APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise politique en Tunisie : Nabil Karoui sauve la tête de Rached Ghannouchi
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2020

Les 18 bulletins nuls de Qalb Tounes ont sauvé la place de Ghannouchi à la tête de l'ARP. Ces 18 voix auraient suffi pour détrôner Ghannouchi (97 + 18 = 115). Mais, Nabil Karoui en a décidé autrement.
Comme il avait soutenu Ghannouchi pour obtenir ce poste, fin novembre dernier, le patron de Qalb Tounes a été décisif pour le maintenir au poste de président de l'ARP. Les intérêts entre les deux hommes semblent plus importants, pour Karoui, que son image dans le camp moderniste.
La logique a été respectée, selon Mustapha Ben Ahmed, le président du bloc parlementaire de TahyaTounes. «Nous voulions juste montrer que ce n'était pas impossible de détrôner Ghannouchi. Les députés de QalbTounes ont compris, après coup, combien ils étaient précieux pour le président d'Ennahdha afin de garder son poste. Et comme il s'agit d'une bande d'opportunistes, tout devient possible, pourvu que les intérêts du magnat des médias soient préservés», explique-t-il.
Par ailleurs, Ben Ahmed avoue à El Watan être agréablement surpris par la discipline du groupe parlementaire qui a signé la motion de censure. «Il y a eu un seul absent, Kamel Hamzaoui, pour raison de santé. Nous avons récupéré 8 voix du bloc nationaliste, qui n'ont pas signé la motion de censure», ajoute-t-il.
Concernant son commentaire sur les résultats de cette motion, Hichem Ajbouni, le président du bloc démocratique a déclaré que «Rached Ghannouchi est mort politiquement avec ce vote, même si seulement 45% des députés ont voté pour sa destitution». Pour Ajbouni, le président de l'ARP est censé être fédérateur et non représenter son parti ; «ce qu'il n'a jamais cherché à faire, malheureusement», conclut-il. Du côté d'Ennahdha, il y a eu quelques youyous de joie. Mais, l'impression générale est à la prudence.
Son président du groupe parlementaire, Noureddine Bhiri, n'a pas jubilé, se limitant à dire qu'Ennahdha «reste le plus grand groupe parlementaire» et que les islamistes continuent à être incontournables dans le paysage politique. Prié de répondre à un commentaire disant que le vote montre que Ghannouchi ne dispose plus de 109 voix qui lui sont favorables, Bhiri s'est limité à balbutier que «le besoin ne se fait pas ressentir et qu'à chaque situation sa tactique».
Ce vote de l'ARP facilite la tâche de Hichem Mechichi, selon Mustapha Ben Ahmed, puisqu'il est clair que «l'ARP est divisée de manière équilibrée» et, même Qalb Tounes, il a voté des fois avec Ennahdha et des fois avec le camp moderniste, comme lors du vote contre le gouvernement de Habib Jamli, la chute du projet de loi instituant le Fonds de la « Zakat », ou quand il s'agissait de défaire Yousri Dali, le représentant d'El Karama, candidat au poste de 2e vice-président de l'ARP.
C'est clair donc que Karoui ne pèse de tout son poids auprès des siens que lorsqu'il s'agit de la tête de Ghannouchi, comme lors de l'élection de Ghannouchi à la tête de l'ARP, ou de son maintien au poste. En d'autres moments, QalbTounes peut se montrer libre dans son choix, surtout qu'aussi bien Ennahdha que QalbTounes ne sont pas très chauds d'aller de nouveau aux urnes.
Pour le nominé à la présidence du gouvernement, Hichem Mechichi, les perspectives sont surtout sombres concernant la situation socioéconomique traversée par le pays. Il n'a d'ailleurs rencontré que les représentants des organisations nationales (UGTT, UTICA, UNAT et UNFT), ainsi que le gouverneur de la Banque centrale.
C'est dire que les impératifs socioéconomiques pèseront très lourd dans les choix du prochain gouvernement. Pour ce qui est du politique, le principal choix reste entre un gouvernement de technocrates avec, probablement, quelques politiciens, ou la continuité des choix du gouvernement de Fakhfakh.
La semaine prochaine commencera sûrement à apporter certaines réponses. Mechichi aura jusqu'au 24 août pour remettre au président de la République la composition de son gouvernement.
Tunis
De notre correspondant Mourad Sellami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.