Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oued El Tarfa tiraillée entre El Achour et Draria : Une agglomération perdue entre deux communes
Publié dans El Watan le 25 - 07 - 2010

Deux communes de la wilaya d'Alger sont incapables de régler les problèmes d'une seule et unique agglomération urbaine qui dépend administrativement des deux municipalités.
Il s'agit de la localité de Oued El Tarfa, divisée en deux par la route principale qui la traverse de bout en bout. Un côté du trottoir relève de la commune de Draria alors que l'autre appartient à la municipalité d'El Achour. Sur le plan administratif, aucun problème ne se pose, a-t-on appris auprès des habitants. Mais dans la vie quotidienne, les citoyens de cette cité à double identité se plaignent des mêmes problèmes et sont exposés aux mêmes casse-tête. Selon eux, il aurait suffit que l'une des deux communes prenne en charge les doléances exprimées pour que les problèmes des résidants soient réglés d'une manière définitive. Hélas, à ce jour rien n'a été encore fait, au grand dam des milliers de citoyens. Ainsi, malgré les nouvelles constructions privées réalisées récemment donnant à cette agglomération l'image d'un quartier riche, les habitants ne cessent de se plaindre des « lacunes de toutes natures ». Ayant subi une course effrénée à la construction des villas et des immeubles de plusieurs étages, la localité de Oued El Tarfa se trouve, de nos jours, privée de toutes les autres commodités. Ni espaces verts, ni lieux de loisirs ou de jeu, ni marché de proximité ou autres activités culturelles ou sportives ne viennent tirer les habitants de leur routine quotidienne et insuffler à cette cité un minimum d'animation et de vivacité.
Le seul marché anarchique des fruits et légumes existant a été éradiqué par les autorités publiques, suite aux réserves exprimées par les occupants des habitations limitrophes. Faute d'un marché de proximité ou d'un espace commercial régulé, les vendeurs anarchiques ont occupé depuis plusieurs mois les trottoirs ; certains d'entre eux n'hésitent pas à stationner leurs camionnettes bâchées à même la voie publique, et ce, au vu et au su des autorités. Ainsi, à l'anarchie s'ajoute l'inexistence quasi-totale de tout espace de détente et de repos. Ces lacunes ne passent pas inaperçues et rendent la vie des habitants maussade et pesante. « Oued El Tarfa est la seule localité de la capitale où on ne peut pas organiser des tournois inter-quartiers » se plaint un jeune habitant, ajoutant que « l'inexistence d'un stade ou d'un espace de jeu a fini par rendre cette agglomération inhabitable. » Toutefois, les premiers à souffrir de cette situation sont les petits enfants, obligés de parcourir plusieurs centaines de mètres plus loin pour se permettre d'organiser une partie de football ou toute autre discipline. Par ailleurs, ce qui tracasse encore davantage les parents est la menace d'accidents de la circulation qui guette leurs progéniture, au quotidien. Et pour cause, les ralentisseurs installés sur la route menant à cette agglomération ont été enlevés suite à des travaux et ne sont, à ce jour, pas encore remplacés malgré l'insistance des citoyens.      


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.