La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





John Garang est mort
Soudan
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2005

Le colonel John Garang, ancien chef d'état-major de l'armée soudanaise, devenu chef de la rébellion du Sud-Soudan, mais chef de guerre pour les autorités centrales de ce pays, véritable corps malade de l'Afrique, est mort samedi dans un accident d'hélicoptère.
Et comme toute mort de ce genre, surtout au Soudan où elles tendent à se multiplier, celle-ci est frappée de suspicion. Ce pays, qui a fait un grand pas vers la paix, s'en trouve dès lors menacé d'éloignement. John Garang a un parcours particulier. Comment ce loyaliste, qui a servi avec dévouement l'armée de son pays, s'en est-il séparé et a-t-il retourné ses armes contre ses anciens soldats et officiers ? Tout cela, dira-t-on, à cause de la bêtise humaine, puisque le temps, deux coups d'Etat et autant de chefs d'Etat ont fini par mettre à plat un pays potentiellement riche, et donner tort à Djafar Numeiry, qui avait mis le feu aux poudres. Cet ancien chef d'Etat, lui-même venu au pouvoir grâce à un coup d'Etat, s'y est maintenu par la force et les alliances, fussent-elles au détriment de son pays. C'est ce qu'il a fait en 1983 en décrétant la charia alors même que le Soudan est une mosaïque avec des populations chrétiennes et animistes, essentiellement dans sa partie méridionale. C'est ce qui a poussé l'un de ses proches, c'est-à-dire le colonel John Garang, à quitter les rangs de l'armée régulière et à fonder le Mouvement de libération du Sud-Soudan (MPLS) et son bras armé, le SPLA. Depuis cette date, c'est une longue liste de massacres, de campagnes d'éradication, mais aussi de génocides et de déplacements de populations comme il y en a eu rarement à travers l'histoire. Plus que cela, le Soudan devient un espace ouvert à toutes les manipulations et à toutes les expériences, comme le fut son espace aérien en 1985 pour le fameux pont aérien qui a permis le transfert vers Israël de dizaines de milliers de juifs éthiopiens, appelés falashas. Ce sont aussi la misère et toutes les pandémies. Tout cela, dit-on depuis une année, allait rentrer dans l'ordre à la faveur d'un accord de paix, dont la mise en œuvre progressive a permis à John Garang de faire un retour triomphal dans la capitale soudanaise où il occupe la fonction de vice-président. Une fonction provisoire en attendant le référendum au Sud-Soudan, où le mur de la haine pousserait vers la séparation d'avec le Nord. En tout et pour tout, le défunt, qui a tout juste 60 ans, n'aura passé que deux cent jours de paix. Il est mort alors que l'appareil qui le transportait d'Ouganda s'est écrasé samedi soir dans les montagnes du Sud-Soudan, a annoncé le président Béchir dans un communiqué lu à la télévision soudanaise. M. Béchir a affirmé que la mort de John Garang n'allait que renforcer sa détermination à poursuivre le processus de paix avec les ex-rebelles sudistes. « C'était un hélicoptère présidentiel (ougandais) et il y avait assez d'essence, la cause (du crash) est simplement le mauvais temps », avait affirmé plus tôt un responsable ougandais. Ce qu'une partie de l'opinion refuse d'admettre, puisque des milliers de Sudistes portant des armes blanches et des armes à feu sont immédiatement descendus dans les rues de la capitale ainsi que dans les provinces méridionales dès l'annonce du décès. Les émeutiers ont mis à sac des magasins et les ont brûlés, ils ont également incendié des véhicules. Cet accident d'hélicoptère est effectivement le dernier d'une longue liste de crashes aériens qui ont coûté la vie à de nombreuses personnalités politiques ou militaires soudanaises. Il est considéré comme dangereux de voler dans certaines zones du Soudan : climat tropical, manque d'équipement, mauvais entretien des appareils, mais aussi... missiles sol-air dont certains groupes rebelles sont équipés. Plusieurs responsables de l'opposition et observateurs ont toutefois souvent accusé le gouvernement de maquiller des purges en accidents d'avion. Et pour prouver que tel n'est pas le cas, le gouvernement soudanais est tenu d'en donner la preuve, laquelle réside dans l'application de l'accord de paix. Et en ce sens, la succession de John Garang pourrait s'avérer difficile si Khartoum venait à baliser la voie aux plus irréductibles.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.