Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Des rejets à la pelle    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    La prise d'otage de tout un peuple    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Les camions poids lourd et les travaux routiers interdits la journée à Alger    Un militaire décédé et deux autres blessés aux frontières ouest du pays    Giroud : "Le retour de Benzema a créé un déséquilibre"    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'innovation pour relever le défi du développement durable    L'association RAJ dissoute    Près de 3 100 stagiaires inscrits à Naâma    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les habitants demandent l'intervention du wali
DECHARGE SAUVAGE À LA RUE BENMELIEK (CONSTANTINE)
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2021

Le décor qui se trouve à quelques encablures du siège de la daïra de Constantine, situé sur le boulevard Mohamed Belouizdad, n'est pas beau à voir. Une décharge sauvage, née depuis quelques années sur le site d'un ancien immeuble démoli, situé au n°40 de la rue Abderrahmene Benmeliek, face au siège de la Direction de l'action sociale (DAS) est devenue une source de désagréments et d'ennuis pour les riverains.
Ces derniers n'ont cessé d'exprimer toute leur indignation contre le laisser-aller et le silence des autorités saisies depuis 2018, à travers des requêtes signées par une trentaine de citoyens, et adressées au chef de la daïra de Constantine, au P/APC de la ville et même au chef de la sûreté de la wilaya, demandant leur intervention, mais qui sont restées sans réponse. «L'assiette de cette maison, achetée depuis six ans par son propriétaire puis démolie, est devenue un dépotoir à ciel ouvert faute d'entretien et d'une clôture appropriée ; chose qui porte un énorme préjudice à tous les voisins, car il est devenu un refuge pour les insectes, les rats, les chats et les chiens errants par la présence d'immondices et de déchets qui se sont accumulés durant des années, sans que cela ne fasse réagir les responsables de la ville, pourtant cette tache noire qui enlaidit cette partie très connue du centre-ville se trouve seulement à quelques mètres du siège de la daïra», s'indignent les habitants.
*Retrouvez l'intégralité de nos articles sur la version papier
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.