La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2021

La 35e édition des prix Goya n'était pas vraiment un spectacle, il n'y avait pas de blagues ou de proclamations politiques .Un seul applaudissement a été entendu, pour Ángela Molina, prix honorifique. Les Goya de la pandémie qu'Antonio Banderas et María Casado ont organisé à Malaga ont été les plus sobres et les plus rapides de l'histoire.
Banderas est apparu sur scène avec les 166 nominés encadrés en direct de chez eux dans une image passionnante.
Il a rappelé «le cauchemar des salles vides» et l'engagement de Malaga pour le cinéma espagnol. L'acteur a évoqué le rôle du monde du cinéma et de la culture : «Nous sommes des conteurs et c'est ce que nous ferons inévitablement, chacun à notre manière, en essayant de comprendre comment cette réalité nous a affectés.» Son ton lent, sérieux et concentré indiquait que ce ne serait pas juste un autre gala. «Nous ne sommes pas des travailleurs essentiels, peut-être convenablement nécessaires», a-t-il souligné.
Après la minute de silence, Pedro Almodóvar, Juan Antonio Bayona, Penélope Cruz, Alejandro Amenábar et Paz Vega sont apparus sur scène. Presque rien. Un gala impeccable pour une année de mort et de douleur qui a consacré à Pilar Palomero et son premier film, Las Niñas, quatre Goyas, dont celles du meilleur film et de la nouvelle direction. Année 1992. Celia, une fille de 11 ans, vit avec sa mère et étudie dans une école de sœurs à Saragosse. Brisa, une nouvelle collègue récemment arrivée de Barcelone, la pousse vers une nouvelle étape de sa vie : l'adolescence.
Lors de ce voyage, dans l'Espagne de l'Expo et des Jeux Olympiques de 1992, Celia découvre que la vie est faite de nombreuses vérités et de quelques mensonges. Le cinéma basque a par ailleurs obtenu une bonne poignée de Goyas : cinq pour Akelarre et trois pour Ane, parmi lesquels la meilleure actrice principale pour Patricia López Arnáiz. Salvador Calvo a été le meilleur réalisateur pour Adú et Mario Casas, le meilleur acteur principal pour Tu ne tueras pas. Patricia López Arnaiz reçoit le Goya de la meilleure actrice.
Le prix du meilleur acteur principal à Mario Casas et Alberto San Juan reçoit le prix du meilleur acteur de soutien pour Sentimental. Mariano Barroso, président de l'Académie, a rappelé à quel point le cinéma nous a aidés l'année dernière, bien que les salles aient été forcées de fermer. «D'une manière ou d'une autre, nous avons continué à regarder des films», a-t-il fait remarquer en référence aux plateformes de streaming, qui sont venues pendant la pandémie pour renverser la situation. «Le cinéma nous a guéris», a-t-il conclu. Les vidéos enregistrées de stars hollywoodiennes et d'autres acteurs internationaux en faveur du cinéma espagnol, notamment, Mel Gibson, Sylvester Stallone ou Tom Cruise ont été brèves et n'ont pas entravé le développement du gala.
Le Français de 18 ans, Adam Nourou, est le premier acteur noir à remporter un Goya pour Adú, où il incarne un adolescent qui traverse l'Afrique pour tenter de rejoindre l'Espagne en compagnie d'un autre orphelin. La Bolivienne vivant en Espagne Daniela Cajías est devenue la première directrice de la photographie à remporter un Goya dans cette section pour Filles.
Les remerciements les plus émouvants ont été ceux de Nathalie Poza, meilleure actrice de soutien pour Le mariage de Rosa, en souvenir de sa mère, qu'elle n'a pas embrassée depuis longtemps. Le tapis rouge avec les 40 acteurs et réalisateurs qui ont remis les prix à Malaga n'a pas été abandonné malgré la pandémie.
Certains nominés ont suivi de chez eux et d'autres dans des hôtels avec le reste de l'équipe. Pour la première fois, le pourcentage de femmes qui ont été nommées cette année était de 41%. Dans un geste très opportun, le Goya du meilleur film a été décerné par Ana María Ruiz López, l'infirmière qui a créé la bibliothèque de l'hôpital de campagne Ifema qu'elle a baptisé Resistiré.

Espagne
De notre correspondant Ali Ait Mouhoub
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.