.
C'est ce manque d'organisation qui a fait que notre secteur est devenu pollué. Il faut de l'ordre», atteste Belkacem Hadjadj, le président de l'APAC. Afin de contrer ce manque d'organisation, le président de l'APAC souligne que le besoin premier consiste en une «liberté de création» afin de garantir le développement de l'industrie cinématographique.
Sur le plan du financement, il y a un réel problème, car il y a toujours cette dépendance de l'Etat. Alors que sans cet assistanat, le dynamisme du cinéma algérien aurait pu générer de l'argent.
M. Belkacem insiste sur le fait que le financement algérien, connu sous le nom de FDATIC, doit être révisé complètement, que ce soit au niveau de son fonctionnement, de son alimentation financière, ainsi que sur le plan de l'organisation des conditions de choix, et ce, avec une réelle transparence. Il propose également une mise en place de fonds régionaux de financement à travers les 48 wilayas en créant quatre fonds régionaux dans les quatre points cardinaux.
De plus, il ajoute qu'il est important de sensibiliser les opérateurs économiques, tels que Sonelgaz, mais aussi les banques afin d'accompagner la production cinématographique. Toutefois, à côté de cela, il y a tout un aspect de mesures administratives et fiscales auxquelles il faut penser. «En développant l'art cinématographique, on permet à la société d'exister. Mais le cinéma, c'est quoi ?
En définitive, c'est un miroir qui permet à la société de voir ses défauts et ses complexes pour qu'elle s'accepte en tant que telle. Il faut le laisser jouer ce rôle. Il faut qu'on produise nos images avec intelligence et une maîtrise des paramètres de fonctionnement du cinéma qui fait que nous séduirons notre public afin qu'il puisse se reconnaître dans nos films», ajoute le président de l'APAC.
Ecole de formation
Pour la réconciliation du cinéma avec la société algérienne, les membres de l'association considèrent que cela commence à l'école. En effet, Djaafer Gacem, un des membres de l'association qui présidait la conférence de presse, nous éclaire sur le fait que la difficulté de produire des films ne vient pas uniquement des moyens financiers, mais aussi des écoles de formation qui font défaut.
Autrement dit, réintroduire le cinéma comme étant un complément pédagogique dans les écoles. Il faut savoir qu'un film se fait avec une idée, un scénario, une équipe technique et des comédiens. Mais où sont réellement les techniciens, les ingénieurs du son et les réalisateurs ?
Djaafer Gacem, ainsi que les autres membres de l'association, nous proposent donc de suivre le plan Marshall qui est celui de former des techniciens, qui plus tard pourront à leur tour former les futurs élèves.
Par conséquent, penser à une vraie école de cinéma qui pourra faire sortir des chefs maquilleurs, des monteurs et des cadreurs, chose qui manque cruellement. «Il faut également intégrer dans le cursus scolaire l'histoire de l'art, le cinéma et le théâtre pour avoir des futurs techniciens, réalisateurs, etc.», déclare Djaafer Gacem, producteur.
Situation des salles
Pendant la conférence de presse, la situation des salles de cinéma en Algérie a été abordée. C'est d'ailleurs au producteur Lotfi Bouchouchi à qui est revenu le soin d'éclaircir ce point. Personne ne s'en cache, nous savons tous que les salles appartiennent soit à l'Etat, soit aux APC ou à certains privés. Pour régler ce problème, il faut avant tout savoir comment se réapproprier ces salles-là.
Une question longuement relevée ces dernières années, mais qui converge vers des décisions unilatérales qui n'ont jamais abouti. «Aujourd'hui, il faut trouver d'abord une entente avec les professionnels. Par la suite, il faut réapprendre la culture et réhabituer les gens au cinéma, car ils ont déserté les salles.
Un travail qui commence à l'école. C'est aussi remettre une réglementation et des lois pour récupérer les salles», précise Lotfi Bouchouchi. En ce qui concerne la promotion des films, Lotfi indique que «nous en avons besoin, car c'est ce qui poussera les gens à nenouer avec les salles obscures.»
Il termine en ajoutant : «Si on veut une relance du cinéma, c'est une volonté politique qu'il faut d'abord. Cela ne relève pas uniquement du ministère de la Culture, mais de tout le gouvernement algérien afin de laisser le cinéma vivre de lui-même pour qu'il devienne une économie et qu'il puisse même s'autofinancer.»
Se basant sur la loi 11-03 du cinéma, Yasmine Chouikh, réalisatrice, présente également à la conférence, explique qu'il faut modifier et améliorer cette loi dans le but d'avoir une véritable production cinématographique. «Chacun de nous doit contribuer à améliorer la loi afin d'ouvrir un peu plus sur la production et la distribution des films. Mais aussi sur les droits des techniciens, et ce, grâce à l'expérience vécue», explique-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.