Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2021

La stratégie mise en place par les autorités pour acquérir des vaccins contre la Covid-19 s'est avérée complètement inefficace. Elles ont fait fausse route. Les commandes de vaccins se sont faites trop tard. Que reste-t-il pour l'Algérie ? Le Covax. Cette plateforme, mise en place par le dispositif onusien pour aider les pays pauvres à acquérir au moindre prix et avec équité les vaccins anti-Covid, affiche d'ores et déjà des difficultés pour son bon fonctionnement. Le gouvernement a décidé de multiplier les contacts avec les différents partenaires et les laboratoires fabriquant le vaccin contre la Covid-19.
A une semaine de la fin du mois de janvier, l'Algérie est toujours en attente des doses du vaccin Gam-covid-vac (Sputnik V) contre la Covid-19, enregistré le 10 janvier par l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP).
Le fournisseur russe Gamelya ne semble pas prêt à livrer dans l'immédiat les 500 000 doses achetées par l'Algérie, dont 50 000 ont été payées dans le cadre d'un contrat signé entre l'Institut Pasteur d'Algérie et le centre Gamelya pour une enveloppe de 1,5 milliard de dinars, alors que les prévisions concernant la couverture financière globale de la vaccination pourraient s'élever à 20 milliards de dinars.
Une première livraison qui tarde à arriver sans que des explications claires ne soient fournies à ce jour, selon une source proche du dossier. Un retard qui complique la tâche aux autorités sanitaires algériennes et au gouvernement instruit par le président de la République, en décembre 2020, pour entamer la campagne de vaccination le mois de janvier 2021.
Une période propice, estiment les spécialistes, au vu de l'amélioration de la situation épidémiologique dans le pays, avec une tendance baissière du nombre de cas de Covid-19, contrairement aux autres pays de la région qui enregistrent des rebonds, ainsi qu'ailleurs dans le monde, notamment avec l'arrivée des variants anglais et sud-africain.
Un retard de la vaccination qui pourrait également compliquer la situation dans le cas où l'épidémie venait à redémarrer dans les prochaines semaines. La stratégie mise en place par les autorités pour acquérir des vaccins contre la Covid-19 s'est avérée complètement inefficace. Elles ont fait fausse route, selon certaines sources proches du dossier.
Les commandes de vaccins se sont faites trop tard. Conséquence : le gouvernement fait face aujourd'hui à un dilemme alors que les opportunités pour l'acquisition d'autres vaccins (en plus du vaccin russe) sont très réduites au vu de la demande mondiale grandissante sur ces produits qui constituent aujourd'hui une alternative efficace à la prévention contre le virus Sars-Cov-2.
Les pays occidentaux ont tout raflé et les précommandes auprès des laboratoires ont été conclues dès les premières phases des essais cliniques, durant l'été 2020.
Ni les Russes ni les Chinois, auxquels l'Algérie a fait appel en décembre dernier, ne sont en mesure de satisfaire la demande algérienne pour des problèmes, sans doute, de capacité insuffisante de production de vaccins, sachant que pour le Sputnik plus de 50 pays ont placé des commandes d'achat pour plus de 1,2 milliard de doses de vaccin, selon le Fonds russe d'investissement direct (RDIF). La Russie est aujourd'hui au 26e rang mondial pour la vaccination et une personne sur 100 y est vaccinée.
A noter que le vaccin destiné aux marchés étrangers sera produit par les partenaires internationaux du RDIF en Inde, au Brésil, en Chine, en Corée du Sud et dans d'autres pays.
Concernant le vaccin chinois Sinopharm que l'Algérie devait recevoir à la fin du mois de janvier, selon les dires du porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, la demande serait annulée.
Covax ?
Que reste-t-il pour l'Algérie ? Le Covax. Cette plateforme mise en place par le dispositif onusien pour aider les pays pauvres à acquérir au moindre prix et avec équité les vaccins anti-Covid affiche d'ores et déjà des difficultés pour son bon fonctionnement.
D'ailleurs, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé au début du mois en cours ses inquiétudes quant la non-disponibilité des doses de vaccins souhaitées et il a demandé aux pays riches de cesser de conclure des «accords bilatéraux» avec les laboratoires pharmaceutiques, en appelant à donner la priorité au Covax. Une option qui risque ainsi de retarder encore cette vaccination dans notre pays tant attendue.
Pour rappel, l'OMS a jusqu'à présent passé des contrats portant sur 2 milliards de doses, dans le cadre du mécanisme Covax, auquel participent actuellement 190 pays, dont 92 à revenu faible et intermédiaire. Devant cet état de fait, la réflexion d'aller vers une autre piste est engagée au sein du gouvernement depuis quelques jours, avons-nous appris.
Le vaccin d'Astra-Zeneca serait la meilleure option, et il serait le mieux adapté à la logistique mise en place en attendant son approbation par les agences internationales et celle de son pays d'origine. «Le gouvernement compte accélérer, dans le cadre d'une action urgente, les contacts avec tous les partenaires et tenter de trouver une issue à cette situation», nous confie-t-on.
Le gouvernement algérien est donc contraint aujourd'hui de revoir sa carte et reprendre les choses en main pour tenter de rattraper le retard. Ce qui mérite d'être accompagné d'une communication avec plus de transparence pour mieux convaincre et sensibiliser la population à la vaccination.
Les déclarations contradictoires de certains membres du comité scientifique chargé du suivi de l'évolution de la pandémie, ces dernières semaines, sur les commandes des vaccins, sur l'arrivée imminente des vaccins russe et chinois d'ici la fin du mois ont semé davantage la confusion au sein de la population, sachant que pour le moment il n'y a encore rien à l'horizon.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.