7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    Zeghdoud à la barre de l'USMA    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Quand les banques n'appliquent pas    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'équipe du professeur Didier Raoult composée d'Algériens, de marocains et de sénégalais : Ces cerveaux africains en guerre contre le corona… en France
Publié dans El Watan le 12 - 04 - 2020

C'est l'une des images cocasses et virales qu'affectionnent particulièrement les réseaux sociaux : le président français, Emmanuel Macron, en visite jeudi chez le professeur Didier Raoult, défenseur du traitement à la chloroquine, à l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée de Marseille, échangeant quelques mots avec l'équipe de recherche.
A la question : «Vous venez d'où», les jeunes chercheurs (ils ont entre 24 et 30 ans) répondent : Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Sénégal, Mali, Burkina Faso.
Le président français, arborant un masque et des yeux souriants, lance : «Merci de participer à l'effort !» C'est un fait : les étudiants du Sud – dont beaucoup d'Algériens – font aujourd'hui le bonheur de la recherche en Occident.
Dans l'une de ses vidéos virales, le professeur aux cheveux longs, défendant le port du voile dans l'université, explique : «Les meilleurs étudiants actuellement sont les étudiants africains et orientaux.
Les plus mauvais sont les garçons ayant fait la fac de sciences en France.» Didier Raoult impute cela au fait que les éléments les plus brillants en France ont tendance à se diriger plus vers les banques que vers la recherche scientifique, et il s'élève contre le fait que l'une de ses chargées de recherche les plus brillantes soit plus mal payée que sa femme de ménage. «Aujourd'hui, en France, dit-il, 50% des thésards sont des étrangers : si on enlève l'immigration, il n'y a plus de recherche française.
La science française fonctionne grâce aux immigrés. Et les meilleurs, ceux qui travaillent le dimanche dans mon service, ce sont les Noirs et les Arabes.»
Les études sociologiques avaient traité de la fuite «médicale» en Algérie. Selon une étude réalisée par le Centre de recherche en études appliquées pour le développement, en collaboration avec le bureau d'Alger de l'Organisation internationale du travail (OIT), sous la houlette du sociologue et chercheur Mohamed Saïb Musette, des médecins formés en Algérie tiennent le haut de l'affiche des départs.
Au tableau de l'Ordre des médecins en France, 21,94% sont d'origine algérienne. «Ce ne sont pas tous les médecins en exercice qui sont inscrits au tableau de l'Ordre des médecins. Le taux de fuite est encore plus important si l'on inclut tous les médecins installés en France exerçant dans le secteur médical ou autre, il atteindrait presque 30%», est-il précisé dans l'étude en question.
L'Algérie figure parmi les pays faibles en matière d'initiative ayant pour but de garder ses cadres et talents, selon le dernier classement 2019 établi par Global Talent Competitiveness Index (GTCI).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.