Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le principal enjeu de ces élections, c'est la paix
André Silver Konan. Journaliste ivoirien, grand reporter, prix spécial Norbert Zongo du journalisme d'investigation
Publié dans El Watan le 05 - 11 - 2010

La Côte d'Ivoire devrait connaître son président en principe fin novembre lors d'un second tour potentiellement explosif entre le sortant Laurent Gbagbo et l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara.
-Pourquoi cette élection, qui a été reportée six fois depuis 2005, a-t-elle lieu maintenant?
Il y a plusieurs raisons. J'en retiendrai deux. La première est liée au fait que les principaux protagonistes réunis au sein de l'exécutif, à savoir l'ex-rébellion des Forces nouvelles qui contrôle la Primature et le camp présidentiel, ont entendu les cris assourdissants du peuple. La seconde raison et sans doute la plus importante, c'est que le président sortant s'est convaincu qu'il pouvait dès lors gagner l'élection présidentielle, après la publication de plusieurs sondages qui le donnaient gagnant.
-Ces élections ont été qualifiées d'historiques. Quel est au fond l'enjeu de ce scrutin ?
Cette élection présidentielle est historique pour la simple raison que depuis le retour au multipartisme, il y a deux décennies, c'est la première fois qu'une compétition est autant ouverte que transparente. Pour la première fois dans l'histoire du pays, qui a célébré son cinquantenaire en août dernier, les principaux leaders politiques qui le désiraient, ont été admis à être candidats. En définitive, le principal enjeu, c'est la paix. Une paix après laquelle les Ivoiriens courent depuis 11 ans, après qu'un coup d'Etat est venu faire tomber le pays dans le giron des pays politiquement instables, en décembre 1999.
-Y a-t-il une possibilité d'un réel changement suite à ses élections sachant que les candidats ont été acteurs dans la crise qu'a connue le pays ?
Une chose est certaine, l'élection va sonner la fin de la crise armée. Cependant j'ai bien peur que la crise politique demeure. Pour comprendre cela, il faut analyser les deux cas de figure qui se présentent. Si M. Gbagbo est réélu, son pouvoir désormais légitimé, après une élection qu'il avait lui-même qualifiée de «calamiteuse», pourrait être trop fort. Dès lors, il faut craindre certains dérapages qu'un contre-pouvoir suffisamment faible ne pourra ni vigoureusement dénoncer ni efficacement combattre. De l'autre côté, l'élection de M. Ouattara, le challenger du président sortant, dont le nom est associé à la rébellion, par les supporters du camp présidentiel, va réveiller les rancœurs de tous ceux qui estiment que c'est par lui que le malheur est arrivé. Toutefois, cette analyse peut se révéler totalement déphasée, tant le peuple ivoirien peut se montrer surprenant, en atteste le calme et la non-violence lors du scrutin de dimanche, ce qui a déjoué toutes les appréhensions.
-La diplomatie française observe de très près ce qui se passe lors de ces élections, quel rôle a-t-elle pu y
jouer ?
La diplomatie française a joué un rôle important, autant que la communauté internationale présente en Côte d'Ivoire à travers l'Opération des Nations-Unies en Côte d'Ivoire (Onuci). Quelques jours avant le scrutin, le secrétaire général de l'Elysée, M. Guéant, était à Abidjan, où il a rencontré les principaux acteurs politiques.
-On souligne un taux de participation record, des irrégularités mineures et un calme relatif, selon le Conseil de sécurité de l'ONU, qu'en est-il des accusations de Bédié qui dénonce de graves dysfonctionnements et une fraude dont il a été victime ?
Je voudrais bien croire que le PDCI a été frustré de sa victoire, mais ma position est celle que j'ai fait savoir à des proches du candidat Bédié : où sont les preuves ?
-Craint-on des violences au deuxième tour qui opposera les deux ennemis Gbagbo et Ouattara le 28 novembre prochain ?
Messieurs Gbagbo et Ouattara ne sont pas des ennemis. Ils sont des adversaires. Ils ont déjà montré qu'ils pouvaient travailler ensemble et en toute intelligence, entre 1994 et 1999, au sein du Front républicain, qui réunissait plusieurs partis de l'opposition d'alors. Cependant, j'admets que les risques de confrontation entre les supporters des deux hommes est grand. J'espère que la sagesse va habiter chaque Ivoirien au moment du scrutin.
-La presse ivoirienne a fait état d'un scénario à la sénégalaise qui se dessine, à savoir la création d'une alliance avec Ouattara qui pourrait finalement remporter le deuxième tour. Ce scénario est-il privilégié ?
Je suppose que vous parlez d'une alliance entre M. Bédié, le grand perdant du premier tour, et M. Ouattara. Les deux hommes sont déjà unis par une alliance qu'ils ont signée au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition de quatre partis d'opposition). Théoriquement, M. Ouattara devrait être élu avec cet accord qui lui assure 60% des voix du premier tour. Cependant, il faut rester mesuré, car le report des voix pourrait, dans la pratique, ne pas être systématique. Il reste que la politique étant le domaine du tout illogique, il y a de fortes chances qu'on assiste à des ralliements spectaculaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.