Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life
Publié dans El Watan le 03 - 08 - 2020

Hamid Benamra, le cinéaste à la démarche artistique atypique dans le cinéma algérien, sera présent en novembre prochain au Festival international du film de Moscou (MIFF). Il le sera avec Time life, son nouvel opus entre drame, documentaire, biographie et fiction.
il s'annonce comme une nouvelle expérience sensorielle sur fond d'interrogations existentielles à l'instar de son Rêveries de l'acteur solitaire avec lequel il était présent au Festival international du film arabe d'Oran en 2016, un long métrage sélectionné à plusieurs autres festivals.
Rêveries..., film soliloque, à la bande-son saturée, à son kaléidoscope d'images se heurtant, nous avait désarçonnés par sa forme éclatée, celle d'un film choral alors que nous nous attendions à un documentaire centré entièrement sur le personnage principal du film, le comédien et dramaturge Mohamed Adar mis en tête d'affiche du film. Quant à Zaman el Hayat, encore invisible en Algérie, il a connu sa première africaine et arabe à Rabat au Festival du film d'auteur en novembre 2019. Il a été également présent au Festival du film asiatique dans la même sélection que Parasite et It must be heaven.
En avril dernier, il était à l'affiche en hors compétition au MIFF sauf que la pandémie de la Covid-19 a imposé le report de son édition à novembre. Le pitch du film ? Il est dit qu'il porte sur la gestation des rêves, rien moins que cela : «Un poète choisit de donner naissance seul à la maison mais entouré de personnages enceints de leurs rêves. Nous portons tous un rêve, la question est : comment et avec qui choisissez-vous d'accoucher ? Comment laisser la vie sortir de l'utérus maternel ? Comment fonder une famille lorsque vous avez dû quitter la patrie ? Comment garder espoir lorsque même les oiseaux se cachent des bombardements ?» Telle est la trame du scénario écrit par Benamra. Sa réalisation a pris dix années du fait de la singularité de l'approche de son auteur.
Par exemple son Rêveries... a nécessité sept années. C'est que Benamra travaille en cinéaste indépendant avec la complicité de sa compagne à la vie, la comédienne Stéphanie Benamra avec laquelle il a fondé Nunfilm, leur société de production. Pour le casting de Time life, Mohamed Malas, cinéaste et comédien syrien réputé, est de la partie. Qu'en est-il du MIFF qui programme Time life tant il est méconnu alors qu'il est l'une des plus anciennes manifestations mondiales dédiées au 7e art ? Sa première édition remonte à 1935 avec comme président du jury... Sergueï Eisenstein dont Le cuirassé Potemkine demeure à ce jour une référence incontournable en matière d'écriture cinématographique et de l'art du montage.
Cependant, en raison du glacis idéologique qui couvrait l'URSS, ce festival perd de son aura pour ne le retrouver qu'au début des années 1960 avec le renouvellement du cinéma soviétique et l'ouverture sur le meilleur de la cinématographie mondiale avec les Fellini, Valerio Zurlini, Kaneto Shindo et la présence des stars d'alors : Sophia Loren, Elizabeth Taylor, Peter Finch, Toshiro Mifune, Richard Burton, etc.
Sauf que les nouveaux cinéastes du «camp de l'Est», les plus novateurs mais qui n'étaient pas en odeur de sainteté idéologique, n'y étaient pas admis (Andrzej Wajda, Milos Forman...) C'est depuis 1999, lorsque Nikita Mikhalkov, immense réalisateur, est devenu président du MIFF que ce festival a gagné en audience internationale. Ses jurys ont eu alors pour présidents des noms aussi prestigieux que ceux de Theo Angelopoulos, Margarethe von Trotta, Alan Parker, Gleb Panfilov, Fred Schepisi ou encore Mohsen Makhmalbaf. C'est dire le niveau auquel se situe Time life pour y avoir été sélectionné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.