La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En finir avec le déni historique
Publié dans El Watan le 10 - 10 - 2021

A quelque chose malheur est bon. Les inepties de Paris ont fait découvrir à Alger notre profondeur historique, on dirait. A Rome, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a fait un geste plus fort que tous les mots en visitant le lieu où, il y a deux mille ans, le roi numide Jugurtha avait été emprisonné avant de mourir en héros.
Le chef de la diplomatie algérienne a reconnu sur place «une pièce de l'histoire de l'Algérie», éclairant rétrospectivement un pan majeur de l'histoire de notre peuple, jusque-là tenu en marge de l'histoire officielle.
Cette première visite d'un officiel sur les traces de l'un des fondateurs de l'Etat algérien est assez symbolique pour que l'on distingue un besoin de restituer aux Algériens leur histoire complète, longtemps prise en otage par le déni politique, et réduite à une version minimaliste, arbitrairement épurée.
Ce besoin, s'il n'est pas illusion ou simple manœuvre opportuniste, vient rejoindre une lame de fond – si bien exprimée lors des marches du hirak – qui traverse la société algérienne.
La version officielle de notre histoire et de l'identité algérienne en général a été écrite à la hâte au lendemain de l'indépendance par le clan dominant, et dans laquelle tout est défini par opposition à l'ennemi colonialiste (croisé, laïque, occidental, capitaliste, francophone), à qui on a opposé un ensemble d'éléments faisant miroir inversé, éléments hypertrophiés par les idéologies dominantes (nationalisme arabe et islamisme), à l'exclusion de notre amazighité et notre universalité.
La suite est connue : la limite identitaire et historique a vite fait de produire des crispations, des violences et des ruptures. Un désordre existentiel qu'il convient, aujourd'hui, de réparer, mais à l'abri des considérations actuelles.
Il convient peut-être de s'accorder d'abord sur ce que nous ne sommes pas. Nous ne sommes pas une réaction chimique au colonialisme, encore moins une province lointaine abandonnée suite au naufrage ottoman, ni une succursale de Nasser ou de l'URSS. Nos racines sont aussi vieilles, sinon plus, que tous ces mondes auxquels nous avons été contraints de nous attacher à des moments de faiblesse.
Que représentent d'ailleurs ces moments comparés à la profondeur de notre histoire ? La question est davantage adressée aux politiques et à l'élite qui ont formulé le déni identitaire et l'ont entretenu depuis l'Indépendance, offrant une cosmogonie en noir et blanc imprimée sur des manuels scolaires idéologiques devenus des prisons mentales.
Ce déni historique et identitaire a induit chez l'Algérien un déficit de conscience de soi, et donc de respect de soi et de l'autre, qui peut produire le terroriste du GIA, le séparatiste du MAK ou encore des pontes nihilistes comme les Farid Bedjaoui et Chakib Khelil. Le chemin de la désintoxication identitaire et de la réconciliation avec notre histoire sera long, mais le voyage de Rome sonne, on l'espère, la fin de ce temps du reniement.

Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.