CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus
Publié dans El Watan le 19 - 01 - 2021

La révision de la loi électorale, telle que proposée, favorise les partis traditionnels, et plus particulièrement ceux de l'ancienne majorité présidentielle qui ont cristallisé la colère du hirak du 22 février dernier.
Le nouveau régime électoral, dont la première mouture vient d'être rendue publique, ne favorise pas une nouvelle reconfiguration de la scène politique nationale. Au contraire, le projet de révision de la loi électorale, telle que proposé, favorise les partis traditionnels, et plus particulièrement ceux de l'ancienne majorité présidentielle qui ont cristallisé la colère du hirak du 22 février dernier.
En effet, la commission d'Ahmed Laraba, chargée d'élaborer ce projet, n'a finalement pas osé lever les écueils législatifs empêchant l'émergence de nouveaux partis et d'une nouvelle élite politique. Le changement n'est pas pour demain.
En dépit de sa contestation par de nombreux partis, le système de parrainage des listes de candidatures pour les élections locales et législatives a été maintenu.
Ainsi l'article 176 de cette mouture oblige les candidats indépendants et ceux qui se présentent sous la bannière d'un parti politique n'ayant pas obtenu 4% des suffrages lors de la précédente élection à collecter des parrainages d'électeurs. Le nombre de signatures est fixé à 50 pour chaque siège convoité.
Le même article stipule aussi que des partis qui disposent de 10 élus dans la circonscription concernée peuvent toutefois présenter leurs listes.
Concernant les élections législatives, la commission Laraba a reconduit aussi, dans l'article 200, le même système de parrainage (250 signatures d'électeurs pour chaque siège convoité).
Un mode électoral contesté
Pour les partis n'ayant pas réalisé un score de 4% durant la précédente élection, ils sont soumis à l'exigence d'avoir au moins 10 élus dans la circonscription électorale où ils ont l'intention de présenter une liste de candidature.
Certes, la mouture présentée par la commission Laraba évoque une disposition transitoire permettant la non-application de ces exigences à l'occasion des prochaines élections, mais le maintien de ce système risque de décourager beaucoup de candidats et de partis.
Créé pour la première fois en 2007, ce système de parrainage n'a pas été sans conséquence sur la scène politique nationale. De nombreux petits partis ont été soit exclus de la compétition électorale ou réduits à une participation symbolique. Il a aussi favorisé la corruption politique, car des candidats ont eu recours, comme constaté durant les dernières élections, à l'argent pour acheter des signatures d'électeurs.
Les plus grands gagnants de ce système sont en majorité les partis au pouvoir, en l'occurrence le FLN, le RND, le MPA et TAJ, qui ont réussi à présenter des listes de candidature au niveau national lors des différentes élections. Cette présence leur a permis de gagner un maximum de sièges dans les différentes circonscriptions. Ils évitent ainsi le casse-tête des parrainages.
Un privilège qu'ils conserveront, bien que les précédentes élections, de l'avis même des responsables au pouvoir, n'ont pas été un exemple de transparence.
Ces partis, qui ont été les plus grands bénéficiaires du système électoral depuis deux décennies, ne seront certainement pas contrariés par les mesures prévues par cette mouture pour le contrôle des financements de la campagne. Suffisamment riches, ces formations n'auront pas besoin, au même titre que le reste des partis et des candidats libres, de l'aide, visiblement très limitée, de l'Etat.
Il s'agit là d'un autre écueil pour l'apparition de nouvelles forces politiques. Le mode électoral proposé par ce texte, en l'occurrence la proportionnelle plurinominale, reste aussi favorable aux forces politiques traditionnelles qui contrôlent la majorité des institutions élues.
Concernant la présidentielle, cette mouture impose aux candidats à la candidature le dépôt d'une caution auprès du Trésor public. Cette dernière ne sera récupérée par le concerné que dans le cas où il collecte les 50 000 signatures d'électeurs.
Introduite certainement pour barrer la route aux «candidatures folkloriques» auxquelles on a assisté en 2014 et en 2019, cette disposition pourrait aussi avoir un effet négatif. Elle ne permettra la participation à la course à la présidentielle qu'aux riches. Les compétences nationales, si elles sont pauvres, n'auront aucune chance...
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.