CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    483 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Covid-19/sétif: appel aux volontaires médecins et paramédicaux pour prêter main forte au staff médical en activité    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    TAMANRASSET : Un terroriste capturé à In M'guel    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Cap sur les mines    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2020

L'horizon s'assombrit pour les auteurs de l'étude très critiquée sur l'hydroxychloroquine et la Covid-19 : la prestigieuse revue médicale The Lancet, qui l'avait publiée, a pris ses distances en reconnaissant dans un avertissement formel que «d'importantes questions» planaient à son sujet.
The Lancet souhaite ainsi «alerter les lecteurs sur le fait que de sérieuses questions scientifiques ont été portées à (son) attention» au sujet de cette étude, indique la revue. Cet avertissement a été publié mardi soir sous la forme d'une «expression of concern» (expression de préoccupation), déclaration formelle employée par les revues scientifiques pour signifier qu'une étude pose potentiellement problème.
Si une «expression of concern» n'est pas aussi lourde de conséquences qu'une rétractation pure et simple, elle est tout de même de nature à jeter le doute. L'étude en cause conclut que l'hydroxychloroquine n'est pas bénéfique aux malades de la Covid-19 hospitalisés et peut même être néfaste.
Elle a eu un retentissement mondial et des répercussions spectaculaires, en poussant notamment l'OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine contre la Covid-19. De même, la France a décidé de bannir ce traitement.
Publiée le 22 mai dans The Lancet, l'étude se fonde sur les données de 96 000 patients hospitalisés entre décembre et avril dans 671 hôpitaux, et compare l'état de ceux qui ont reçu le traitement à celui des patients qui ne l'ont pas eu. Dans la foulée de sa parution, de nombreux chercheurs ont exprimé leurs doutes sur l'étude, y compris des scientifiques sceptiques sur l'intérêt de l'hydroxychloroquine contre la Covid-19.
Dans une lettre ouverte publiée le 28 mai, des dizaines de scientifiques du monde entier soulignent que l'examen minutieux de l'étude du Lancet soulève «à la fois des inquiétudes liées à la méthodologie et à l'intégrité des données». Ils dressent une longue liste des points problématiques, d'incohérences dans les doses administrées dans certains pays à des questions éthiques sur la collecte des informations, en passant par le refus des auteurs de donner accès aux données brutes. Celles-ci émanent de Surgisphere, qui se présente comme une société d'analyse de données de santé, basée aux Etats-Unis.
Dans son communiqué de mardi, The Lancet rappelle qu'un «audit indépendant sur la provenance et la validité des données a été demandé par les auteurs non affiliés à Surgisphere et est en cours, avec des résultats attendus très prochainement». «Ce n'est pas assez, nous avons besoin d'une vraie évaluation indépendante», a réagi sur Twitter le chercheur James Watson, l'un des initiateurs de la lettre ouverte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.