Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres
Publié dans El Watan le 08 - 05 - 2021

Enfin. Les connaissances sur la vallée Ighzer Amellal, nom chaoui de oued Labiod, viennent d'être renforcées par une thèse de doctorat soutenue en Italie et intitulée «Cultural heritage lanscape and natural landforms study of the valley of Wadi Abiod, Aures, Algeria», qui se traduit par «Etude du paysage culturel et des formes naturelles de la vallée de l'oued l'Abiod, Aurès, Algérie».
Il a fallu attendre si longtemps pour voir enrichir le corpus universitaire grâce à cette première thèse de haut niveau académique, signée par Siham Younsi et consacrée à sur cette vallée habitée par l'homme depuis des temps anciens ; la vallée qui naît dans le massif auressien et traverse le pays chaoui pour s'éparpiller dans les oasis de Biskra. Mentionnée dans des descriptions de Ptolémée ou encore Ibn Khakdoun, la région des Aurès, et en dépit de son potentiel archéologique, est très peu étudiée, et donc peu connue au plan scientifique.
C'est d'ailleurs l'une des motivations de Siham Younsi dans le choix de son thème d'études. Après un parcours universitaire exemplaire suivi à Alger et en Europe, Younsi a soutenu son doctorat dans l'une des universités les plus performantes en archéologie, celle de Sapienza en Italie.
Une formation de qualité, car le savoir et savoir-faire acquis vont certainement être d'un apport précieux à la connaissance et la recherche dans cette région, et aideront à mieux étudier le paysage culturel et les formes naturelles de la vallée de l'oued Labiod à travers les traces de nos ancêtres et leur génie ; des traces inscrites dans la roche, à l'image de l'habitat troglodyte de Ghoufi ou encore les greniers collectifs (Haqlieth). Les études héritées de Germaine Tillion et les travaux anthropologiques et en sciences sociales en général, consacrés à la région, sont importants, mais insuffisants.
D'où l'intérêt de l'expertise archéologique, capable de reconstituer le passé lointain de l'occupation humaine d'Ighzer Amellal et documenter les différentes périodes historiques ; reconstituer pour nous l'aventure de nos ancêtres et le film de leur origine, leur vécu face à l'adversité de la nature, leur production matérielle et immatérielle.
De plus, la géo-archéologie, spécialité de Dr Younsi, est une approche multidisciplinaire qui permet de comprendre le rôle de l'homme dans la production et la transformation des sols, mais aussi de déterminer la fonction des sites archéologiques et leurs impacts sur l'évolution des paysages. Voilà qui pourrait ouvrir des pistes pour d'autres chercheurs et d'autres intervenants dont la réflexion et l'action sont centrées sur ce site, comme il peut servir globalement l'approche gouvernementale.
Non seulement ce travail est utile, mais il est urgent et déterminant pour la protection de cette aire de l'urbanisation anarchique et l'occupation utilitaire du sol, premiers ennemis des archéologues et des historiens parce que si nocifs et destructeurs des traces et des sites à valeur historiques.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.