Inter Milan-Milan AC : Les compositions d'équipes    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Charfi répond aux «petits» partis    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'Entente face au révélateur Médéen    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Le monde en bref...    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Paroles d'un porte-parole    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spectre ou menace réelle ?
Publié dans El Watan le 05 - 12 - 2020

Au vu des derniers événements survenus sur la scène sécuritaire, il convient de s'interroger si l'histoire bégaie ou si elle risque de se répéter.
Un violent accrochage a opposé mardi dernier les forces de l'ANP à un groupe terroriste dans la région de Jijel. Trois éléments de ce groupe ont été abattus par le détachement de l'Armée nationale populaire qui a déploré la perte d'un sous-officier. Trois pistolets mitrailleurs et des munitions ont été récupérés, a-t-on indiqué à l'issue de cette opération militaire. Sous l'effet d'une vie politique intense et à multiples rebondissements, le dossier sécuritaire a été relégué au second plan et, quand il s'invite avec fracas dans l'actualité nationale, on n'hésite pas à accuser les autorités d'«agiter le spectre de l'insécurité» pour détourner l'opinion publique des sujets de l'heure.
Cela est vrai jusqu'à un certain point. Jusqu'au moment où les groupes terroristes donnent des signes de réorganisation et affichent des moyens de riposte face aux forces de sécurité. L'usage d'un panneau photovoltaïque par le groupe de Jijel pour faciliter ses mouvements et son fonctionnement n'est, entre autres, pas une bonne nouvelle au sujet de l'éradication durable ou définitive du terrorisme islamiste.
La persistance des armes de guerre en nombre proportionnel à l'importance numérique de ces groupes est pareillement un motif d'inquiétude et d'alerte à propos de cette «recrudescence», un terme abandonné depuis de nombreuses années s'agissant du terrorisme. Dans le monde, dans des pays pas si lointains, l'urgence sanitaire n'a pas annulé celle sécuritaire et des organisations «civiles» sont dissoutes au lendemain d'attentats signés par des islamistes.
Dans notre pays, des partis et des acteurs politiques qui ont pignon sur la révolution citoyenne appellent à l'organisation de «conventions» ou de conférences nationales avec comme exigence la libération de «tous les détenus, y compris islamistes». Ces milieux politiques, qui n'ont jamais manqué de dynamisme ou de souffle depuis un quart de siècle, déclinent ouvertement leur motivation en récusant la nouvelle Constitution sous le prétexte inattendu d'y avoir décelé une «essence laïque».
La matrice idéologique qui porte le projet théocratique a pu survivre dans l'échiquier politique national et constitue le principal obstacle à la construction d'une alternative au système en place. Sa dangerosité a été peu ou prou dissoute dans un exercice politique à visage modéré. La plus grande source d'inquiétude est la réapparition des principaux leviers du terrorisme que sont la paupérisation en cours d'aggravation et le banditisme en pleine renaissance. Les difficultés économiques au milieu des années 1980 avaient précipité l'entrée en subversion des factions djihadistes en dormance.
La connexion avec le grand banditisme est survenue beaucoup plus tard avec, notamment, les gangs du kidnapping. Aujourd'hui, les bandes organisées sont déjà en place et ont atteint leur apogée, avec leurs armes, leurs trafics et leurs méfaits à ciel ouvert.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.