Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trafic routier Béjaïa-Alger : La Nationale 26 saturée
Publié dans El Watan le 09 - 08 - 2010

Il y a urgence : la RN26, qui relie Béjaïa à M'chedellah, est constamment bouchée. Le trafic routier est tout simplement saturé. Prenez donc votre mal en patience si vous devez passer par là. Le point sur ce déferlement quotidien.
D'abord un témoignage qui se passe de tout commentaire : « Il y a dix ans, trois quarts d'heure me suffisaient pour atteindre Béjaïa. De nos jours, il faut prévoir 2 à 3 longues heures pour les 68 km qui séparent Akbou du chef-lieu de wilaya », dit un chauffeur de bus akboucien. Veine jugulaire par excellence assurant l'essentiel des échanges commerciaux de la Basse Kabylie, cette RN est quotidiennement empruntée par des dizaines de milliers de véhicules, notamment des poids lourds en partance ou en provenance du port de Béjaïa, deuxième port du pays. La RN26, communément appelée « route d'Alger », est un axe long de 95 km.
Les flux explosent de façon vertigineuse. Combien de voitures et de poids lourds circulent sur cette route ? Les comptages routiers réalisés par les services de la sécurité routière montrent que la circulation ne cesse de s'accroître avec une régularité de métronome : les chiffres ont triplé en 15 ans. L'on compte entre 10 000 et 15 000 véhicules par heure. Avec des traversées encombrantes des villes comme Tazmalt, Akbou (trémie), Ouzellaguen, Sidi Aïch et El Kseur. En été, c'est pire : cet axe accuse des pointes en saison estivale avec 15 000 véhicules par heure. Les points noirs ne se comptent plus : entrée de la ville de Béjaïa, Oued Ghir, El Kseur, Akbou et Tazmalt, pour ne citer que ceux-là. Mais le point le plus saturé demeure incontestablement Sidi Aïch. Il en est ainsi notamment les jours de marché hebdomadaire (mardi et mercredi). « C'est insupportable », peste notre conducteur de bus, qui préfère serpenter au centre-ville que de suivre l'interminable file des véhicules stationnés sur la voie de contournement sud.
Des dos d'âne à l'infini…
Encombrants bouchons, mauvaise qualité de l'itinéraire (avec d'innombrables dos d'âne) et par-dessus tout une insécurité routière galopante avec son lot d'accidents (premier point noir, selon les chiffres de la gendarmerie). Les gendarmes vous le diront : c'est l'axe routier le plus meurtrier de la wilaya. La RN26 détient incontestablement la palme d'or en matière d'accidents. « 15 personnes ont péri sur cet axe routier en 2007 contre 11 en 2008, 16 en 2009 et 7 depuis le début de l'année 2010 », relate le capitaine Soufi, chargé de la communication à la Protection civile. Le tracé a beau accueillir d'incessants programmes de modernisation des itinéraires, dont la mise à deux fois deux voies du tronçon El Kseur-Béjaïa et l'aménagement d'une trémie à Akbou. Rien n'y fait, l'axe est sursaturé. La circulation automobile ne cesse de croître. Du coup, la saturation de la RN26 donne du grain à moudre à ceux qui plaident sans relâche pour l'accélération de la concrétisation du projet de la pénétrante qui devra relier Béjaïa à l'autoroute Est-Ouest.
Tous les espoirs portent, en effet, sur ce projet devenu indispensable et urgent. Or, il accumule les retards. Neuf ans après l'annonce de son inscription, l'on en est encore au stade de l'octroi du marché de l'étude de l'avant-projet détaillé à un bureau coréen. Le coup d'envoi des travaux de cette voie express 2x2 voies attendra. Plus que les échanges économiques, ce sont les déplacements domicile-travail qui engorgent aujourd'hui la RN26. Le transport en commun, qui se heurte à un habitat dispersé dans la région, a visiblement des progrès à faire. A commencer par le rail. Elus et usagers ne cachent pas leur agacement : le secteur ferroviaire est dramatiquement à la traîne. Hormis un seul aller-retour en autorail en partance et en provenance d'Alger, une seule misérable navette assure la desserte locale Béjaïa-Beni Mansour. Usagers et élus réclament des moyens nécessaires au financement de l'amélioration de la RN26, l'accélération de la réalisation de la pénétrante autoroutière et surtout le redéploiement du rail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.