Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles
Publié dans El Watan le 25 - 10 - 2021

Après une longue pause due au confinement, la maison de la Culture Ali Zamoum de Bouira a organisé, du 17 au 19 du mois en cours, la troisième édition du salon national des arts plastiques Tikjda, au chef-lieu de la wilaya.
Via cette festivité culturelle, nous avions, à la fois, commémoré la Journée nationale de l'émigration et rendu hommage à l'artiste peintre Abdelaziz Bounoua, fils de Bouira. Une quarantaine d'artistes issus de 20 wilayas ont pris part au salon», dira Saliha Cherbi, la directrice de la maison de la culture.
A l'entrée de l'édifice, les organisateurs ont érigé une exposition de livres et photos sur les massacres du 17 octobre 1961. Au premier étage, des dizaines de tableaux de peinture de différents genres, des sculptures sur bois et autres, ont embelli les galeries de la maison de la culture avec une contribution spéciale du Musée National des Beaux-Arts (ESBA) avec, notamment, les œuvres du défunt peintre Mohamed Bouzid, fils de Lakhdaria, au nord-ouest de Bouira, concepteur du sceau et armoiries de la République.
Le salon de Tikjda était aussi une occasion qui a permis à plusieurs artistes de trois générations, professeurs et élèves, de se retrouver et partager les mêmes espaces. Zerka Mohand Amokrane, enseignant de design à l'ESBA, ne cache pas sa satisfaction. «J'ai passé plus de 50 ans de ma vie à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts en tant qu'étudiant, enseignant et responsable. Aujourd'hui, à ma surprise, c'est mon ex-étudiant durant les années 1990 qui m'a remis un cadeau à l'occasion de ce salon. J'espère que chaque wilaya organise son propre salon des arts et donner un peu d'importance aux artistes. Nous avons tant besoin de tels événements pour permettre à d'autres générations d'artistes de porter haut le flambeau.
L'art doit rester toujours vivant», suggère-t-il. De son côté, Mustapha Adjaout, qui fait partie de la première promotion des miniaturistes algériens durant les années 1960, est revenu sur les conditions sociales de l'artiste algérien. «On ne peut pas vivre de son art. Personnellement, j'ai dû créer un atelier de céramique et de décoration sur bois pour pouvoir vivre dignement. En parallèle, je participe avec mes œuvres aux différentes manifestations culturelles», dit-il, tout en rejoignant son camarade Zerka, sur la nécessité de multiplier les festivals des arts à travers toutes les wilayas du pays.
Lors de a deuxième journée du salon, les invités ont eu droit à une sortie vers les massifs pittoresque de la station climatique de Tikjda, où ils ont organisé une séance de show-painting. Par ailleurs, les artistes plasticiens, ont animé plusieurs ateliers de formation, notamment en peinture à l'huile, la sculpture et peinture sur verre.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.