Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une institution orientée
Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie
Publié dans El Watan le 18 - 10 - 2010

La Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie et des combats de Tunisie et du Maroc sera installée demain aux Invalides par le Secrétaire d'Etat aux anciens combattants, Hubert Falco. Cette institution, qui ne recueille pas l'assentiment des historiens, est prévue par l'article 3 de la loi controversée et décriée du 23 février 2005 évoquant «le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord».
Paris.
De notre bureau
Cette fondation a été reconnue d'utilité publique par un décret du 3 août 2010. Ses membres fondateurs devraient être les trois associations d'anciens combattants : les Gueules cassées, la Fédération Maginot et le Souvenir français, à raison de deux membres chacune ; les membres de droit - cinq personnes pour le gouvernement ; les personnalités qualifiées : quatre personnes choisies en raison de leurs compétences par les deux collèges précédents ; les amis de la fondation : trois personnes désignées toujours par les deux premiers collèges. Pour rappel, le candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, avait déclaré le 31 mars 2007, en recevant des représentants de harkis à son QG de campagne, que s'il était élu, il souhaitait «la création rapide» de cette fondation, en précisant qu'elle serait «dirigée par les rapatriés pour les rapatriés». («Nicolas Sarkozy a promis reconnaissance et aide aux harkis», Le Monde.fr avec Reuters, 31 mars 07 17h41). Le futur président annonçait déjà l'orientation - sélective et partisane - de cette fondation. Elu, Nicolas Sarkozy a relancé le projet le 5 décembre 2007 devant les associations d'anciens combattants d'Afrique du Nord et de harkis, qu'il a reçues au Palais de l'Elysée, au retour de son voyage en Algérie.
«Pour faciliter l'émergence d'une mémoire assumée et donc apaisée, j'ai demandé au gouvernement de mettre en place, en 2008, la Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, prévue par la loi de 2005. Cette fondation devra aider à la réconciliation des mémoires : mémoire des anciens combattants, mémoire des rapatriés, mémoire des harkis, mémoire des Algériens, mémoire des historiens. Cette fondation aidera à la recherche et à l'établissement des faits. Elle donnera des moyens aux historiens des deux rives, d'abord de lire ensemble notre histoire commune.» Les tenants du révisionnisme en sortent confortés et leur influence affirmée. Cette fondation, qui de par sa préfiguration et sa composition, ferait la part belle aux «nostalgiques de l'Algérie française» et à leurs associations fortement implantées dans le sud de la France, au détriment d'autres porteurs de mémoire, est récusée par de très nombreux historiens et associations. «Comme chercheur, je pourrais me réjouir de la création d'une fondation qui devrait être, selon Hubert Falco, ‘‘au service de l'histoire'' et qui ‘‘aura pour mission de faciliter l'accès du public aux archives, de favoriser les travaux scientifiques français et internationaux, et de transmettre la mémoire d'une période souvent mal connue''. Mais en réalité, depuis son origine, ce projet est orienté. Il est motivé par des visées électoralistes pour soigner un public, encore assez puissant, de nostalgiques de l'Algérie française, proches du Front national. Avec cet outil, on va fortifier les ultras.
En ligne de mire, il y a évidemment l'élection présidentielle de 2012. Gilbert Meynier, Benjamin Stora, Jean-Pierre Rioux… nombre d'historiens sérieux, dont le travail sur cette période est reconnu, ont refusé, comme moi, d'entrer au conseil scientifique de cette fondation», indique l'historien Jean-Charles Jauffret, dans un entretien à Télérama (22 septembre 2010). «Une ‘‘fondation pour la mémoire'' n'est pas une ‘‘fondation pour l'histoire''. Les historiens ne sont pas là pour entretenir une quelconque nostalgie, ni produire des travaux se pliant aux seuls souvenirs de témoins. Nous nous interrogeons en particulier sur le rôle qu'y joueront les associations qui ont promu la loi du 23 février 2005 : n'oublions pas que cette loi a rendu hommage à une seule catégorie de victimes en ignorant et passant sous silence d'autres victimes de la guerre d'indépendance», écrivent dans un texte publié par Le Monde daté du 5 octobre 2007 et intitulé «Non à une Fondation de la mémoire partisane», les historiens signataires, parmi lesquels Omar Carlier, Jean-Charles Jauffret, Gilles Manceron, Gilbert Meynier, Eric Savarese, et Sylvie Thénault. «Il est temps, pourtant, de cesser de rejouer la guerre d'hier et que la recherche emprunte une voie transnationale, en mêlant chercheurs des deux rives de la Méditerranée. Il est temps d'en finir avec la ‘‘guerre des mémoires''», ajoutent-ils. «Dans le langage des médias et des hommes politiques, les termes de mémoire et d'histoire semblent interchangeables. Pourtant, la mémoire renvoie d'abord au souvenir individuel ou à celui construit par des groupes. Mais elle désigne aussi couramment – par exemple, quand on parle de la «mémoire nationale» – l'histoire qu'un pouvoir décide de présenter, commémorer et enseigner en lien avec ses projets politiques … L'histoire, au sens strict, est autre chose. Elle implique le recul et le raisonnement, exclut l'émotion et toute volonté de mobiliser l'opinion», écrit pour sa part l'historien Gilles Manceron (Extrait d'un article «Mémoire et histoire : des liaisons dangereuses», publié dans CAES magazine n° 87 été 2008).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.