Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





John Garang est mort
Soudan
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2005

Le colonel John Garang, ancien chef d'état-major de l'armée soudanaise, devenu chef de la rébellion du Sud-Soudan, mais chef de guerre pour les autorités centrales de ce pays, véritable corps malade de l'Afrique, est mort samedi dans un accident d'hélicoptère.
Et comme toute mort de ce genre, surtout au Soudan où elles tendent à se multiplier, celle-ci est frappée de suspicion. Ce pays, qui a fait un grand pas vers la paix, s'en trouve dès lors menacé d'éloignement. John Garang a un parcours particulier. Comment ce loyaliste, qui a servi avec dévouement l'armée de son pays, s'en est-il séparé et a-t-il retourné ses armes contre ses anciens soldats et officiers ? Tout cela, dira-t-on, à cause de la bêtise humaine, puisque le temps, deux coups d'Etat et autant de chefs d'Etat ont fini par mettre à plat un pays potentiellement riche, et donner tort à Djafar Numeiry, qui avait mis le feu aux poudres. Cet ancien chef d'Etat, lui-même venu au pouvoir grâce à un coup d'Etat, s'y est maintenu par la force et les alliances, fussent-elles au détriment de son pays. C'est ce qu'il a fait en 1983 en décrétant la charia alors même que le Soudan est une mosaïque avec des populations chrétiennes et animistes, essentiellement dans sa partie méridionale. C'est ce qui a poussé l'un de ses proches, c'est-à-dire le colonel John Garang, à quitter les rangs de l'armée régulière et à fonder le Mouvement de libération du Sud-Soudan (MPLS) et son bras armé, le SPLA. Depuis cette date, c'est une longue liste de massacres, de campagnes d'éradication, mais aussi de génocides et de déplacements de populations comme il y en a eu rarement à travers l'histoire. Plus que cela, le Soudan devient un espace ouvert à toutes les manipulations et à toutes les expériences, comme le fut son espace aérien en 1985 pour le fameux pont aérien qui a permis le transfert vers Israël de dizaines de milliers de juifs éthiopiens, appelés falashas. Ce sont aussi la misère et toutes les pandémies. Tout cela, dit-on depuis une année, allait rentrer dans l'ordre à la faveur d'un accord de paix, dont la mise en œuvre progressive a permis à John Garang de faire un retour triomphal dans la capitale soudanaise où il occupe la fonction de vice-président. Une fonction provisoire en attendant le référendum au Sud-Soudan, où le mur de la haine pousserait vers la séparation d'avec le Nord. En tout et pour tout, le défunt, qui a tout juste 60 ans, n'aura passé que deux cent jours de paix. Il est mort alors que l'appareil qui le transportait d'Ouganda s'est écrasé samedi soir dans les montagnes du Sud-Soudan, a annoncé le président Béchir dans un communiqué lu à la télévision soudanaise. M. Béchir a affirmé que la mort de John Garang n'allait que renforcer sa détermination à poursuivre le processus de paix avec les ex-rebelles sudistes. « C'était un hélicoptère présidentiel (ougandais) et il y avait assez d'essence, la cause (du crash) est simplement le mauvais temps », avait affirmé plus tôt un responsable ougandais. Ce qu'une partie de l'opinion refuse d'admettre, puisque des milliers de Sudistes portant des armes blanches et des armes à feu sont immédiatement descendus dans les rues de la capitale ainsi que dans les provinces méridionales dès l'annonce du décès. Les émeutiers ont mis à sac des magasins et les ont brûlés, ils ont également incendié des véhicules. Cet accident d'hélicoptère est effectivement le dernier d'une longue liste de crashes aériens qui ont coûté la vie à de nombreuses personnalités politiques ou militaires soudanaises. Il est considéré comme dangereux de voler dans certaines zones du Soudan : climat tropical, manque d'équipement, mauvais entretien des appareils, mais aussi... missiles sol-air dont certains groupes rebelles sont équipés. Plusieurs responsables de l'opposition et observateurs ont toutefois souvent accusé le gouvernement de maquiller des purges en accidents d'avion. Et pour prouver que tel n'est pas le cas, le gouvernement soudanais est tenu d'en donner la preuve, laquelle réside dans l'application de l'accord de paix. Et en ce sens, la succession de John Garang pourrait s'avérer difficile si Khartoum venait à baliser la voie aux plus irréductibles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.