L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On mesure aussi le degré de développement d'un pays à la qualité de son action culturelle Omar Benamara. Professeur de chant, membre de l'Opéra national de Paris
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2010


Omar Benamara, âgé de 60 ans, natif de Laâkiba (Belcourt), est depuis 1994 membre titulaire de l'Opéra national de Paris. Rencontré à Casablanca à l'occasion des Andaloussiyate 2010, ce professeur de chant issu du Conservatoire musical d'Alger évoque le projet sur lequel il travaille avec les Marocains. - Quel est l'objet de votre présence ici à Casablanca ? J'ai tout simplement répondu à l'invitation du président de l'Association des amateurs de musique andalouse (AAMA) du Maroc, Mouâad Jamîi. J'ai animé des débats et travaillé sur un projet de musique universelle classique avec nos amis marocains. L'AAMA prépare déjà les Andaloussiyate 2011 et nous nous attelons à parfaire le projet, en apportant un plus dans cette manifestation internationale de musique andalouse de Casablanca. Néanmoins, la présence d'Ali Ouameur au sein de l'AAMA me réjouit, d'autant plus qu'il est très actif et efficace dans ses actions avec les autres membres. Cette association culturelle marocaine a à sa tête une personnalité influente, cultivée, Mouâad Jamîi, un véritable meneur d'hommes. L'objectif sera atteint sans aucun doute. - Comment êtes-vous arrivé à l'Opéra national de Paris ? Mon apprentissage s'est fait au Conservatoire de musique d'Alger. Après avoir effectué mon service militaire, je me suis aventuré en France pour continuer à étudier. J'ai fréquenté plusieurs opéras en France en free-lance avant de me sédentariser à l'opéra Bastille-Garnier. Et puis, je crois à la formule selon laquelle nul n'est prophète dans son pays. - Avez-vous tenté de venir travailler en Algérie ? Oui, à travers mes amis et des proches, j'ai essayé d'entreprendre des démarches, en vain. L'Algérie est un grand pays qui s'ouvre et je souhaite que le volet artistique et musical qui éduque la jeunesse et les générations montantes ne soit pas négligé par les décideurs. Si nos amis marocains s'intéressent à promouvoir leur patrimoine musical, alors j'espère que les Algériens en feront autant. - Une morale dans cette histoire ? On mesure le degré de développement d'un pays non seulement à travers son produit intérieur brut, mais surtout à la vitalité et l'intelligence de sa jeunesse d'une part et à la qualité de ses multiples actions culturelles d'autre part.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.