Tribunal de Sidi M'hamed : l'ancien DGSN Hamel condamné à 15 ans de prison ferme    Naftal réaffirme le maintien de l'ouverture des stations-service et la disponibilité du carburant    131 nouveaux cas confirmés et 14 nouveaux décès enregistrés    Lutte contre le COVID-19: la presse chinoise évoque la profondeur des relations algéro-chinoises    Décès du diplomate sahraoui M'hamed Kheddad    Pandémie COVID-19 et devenir du football algérien    Le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle pour 5037 détenus    Il n'y a personne à la barre du navire    L'heure est plus que jamais à la sérénité, à la lucidité, à la mobilisation…..    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    Le gouvernement mobilise les entreprises publiques    RSF : "C'est une atteinte aux droits fondamentaux et une mise en danger"    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    Ce que préconise Touring de Belgique pour les conducteurs    Le jour où Bouteflika a capitulé    L'autre visage des Ultras du MCO    Milan AC : Sans Maldini et Boban, Ibrahimovic veut partir    Le wali de Mascara contrôlé positif    Une trentaine de boulangeries ont fermé leurs portes à Oran    3 corps repêchés à Mostaganem    Les clarifications du P-DG de Cevital    "La Maison indigène" revisitée par Leon Claro    Syrie : Troubles dans une prison des détenus de Daesch    Tchad : Offensive militaire contre Boko Haram    Confit libyen : Une mission militaire de l'UE pour contrôler l'embargo sur les armes    ASO Chlef : Une aide de 3 mds accordée par l'ECDE    L'hommage de l'Olympique de Marseille à Pape Diouf    NOS RIZIERES PLETHORIQUES    Tourisme: Des travailleurs contractuels en appellent à Tebboune    Des commerçants qui ne reculent devant rien    Confinement partiel à Oran: entre soumission et insouciance    Education: Les vacances scolaires prolongées au 19 avril    Jeux méditerranéens 2021: Les JM d'Oran officiellement reportés à 2022    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'Algérie face à un casse-tête    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 02 - 2020

Les membres de la nouvelles Association des producteur algériens de cinéma (Apac) ont appelé lundi à Alger à libérer l'expression artistique en levant les obstacles bureaucratiques qui entravent le développement d'une industrie cinématographique en Algérie.
S'exprimant lors d'un point presse organisé à la salle de la cinémathèque d'Alger, les membres de cette association, présidée par le réalisateur et producteur Belkacem Hadjadj, ont insisté sur la nécessité de "libérer la création et le potentiel des cinéastes" comme "préalable" au développement de cet art.
A ce propos Belkacem Hadjadj a dénoncé le blocage et l'interdiction de diffusion des films, qualifiant ces pratiques de "réflexes archaïques" à l'heure où "tout peut se voir sur différents supports", dit-il.
Récemment organisés en association, ces 17 producteurs et réalisateurs regroupés dans l'Apac ont présenté un programme pour le développement du septième art, basé sur "la révision des modes de financement publics et privés", "la diffusion et l'exploitation du produit cinématographique", "la formation", et une nouvelle "organisation de la profession".
Les membres de l'Apac proposent de revoir le fonctionnement du Fdatic (Fonds de développement de l'art et de la technique et de l'industrie cinématographique) et d'en augmenter le budget, tout en élevant l'exigence de qualité des œuvres éligibles au soutien alloué par ce fonds.
Ils proposent également d'impliquer financièrement les chaines de télévision et de mettre en place des fonds régionaux de soutien au cinéma.
Concernant la diffusion, les membres de l'Apac comme Yasmine Chouikh plaident pour une ouverture de l'investissement privé et l'accompagnement des opérateurs désireux d'investir dans les infrastructures et la distribution. Elle évoque également la formation de gestionnaires de salles de cinéma afin d'aller vers des programmes spéciaux en direction des écoliers, lycéens et étudiants.
Le réalisateur et producteur Djâafar Gacem est revenu pour sa part sur les propositions de formation aux différents métiers du cinéma, soumises au ministère de la Culture, mais "restées sans suite", ainsi qu'il l'a affirmé.
Parmi ces propositions, l'obligation de "remise à niveau des techniciens" en activité et la création d'un institut supérieur des métiers du cinéma "en jumelage avec de grandes écoles étrangères" et dont il est question depuis une vingtaine d'années, a-t-il rappelé.
L'Apac appelle également à une organisation de la profession, basée sur l' "octroi rigoureux" de la carte professionnelle et à une ouverture sur producteurs étrangers souhaitant tourner des films en Algérie, ce qui permettra de générer des retombées financières et de renforcer la formation, assurent-ils.
Concernant la promotion du cinéma algérien à l'étranger, ils recommandent d'assurer un accompagnement logistique aux "productions à haute valeur artistique".
Le programme de l'Apac a été transmis au secrétaire d'Etat chargé de l'industrie cinématographique lors de la rencontre national sur le cinéma organisée récemment, a indiqué Belkacem Hadjadj.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.